Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Baisse des demandes de crédit en 2014

En avril 2014, le nombre de demandes de crédit ainsi que leur montant a baissé comparé à l’année précédente. Faut-il opter pour une formule fixe, variable ou accordéon?

En avril 2014, le nombre de demandes de crédit a été inférieur de 7,7% au niveau d’avril 2013.

Le graphique ci-dessous rend l'évolution des demandes de crédit, en nombre et en montant, pour les douze derniers mois. Les chiffres mensuels sont à chaque fois comparés avec ceux du même mois de l'année précédente.

 

 

 

 

Le montant de ces crédits a également diminué d'une année sur l'autre. Cette baisse a été de 4,2%.

 

En avril 2014, le nombre de crédits hypothécaires octroyés était inférieur au niveau atteint en avril 2013, plus précisément de -10,6%. Le montant des crédits correspondant s'est également contracté, cette diminution a été de 4,2%.


Quant au choix du crédit, la banque ING constate que les clients optent surtout pour le taux fixe car ce dernier offre une plus grande sécurité. Crelan constate lui aussi une préférence nette pour ce type de crédits. "Au premier trimestre 2014, sept crédits hypothécaires sur dix étaient associés à un taux d’intérêt fixe", affirme-t-on.

Taux variable 

Pourtant, il semblerait qu'il soit plus intéressant d'opter pour un crédit à taux variable dans le contexte actuel. "L’emprunteur qui choisit un crédit à taux variable se constitue un pare-chocs financier pendant un certain nombre d’années en prévision du jour où son crédit deviendra éventuellement plus coûteux que la formule fixe. Ce gain initial est important car ce sont les premières années qui sont les plus difficiles pour le remboursement d’un crédit hypothécaire ", selon la banque Argenta qui encourage ses clients à opter pour une formule variable.

John Romain, d’Immotheker, partage cet avis. "Pour profiter dès le départ d’un taux faible, la formule variable est plus indiquée. Cela dit, une bonne analyse des risques est cruciale."

...ou formule Accordéon?

La formule Accordéon offre justement la possibilité de limiter les risques liés à une augmentation des remboursements. L’échéance de l’emprunt peut en effet être prolongée lors d’une modification des taux, de manière à maintenir les remboursements mensuels à un niveau plus ou moins constant. "Vous payez certes pendant quelques années de plus, mais les intérêts supplémentaires peuvent être récupérés car vous pouvez exploiter l’avantage fiscal plus longtemps", affirme-t-il.

La formule Accordéon est disponible dans presque toutes les banques. KBC souligne les avantages de cette formule. "Nous proposons généralement une combinaison fixe/variable. De cette manière, le client profite du meilleur des deux mondes : la sécurité jusqu’à l’échéance propre à la formule fixe combinée à la flexibilité de la formule variable. À la date de la révision de taux, le client peut en effet écourter ou prolonger l’échéance, opter pour une autre formule variable ou modifier le plan d’apurement", explique-t-on.

La gamme de formules variables est très diversifiée et peut changer d’une banque à l’autre. "Nous avons par exemple des formules hybrides, comme notre taux d’intérêt révisable tous les trois ans avec cap 3, où à la première date de révision, l’adaptation n’est possible qu’en cas de baisse des taux", explique-t-on chez Belfius. 

Les banques proposent donc des formules variables très diverses mais sont tenues au respect de dispositions légales. Elles doivent fixer un plafond pour la hausse de taux et celui-ci ne peut excéder la baisse maximale.  Si vous contractez un emprunt à taux variable dont le taux initial est de 3,5%, le cap maximal est de 3,5%. Cela signifie que le taux de l’emprunt ne peut augmenter que de 3,5% au maximum sur l’ensemble de la durée.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés