Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Boom des refinancements hypothécaires en 2019

Le nombre de refinancements de crédits hypothécaires s'est accéléré en 2019, avec une hausse de près de 90%, constate la Centrale des crédits aux particuliers. Le contexte des taux bas a incité les Belges à renégocier leur prêt, devriez-vous en faire autant?
© DOC

En 2019, le nombre de nouveaux crédits hypothécaires a augmenté de 30% par rapport à l'année dernière, relève la Centrale du crédit aux particuliers dans son dernier rapport statistique. Et, fait le plus marquant, parmi le nombre de nouveaux prêts hypothécaires octroyés l'an dernier, 1/4 étaient des crédits de refinancement, c'est-à-dire des crédits en cours renégociés par des emprunteurs pour bénéficier d'un meilleur taux ou raccourcir la durée du crédit. Les refinancements ont augmenté au total de 88% par rapport à 2018. 

On avait déjà observé, entre 2013 et 2015, une hausse importante des refinancements dûe à la baisse des taux.
Camille Dümm
chef de services à la Centrale des crédits

Alors pourquoi une telle flambée? Car refinancer son crédit permet parfois de faire de belles économies sur les intérêts liés à votre emprunt dans un contexte de taux bas. "On avait déjà observé, entre 2013 et 2015, une hausse importante des refinancements due à la baisse des taux. Il était intéressant pour les emprunteurs de refinancer leur prêt à un taux plus bas, pour payer moins d'intérêts", rappelle Camille Dümm, chef de service à la Centrale des crédits, qui ajoute: "En 2019, on constate à nouveau une belle augmentation des refinancements."

Avez-vous intérêt à renégocier votre crédit? 

Les taux ayant encore baissé l'an dernier, il est fort probable que de nombreux emprunteurs aient tout intérêt à se renseigner auprès de leur banque sur un éventuel refinancement. Mais pour qu'il soit intéressant, il doit y avoir une différence d’au moins 1% entre l’ancien et le nouveau taux, et ce sur une durée de crédit d'au moins 10 ans. "S’il reste une durée inférieure à 10 ans pour le crédit en cours, alors il faut plus qu’une différence de taux de 1% pour que cela soit intéressant pour le client, vu les frais engendrés par un refinancement", précise Patrick Segers, courtier en crédits hypothécaires chez Segers & Associé.

88
%
Le nombre de refinancements a augmenté de 88% en 2019 par rapport à 2018. Un nouveau crédit hypothécaire sur quatre est un refinancement.

Mais outre les taux, il est important de prendre en compte les coûts liés à ce refinancement, qui comprennent non seulement des frais de dossier, mais aussi des frais de notaire, l'inscription hypothécaire... Ils peuvent vite atteindre plusieurs milliers d’euros si vous changez de banque (frais de mainlevée). Dans le cas où le refinancement raccourcit la durée du crédit, les emprunteurs remboursent leur emprunt avant terme, et l’institution financière peut demander une indemnité de remploi, qui s’élève à 3 mois d’intérêts. 

Un refinancement ne se justifie donc que si tous ces frais sont inférieurs au bénéfice apporté par la baisse du taux qui vous sera proposé par la banque, et qu'il existe une différence d'au moins 1% entre l'ancien et le nouveau taux pour un crédit d'au moins 10 ans. "Le refinancement est surtout intéressant durant la première moitié du remboursement du crédit hypothécaire, explique Valéry Halloy, porte-parole de BNP Paribas Fortis, leader du crédit hypothécaire en Belgique; puisque c’est durant cette période que le poids des intérêts se fait le plus sentir. On estime que la durée restante doit être supérieure à 10-12 ans, sinon les frais seront trop lourds", conclut-il. 


Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés