Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Prêt vert: déception malgré le rush final

Vous vous êtes dépêché pour pouvoir encore profiter du prêt vert offrant un taux réduit et un avantage fiscal de 40%? Mauvaise nouvelle: le gouvernement a décidé de limiter cet avantage à 30%.
Publicité
©global pictures

La date fatidique approchant, les clients qui veulent réaliser des transformations sont nombreux à profiter des derniers prêts verts disponibles. Lorsqu'il est apparu que le prêt assorti d'une réduction de taux de 1,5% serait supprimé, la demande a augmenté de façon exponentielle.

Le prêt vert est né en 2009. Une mesure temporaire qui devait durer jusqu'à la fin 2011. Imaginé par le Secrétaire d'État Bernard Clerfayt (qui tenta d'ailleurs d'imposer l'appellation "prêt Clerfayt"), le crédit assorti d’une ristourne d’impôt de 1,5% et d’un avantage fiscal devait aider les titulaires de revenus modérés à construire ou transformer dans un souci d’économie d’énergie.

Pour celui qui a encore conclu un prêt vert à temps, l'accord de gouvernement contient de moins bonnes nouvelle. Outre la réduction de taux d'intérêt, le prêt vert donne droit à un avantage fiscal. Cet avantage s'élève maintenant à 40% des intérêts payés. A partir de l'année d'imposition 2013, il sera réduit à 30%. Concrètement, les intérêts que vous paierez à partir de 2012 rapporteront un avantage fiscal moindre. Et ce sera le cas pendant la durée restante du prêt vert. Vous devez demander la diminution d'impôt via votre déclaration fiscale et vous en bénéficierez pour toute la durée du prêt vert.

Les règles en vigueur depuis 2009 le resteront jusqu'à la fin 2011. Le nouveau gouvernement fédéral a décidé de ne pas prolonger ces mesures et de limiter l'avantage fiscal pour les prêts en cours. 

Pas d'expérience

Maintenant que le deadline est en vue, le bilan semble plus mitigé qu'espéré au lancement de la mesure. "Nous n'avions aucune expérience d'une telle initiative. Nos attentes n'étaient donc peut-être pas réalistes", reconnait Emmanuel Degrève, chef de cabinet de Bernard Clerfayt. Il estime néanmoins que le prêt vert a atteint son objectif. "Près de 3 milliards d'euros dans les prêts verts, cela signifie que chaque année, près d'un milliard d'euros ont été injectés dans l'économie belge. Si toutes les initiatives du gouvernement rencontraient autant de succès, la croissance serait relancée", ajoute-t-il.

Départ lent

Le rush de ces derniers mois sur les crédits verts contraste vivement avec le peu de succès de la mesure juste après son lancement. Pour l'ensemble de 2009, on a enregistré seulement 7.000 crédits verts, loin en dessous de l’objectif de 150.000. "On peut se demander si le chiffre prévu initialement était réaliste. Mais nous sommes satisfaits du succès. 2,7 milliards sur 165.500 crédits, et cela sur moins de deux ans et demi, ce n'est pas rien", commente Ivo Van Bulck, secrétaire général de l'Union Professionnelle du Crédit .

Il faut dire qu'au début, les banques n’ont pas accueilli l’idée avec enthousiasme, même si Clerfayt annonçait un dispositif mis au point en liaison étroite avec le secteur financier. Le vent a tourné quand le Secrétaire d’État est parvenu à convaincre BNP Paribas Fortis de collaborer. En particulier, la faculté de contracter l’emprunt sous la forme d’un crédit-logement a séduit à la fois les banquiers et les clients."Je reconnais que le succès a tardé. N'oubliez pas qu'il a fallu attendre l'entrée en vigueur de la loi mi-2009. De leur côté, au début, les banques ont dû introduire des modications administratives. Mais une fois ces détails réglés, la mesure a atteint sa vitesse de croisière", indique Van Bulck.

Évolution

Après avoir accueilli froidement le prêt vert, les banques encouragent aujourd’hui leurs clients à profiter de l’occasion. Avec succès: Febelfin annonce pour novembre 29% d’augmentation de ses crédits-logement, grâce au prêt vert.

Si vous voulez en bénéficier aussi, ne traînez pas. La plupart des banques ont fixé la limite entre de 10 et le 16 décembre. Il est déjà trop tard pour le prêt vert sous la forme d’un crédit hypothécaire.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés