Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Avez-vous une bonne assurance hospitalisation?

Un incident n'arrive jamais seul. En effet: une hospitalisation et certains soins médicaux peuvent rapidement coûter très cher. Avec une bonne assurance hospitalisation, vous évitez toute mauvaise surprise.

(mon argent) - L’assurance hospitalisation que vous contractez à titre individuel ou par l’intermédiaire de votre employeur offre un complément à l’intervention de base de votre mutuelle. Car même si la couverture par la sécurité sociale est relativement satisfaisante dans notre pays, l’hospitalisation, même brève, peut coûter très cher. Une bonne assurance hospitalisation peut vous aider à avaler la pilule. Mais comment savoir si vous avez effectivement une bonne assurance hospitalisation? La check-list suivante peut vous aider à répondre à cette question.

1. Votre police offre-t-elle une couverture internationale?

Les frais liés à une hospitalisation aux Etats-Unis, par exemple, représentent un multiple de ceux facturés en Europe.

2. Votre police prévoit-elle une indemnisation journalière ou un remboursement des coûts réels?

En cas d’indemnisation journalière, le risque est réel que l’intégralité de vos coûts ne soient pas couverts et que vous deviez donc vous-même vous acquitter d’une partie de la facture. Si en revanche vous avez contracté une assurance hospitalisation qui indemnise les frais réellement consentis pour l’hospitalisation, vous éviterez les mauvaises surprises.

3. A combien s’élève l’indemnité?

L’indemnité payée par l’assurance hospitalisation est parfois mise en relation avec le montant indemnisé par l’INAMI. Ainsi certains assureurs indemnisent-ils jusqu’à une fois, deux fois ou trois fois le remboursement de l’INAMI. Ce système peut parfois coûter cher à l’assuré. Car si l’INAMI ne rembourse rien pour une intervention déterminée, votre assureur hospitalisation ne vous donnera pas davantage. Assurez-vous dès lors que votre police d’assurance vous offre également une couverture lorsque l’INAMI n’indemnise pas l’intervention et demandez-vous dans quelle mesure la couverture est limitée (combien de fois l’intervention de l’INAMI).

4. Avez-vous le choix de l’hôpital?

Plusieurs courtiers travaillent sur la base d’une liste d’hôpitaux dont ils remboursent les factures. Si vous choisissez un établissement ne figurant pas sur cette liste, l’indemnisation sera peut-être limitée. Dans les hôpitaux bruxellois à plus forte raison, où les honoraires et suppléments ont déjà prix des proportions excessives dans le passé, ce cas de figure est envisageable.

5. Avez-vous le choix de la chambre?

La chambre à deux lits est généralement remboursée dans son intégralité. Mais pouvez-vous également choisir une chambre à un seul lit aux frais de votre assureur?

6. Votre police contient-elle une franchise?

Ce n’est pas forcément un inconvénient: si votre police contient une franchise, votre prime est inférieure. Tout est question d’équilibre…

7. Votre police offre-t-elle une couverture pour les frais médicaux ayant un rapport avec votre hospitalisation mais qui ont été consentis avant et après l’hospitalisation?

On pense notamment aux consultations du médecin, du kinésithérapeute, etc. Et le cas échéant, combien de temps dure cette couverture ? Elle peut s’appliquer aux frais consentis trente jours avant et nonante jours après l’hospitalisation, mais aussi moins.

8. Quelles maladies?    

De nombreuses assurances hospitalisation offrent également une couverture pour les maladies graves. Mais la liste de ces affections change en fonction de l’assureur. Vérifiez donc quelles maladies sont couvertes par votre police. Veillez à ce que la couverture pour maladies graves ne soit pas réservée aux cas dans lesquels l’hospitalisation est nécessaire. De nombreux traitements sont ambulatoires, ce qui signifie qu’ils ne nécessitent pas d’hospitalisation.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés