Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Télévision numérique: comment et à quel prix?

L'avenir est au numérique, même devant le petit écran. Mais les fournisseurs de télévision numérique tiennent-ils effectivement leurs promesses à cet égard? Quels choix avons-nous vraiment? Et surtout, à quel prix?
Télévision digitale:
pour quelle offre opter?
En savoir plus

(mon argent) - Les statistiques les plus convaincantes relatives à l’essor rapide de la télévision numérique proviennent de Flandre. Au nord du pays en effet, un ménage sur deux regarde déjà la télévision en numérique. Ce succès est évidemment dû en grande partie à la concurrence intense que se livrent Belgacom et Telenet. Pourtant les deux grandes enseignes du secteur ne sont certainement pas les seuls fournisseurs de télévision numérique. Un tour d’horizon des possibilités s’imposait.

Via le câble

Les Belges affectionnent particulièrement le câble. Des sociétés telles que Telenet, Voo ou Numericable mettent dès lors tout en oeuvre pour les convertir à ce qu’ils aiment appeler l’IDTV – Interactive Digital Television. Cette transition leur permet non seulement de recevoir davantage de canaux, mais aussi de bénéficier d’une série de nouveaux services comme les programmes à la demande ou la participation à des quiz et d’autres jeux.

Cette dernière possibilité ne sera envisageable dans la pratique que lorsque l’ensemble des clients disposera des mêmes appareils. Dans la règle, vous serez donc contraint d’acheter le décodeur officiel de votre fournisseur. Dans certains cas, vous n’aurez même pas beaucoup le choix en termes de modèles : le fournisseur travaille avec deux ou trois modèles fixes, selon que vous souhaitez ou non recevoir la HDTV et visionner des programmes en numérique. Par ailleurs, chaque habitation sera desservie par un seul câblo-opérateur. Difficile, dans ce contexte, de comparer les prix.

A Bruxelles, cette situation se traduit, sur la carte numérique, par un véritable patchwork que se disputent plusieurs opérateurs, Telenet et Numericable étant les mieux représentés. En Wallonie, Voo est le plus largement implanté. Les prix démarrent de zéro. Les trois grands acteurs du secteur vous offrent en effet la possibilité d’acquérir simplement le décodeur numérique – à des prix variant entre 50 et 100 euros – et de visionner de cette manière l’offre de base. Celle-ci est souvent plus étoffée que celle à laquelle vous avez actuellement accès en analogique. Vous payez donc le même abonnement, le numérique n’exigeant aucun supplément de prix. Les prix augmentent évidemment dès lors que vous souhaitez multiplier le nombre de chaînes. Et la facture devient franchement salée si vous ajoutez les chaînes payantes de Betv. Comptez le cas échéant 35 euros, voire plus, en sus de votre abonnement actuel.

Via le téléphone

Si la concurrence est limitée sur le marché du câble TV, elle l’est davantage encore sur celui de la télévision numérique par téléphone, Belgacom étant le seul acteur représenté. Si vous êtes déjà abonné au téléphone  - et disposez donc d’une ligne fixe-, vous payez, pour l’offre de base de Belgacom TV (“Comfort”, environ 70 chaînes) un supplément mensuel de 12,50 euros. Là aussi, la facture s’alourdit à mesure que vous cochez des services supplémentaires, comme la gamme de chaînes footballistiques de Belgacom TV, qui vous coûtera 9,95 ou 19,95 euros de plus chaque mois, respectivement pour les matches de votre club favori et pour tous les matches de la Division I.

Via le satellite

On connaît moins le package de TéléSAT Numérique, disponible sur les ondes depuis quelques mois. Ce mode de réception exige l’achat d’équipements supplémentaires, mais il a l’avantage de vous laisser le choix du décodeur – qui vous garantit une offre large à des prix très divers. Par ailleurs, votre abonnement peut en principe être transféré vers votre nouvelle habitation ou même – temporairement – à l’étranger.

Une fois équipé, vous déboursez 9,90 euros par mois pour l’offre de base. TéléSAT est donc accessible à un prix très intéressant, si l’on ne considère par le fait qu’en l’absence de connexion entre vous et les émetteurs, vous ne pouvez utilisez les services interactifs. Pour ce prix, vous avez cependant accès à 19 chaînes de télévision et 8 stations de radio, dont les principaux émetteurs belges et français. Par ailleurs, vous avez accès à plusieurs centaines de chaînes émises gratuitement par satellite, dont les chaînes d’info CNN et BFM TV. Enfin notez que TéléSAT propose un package un peu plus étoffé pour 13,90 euros par mois et plusieurs chaînes optionnelles, dont des chaînes de cinéma. La grille de BeTV n’est cependant pas disponible.

Bientôt: via l’antenne (du toit)

Avant d’être tous reliés au câble, nous avions des antennes sur nos toits. Ces antennes sont désormais numériques. Les Belges vivant près de la frontière française peuvent de cette manière recevoir la totalité de l’offre numérique de nos voisins du sud, soit 17 chaînes gratuites. Naturellement, vous pouvez accéder à des chaînes telles que TF1 ou M6, mais aussi à des chaînes thématiques telles que W9, Virgin 17 et NRJ 12. Dans notre pays, la télévision numérique par les ondes n’est encore disponible, pour l’heure, qu’à Bruxelles. Dans la capitale, vous avez accès gratuitement à La Une, La Deux et la Trois de la RTBF, mais aussi à Euronews et aux chaînes de BeTV. Pour ces dernières, vous devrez évidemment débourser une poignée d’euros supplémentaires. Pour l’heure, aucune chaîne commerciale n’est encore en lice. On prévoit cependant qu’en Belgique comme dans la plupart des pays voisins, une forme de TNT émergera et offrira aux amateurs du petit écran un quatrième choix.

Plus d'astuces multimédia?

Retrouvez l'actualité et les astuces internet et multimédia sur notre blog T-zine.be.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés