Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Quelles actions ont résisté aux crises boursières?

Aucune des grandes valeurs belges dans les meilleures performances depuis juin 2007... Quelles conclusions tirer en tant qu'investisseur?
Publicité

(mon argent) - La tourmente boursière qui s’est emparée des marchés d’actions depuis deux semaines nous a amené à regarder dans le rétroviseur afin de voir quelles sont les valeurs qui s’en sont le mieux sorties depuis les plus hauts atteints vers le milieu de l’année 2007. Nous avons pris en considération une grosse centaine de valeurs cotées belges, et nous avons calculé leurs variations sur différentes périodes: 1) le plongeon des bourses de la mi-2007 jusqu’à la fin 2008, 2) le rebond de janvier 2009 jusqu’à février 2010, et 3) la performance entre le 30 juin 2007 et le 10 août 2011.

1. Plongeon des bourses de la mi-2007 jusqu’à la fin 2008

TOP 5: Résistance crise 2007-2008
1 Rosier 31,6%
2 Proximedia 16,1%
3 Lotus Bakeries 2,7%
4 Colruyt -0,8%
5 Pairi Daiza -6,1%

Sur la première période en considération, les valeurs belges ont perdu en moyenne 46,5% de leur valeur, avec seulement trois petites capitalisation en progression: Rosier, Proximedia et Lotus Bakeries. Sans trop de surprise, les immobilières constituent le gros du top20, avec une dizaine de Sicafis ou de promoteurs (notamment Befimmo, Atenor, WDP ou Montea). Ceci ne fait que confirmer l’intérêt de se positionner sur ce secteur défensif quand le climat devient houleux. Parmi les grandes valeurs belges, c’est Colruyt qui s’en est le mieux tiré en restant quasiment stable sur l’ensemble de cette période, suivie des groupes télécoms Belgacom et Mobistar dont les pertes n’ont pas dépassé les 20%.

Dans l’ensemble, les petites et moyennes capitalisations ont mieux résisté à la crise de 2008, en reculant en moyenne de 46%, contre plus de 49% pour les composantes de l’indice BEL20. Les performances désastreuses des valeurs financières expliquent en grande partie cette différence.

TOP 20: Cliquez ici pour consulter le top 20 de cette période

2. Rebond de janvier 2009 jusqu’à février 2010

TOP 5: Rebond de janvier 2009
jusqu’à février 2010
1 Nyrstar 335,0%
2 D'Ieteren 325,6%
3 Keyware Tech 294,7%
4 Agfa-Gevaert 247,6%
5 Devgen 192,2%

A partir du premier trimestre 2009, les cours vont se stabiliser pour repartir à la hausse à partir du mois de mars, pour progressivement plafonner à partir de février 2010. Le palmarès de cette période consacre des noms diamétralement opposés par rapport à la première période, notamment des valeurs de qualité qui avaient été littéralement massacrées lors du plongeon des marchés. Nyrstar, introduit en pleine crise à un cours scandaleusement surévalué, c’est refait une santé durant cette période, de même que D’Ieteren, Bekaert ou Agfa.

A noter que Pairi Daiza est paradoxalement la seule valeur à parvenir à se hisser dans les deux classements, mais la très faible taille et la liquidité réduite de l’ancienne Paradisio limite toutefois l’intérêt de ce titre pour les investisseurs. Sur cette période, les valeurs du BEL20 font leur retour en force, avec 6 titres dans le Top 20 et une performance moyenne supérieure à 60%, contre seulement 41% pour les petites et moyennes capitalisations.

TOP 20: Cliquez ici pour consulter le top 20 de cette période

3. Perfomance depuis mi 2007 jusqu'au 10 août 2011

TOP 5: Perfomance depuis mi 2007
jusqu'au 10 août 2011
1 Sipef 73,4%
2 Duvel Moortgat 66,3%
3 Lotus Bakeries 57,5%
4 Rosier 52,6%
5 Econocom 46,3%

Depuis mars 2010, les marchés sont restés indécis, entre les problèmes souverains, l’inflation chinoise, les incertitudes budgétaires américaines, les menaces d'abaissement de rating des agences de notation et les chiffres économiques de plus en plus inquiétants. De belles performances ont toutefois été enregistrées durant cette période, comme par exemple chez Econocom, Sucraf, Fluxys, UCB ou Solvay depuis le début 2011.

En regardant la performance de notre centaine de valeurs belges depuis la mi-2007, seul Colruyt parvient à se hisser de justesse dans le Top 20. Une seule autre action a vu son cours progresser légèrement: Telenet (+2,5%). AB Inbev, Umicore ou Bekaert sont très légèrement en retrait par rapport à leur niveau d’avant crise.

Les sicafis reviennent en force dans ce classement, qui ne prend pas en compte les dividendes élevés versés par ces groupes. Pour le reste, les valeurs exposées sur la consommation des ménages et disposant d’une marque forte ont également bien traversés la tourmente, notamment Duvel, Lotus ou D’Ieteren.

TOP 20: Cliquez ici pour consulter le top 20 de cette période

Conclusion

Dans les périodes de trouble, les valeurs immobilières restent des valeurs sûres pour protéger son portefeuille boursier, d’autant que le rendement dividende compris de ces valeurs est généralement très attractif. Il faut préférer les Sicafis qui investissent dans le résidentiel, les espaces commerciaux ou les maisons de repos (des secteurs très stables), et éviter celles exposées sur l’immobilier de bureaux qui continuent de subir de plein fouet le climat difficile du marché locatif bruxellois.

Les sociétés qui sont parvenues à traverser la crise de 2008 sans encombre, et qui disposent d’une marque forte (Duvel, Lotus) sont également de bons choix, de même que celles dont l’activité est relativement indépendante du cycle économique. L’exposition de Sipef sur la croissance émergente a été justement récompensée par le marché, et le groupe devrait continuer à être une des rares sociétés de la cote belge exposées sur ce thème porteur pour le long terme. Enfin, D’Ieteren est aux portes du BEL20, et la montée en puissance de Belron (Carglass) dans l’activité du distributeur automobile devrait le rendre de moins en moins dépendant du cycle économique.

De petites sociétés peu suivies par les analystes peuvent également s’en sortir plus qu’honorablement en temps de crise, mais investir dans des sociétés à la liquidité extrêmement faible n’est pas conseillée pour tous les types d’investisseurs.

Ce samedi dans L'Echo

Comment survivre aux montagnes russes en Bourse?

  • A quoi devons-nous encore nous attendre dans les prochaines semaines?
  • Y a-t-il des occasions à saisir?
  • Avons-nous perdu une génération entière d'investisseurs?
  • Existe-t-il encore des refuges sûrs?
  • Interview de Luc Coene: le gouverneur de la BNB, fait le point sur la crise
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés