Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

Ensemble contre la crise

En 2008, les Belges ont perdu 106 milliards d'euros et ont accru leur part de dettes. Ne laissez pas 2009 rogner davantage votre patrimoine et agissez dès maintenant.

(mon argent) - L'année 2008 aura été remplie de paradoxes pour le patrimoine financier des Belges. Selon les chiffres de la Banque Nationale de Belgique, celui-ci s'est réduit de 27,3 milliards d'euros par rapport au troisième trimestre de l'an dernier, à 610,3 milliards. Par rapport à 2007, il enregistre une baisse de 75,6 milliards d'euros, soit de 11 %.

Baisse du rendement

Sur le trimestre, ce recul s'explique par les moins-values enregistrées sur les placements en actions et en sicavs. Sur l'année, le constat reste le même. Les moins-values générées essentiellement par ces deux placements ont atteint 106,7 milliards d'euros. Les pertes de 118 milliards d'euros essuyées en 2002, après l'éclatement de la bulle internet, n'ont pas été égalées. Ces chiffres s'avèrent moins catastrophiques que les estimations initiales de la BNB, à 150 milliards d'euros.

Il faut noter que sur l'année, les particuliers n'ont pas délaissé les actions par rapport aux autres classes d'actifs. Les sicavs, elles, ont par contre subi la désertion du particulier. De 129,9 milliards d'euros en 2007, l'encours détenu par les Belges a fondu à 91,6 milliards, soit une baisse de 29,4 %. Les chiffres de la BNB montrent que les particuliers ont effectué un retour vers les actions au cours du troisième trimestre. Des flux de 2,1 milliards d'euros ont été enregistrés au cours de cette période. Et ce, malgré la baisse des marchés.

La part aux produits compréhensibles

En 2008, le Belge aura également montré une préférence pour les produits les plus transparents et les plus liquides. Le succès des actions pourrait s'expliquer par ce phénomène. Selon les chiffres de la BNB, le particulier a continué de privilégier les carnets de dépôts. De 141,7 milliards d'euros en 2007, l'encours est passé à 143,4 milliards d'euros. Le dernier trimestre aura été marqué par un flux de 7,1, milliards d'euros vers les comptes d'épargne, alors qu'au trimestre précédent, ceux-ci avaient subi des retraits.

Les dépôts à vue et à terme, ainsi que les produits d'assurance, sur l'année, ont également connu une progression sur l'année. Au cours du dernier trimestre, en revanche, les dépôts à terme ont connu des retraits de 4,4 milliards d'euros par rapport aux trois mois précédents. Les produits d'assurance ont eux aussi connu un tassement de 0,8 milliard d'euros.

Plus de dettes

Si le Belge a pris plus de risque en actions en 2008, il a également accru sa part de dettes. Les engagements financiers du particulier ont augmenté de 7,9 % sur l'année. Les crédits hypothécaires expliquent cette progression. Ils ont avancé de 9 % en 2008. Au cours du quatrième trimestre, ils ont connu des flux de 2,3 milliards d'euros. La baisse des taux d'intérêt des banques centrales a visiblement influencé positivement la décision des Belges.

Pressentie comme catastrophique, l'année 2008 s'avère certes destructrice de richesse, mais finalement moins que prévu.

Ensemble contre la crise

En une seule année seulement, une partie du patrimoine des Belges s'est littéralement évaporé. Selon nos confrères du Morgen, la crise a déjà coûté environ 9.500 euros par Belge. Et actuellement, son patrimoine moyen s'élève à 142.000 euros. Ne laissez pas 2009 s'inscrire dans pareille tendance et agissez dès aujourd'hui pour limiter la perte de vos richesses. Pour vous y aider, lisez notre dossier spécial "Ensemble contre la crise" et découvrez notamment:

  • Les 4 alternatives au compte d'épargne
  • Des astuces pour gagner des revenus supplémentaires
  • Où faire vos courses moins chères
  • Des conseils pour économiser des euros à toute heure
  • Des formations pour trouver un job rapidement
  • Comment payer moins cher votre connexion internet
  • Etc.
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés