Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Laissez votre patron épargner pour votre pension

Constituer une pension de type "second pilier", c'est-à-dire par le biais de l'employeur, peut se faire de deux manières: soit une assurance groupe, soit un fonds de pension. Quelles sont les différences entre ces deux plans de pension et quelle est la formule la plus avantageuse?
©iStock

(mon argent) – En 2009, les fonds de pension sont parvenus à atteindre un rendement de 15,7 %. C’est nettement mieux que les -20 % de 2008. C’est ce que révèle une enquête de l’Association belge des Institutions de Pension (ABIP) auprès 85 fonds de pension. Ces bons résultats proviennent des placements en actions qui, fin 2009, représentaient 34 % d’un fonds de pension moyen, pour 49 % en obligations.

Le pourcentage d’actions dans les fonds est en contraste flagrant avec celui des assurances groupes, à savoir en moyenne 75 % en obligations et à peine 10 % en actions. Pas étonnant, dès lors, que l’assurance groupe ait enregistré un rendement moyen positif de 3,2 % lors de cette année désastreuse que fut 2008. Le rendement moyen de 2009 n’est pas encore connu, mais sera probablement dans le prolongement de 2008. La plupart des assurances groupes sont greffées sur une assurance épargne (produit branche 21) et tendent donc vers un rendement fixe, complété d’une éventuelle participation aux bénéfices. Selon les chiffres d’Assuralia, ces 20 dernières années, grâce aux taux élevés, les assurances groupes ont mieux performé que les fonds de pension.

Renversement de tendance

Les parts de marché révèlent également que le Belge, peu enclin à la prise de risques, préfère les assurances groupes à capital protégé. Avec près de 50 milliards d’euros, les assurances groupes représentent plus de trois quarts du second pilier des pensions. Les fonds de pension, quant à eux, représentent 15 milliards. Pourtant, la situation est en train de changer. "Les fonds de pension en Belgique sont indubitablement à la veille d’une forte croissance", déclare Philip Neyt, président de l’ABIP.

"En Belgique, les fonds de pension sont un marché jeune, où l’on dénombre de plus en plus de fonds sectoriels. À l’heure actuelle, les secteurs du métal et de la construction sont les principaux à proposer des fonds de pension ; ils seront bientôt rejoints par les soins de santé. N’oublions pas que les fonds de pension belges sont encore récents; les réserves accumulées sont donc plus restreintes que dans les assurances groupes", poursuit Philip Neyt, pour qui la part de marché en nombre d’affiliés révèle également le potentiel de croissance du segment. "Aujourd’hui, on compte un million de Belges affiliés à un fonds de pension. C’est près d’un tiers de la population active, si l’on ne tient pas compte des indépendants", constate Philippe Neyt.

Le président fait également référence aux Pays-Bas, où les fonds de pension représentent 80% du marché. "Nos voisins ont un système de sécurité sociale très différent ; les fonds de pension y sont littéralement intégrés à la culture et à l’économie. Chaque groupe de population peut s’affilier à un fonds de pension. Il en existe par exemple un pour les femmes au foyer", dit Philippe Neyt.

Pas le choix

Élément important : l’employé ne peut pas choisir lui-même entre une assurance groupe et un fonds de pension. C’est l’employeur qui détermine le type de plan qu’il offre à son personnel. La plupart des entreprises choisissent un système identique pour tous leurs collaborateurs. "Certaines entreprises proposent les deux types de solutions, mais chaque collaborateur ne peut bénéficier que d’un seul plan. Une entreprise peut, par exemple, choisir un fonds de pension pour ses ouvriers et souscrire pour ses employés une assurance groupe auprès d’un assureur", explique-t-on chez AG Insurance, leader des assurances groupes.

Le grand avantage des assurances groupes est leur rendement fixe garanti. Les fonds de pension n’offrent pas cette garantie, mais leur potentiel de rendement est plus élevé. Par ailleurs, il ne faut pas confondre fonds de pension avec fonds d’épargne-pension. Ces derniers sont des fonds auxquels chacun contribue selon ses possibilités financières et ses estimations. Les fonds d’épargne-pension font partie du troisième pilier.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés