Aller vers L'Echo ×
×

Pas de forte correction du marché immobilier en 2017

Non, la superficie des logements neufs ne diminue pas (encore)

  • 21 avril 2017 08:32

 © rembrandt

D’instinct, on pense que la surface habitable de nos logements diminue progressivement. Ce n’est vrai qu’en Flandre. Pour l’instant.

Publicité

Publicité

Publicité

Une idée assez répandue consiste à penser – et même à affirmer – que la surface des logements neufs tend à diminuer progressivement dans notre pays, comme dans tous les pays à forte densité démographique. C’est en tout cas le vœu de certains architectes et urbanistes soucieux de réduire notre empreinte foncière ou de certains promoteurs immobiliers souhaitant élargir l’accès au marché de l’appartement, notamment à Bruxelles où les prix ont explosé.

Pourtant, selon les derniers chiffres publiés par le SPF Economie sur la base des permis de bâtir octroyés ces dernières années (voir graphique ci-dessous), la surface moyenne des maisons et des appartements ne serait en diminution sensible qu’en Flandre, où la pression foncière est bien plus prégnante qu’ailleurs. En Wallonie et dans la capitale, ce ne serait pas (encore) le cas. Au contraire.

À Bruxelles, la surface moyenne des maisons a augmenté sensiblement ces trois dernières années.

À Bruxelles, la surface moyenne des maisons aurait même augmenté sensiblement ces trois dernières années, pour se cantonner au-dessus de 450 m² alors qu’elle oscillait entre 153 (2002) et 318 m² (2010) ces dernières années.

De pareils écarts sur base annuelle s’expliquent par le fait que le nombre de projets neufs sur ce segment est parfois bien réduit. À Bruxelles toujours, sur le front de l’appartement où la production est bien plus grande, la surface moyenne pondérée tourne, elle, depuis 16 ans autour de 75 m², avec une fourchette maximale allant, selon les années, de 81 m² (2004) à 63 m² (2014).

En Wallonie, l’appartement aligne des surfaces moyennes comparables, autour de 70 m², avec des variations bien plus réduites que dans la capitale d’une année à l’autre. Quant aux maisons wallonnes, si leur superficie moyenne est, depuis le début du millénaire, inférieure à celle de leurs voisines bruxelloises et même flamandes, elle aurait, contrairement à ce qui se passe au nord du pays où l’on est passé de 160 à 133 m² en 15 ans, plutôt tendance à augmenter légèrement, pour se stabiliser autour de 130 m².

 © Brecht Vanzieleghem © Brecht Vanzieleghem

De tout ceci, on retiendra, pour faire simple, que la surface de référence de l’appartement approche aujourd’hui 75 m² mais qu’il a énormément gagné en ergonomie et en qualité de l’espace disponible.

Pour les maisons, la superficie de référence avoisine les 130 m² avec un jardin très variable selon qu’on se trouve au nord ou au sud du pays.

Quant à Bruxelles, la maison y est un bien devenu tellement rare que mieux vaut ne plus en tirer des généralités.

Guide Immobilier

Ce samedi 22 avril, gratuit avec L'Echo 

Combien vaut votre maison? 

Zoom sur les communes les moins chères dans chaque province. Quelles opportunités offrent-elles?

Investissement: misez sur les revenus locatifs

• Tous les prix des maisons, appartements et terrains à bâtir dans les 589 communes du pays

Source: L'Echo

Publicité

Publicité
× Fermer