Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Charles Home, l'appart-hôtel autrement: chic et unique

Lieu: Bruxelles - Tarif: 180-290 €/nuit - Localisation: Square Ambiorix - Superficie: 60-120 m²
©RV-DOC

Gestionnaires d’appart-hôtels bruxellois, retenez bien ce nom: Charles Home. Aucun des 26 appartements de ce nouvel acteur, tous situés dans des endroits stratégiques de la capitale (à la Grand Place, près des institutions européennes, avenue Louise et dans le quartier du Châtelain), ne se ressemble, si ce n’est par le soin apporté à sa rénovation et sa décoration. "En moyenne, on a investi 25.000 euros en meubles par appartement, je veux dire jusqu’aux tentures", explique le responsable du projet, Pierre-Henri Pétillault. Ce qui a attiré cet architecte français et "Charles" (Pozzo di Borgo), l’investisseur à 10 millions d’euros derrière ce projet, vers Bruxelles? "La disponibilité de très belles maisons de maître. Il y a un magnifique patrimoine ici, et ce qui nous intéressait, c’était de le rénover. On propose 4 ou 5 appartements par maison au maximum, tous différents". Loin du concept d’un Citadines par exemple, dont les chambres sont des "copier-coller".

©RV-DOC

Les prix varient de 180 euros la nuit pour un 60 m², à 290 euros pour un plus de 100 m² avec deux chambres et deux salles de bain. La plupart des détails de la déco sont signés, et l’équipement ultra-complet et de marque (chaîne Bose, cafetière Nespresso, TV Samsung etc.). Une réception centrale, rue de la Montagne, permet d’aller chercher les clés, mais le check-in peut aussi se faire sur place.

Bien que la société vienne tout juste de démarrer, "nous avons déjà beaucoup de demandes via notre site, en particulier des ambassades ou pour de l’événementiel", assure Pierre-Henri Pétillault. Pour parfaire son taux de remplissage, il envisage toutefois une inscription sur booking.com mais pas sur Airbnb, afin de "ne pas se fondre dans la masse" de la para-hôtellerie bruxelloise.

Il "croule" aussi "sous les demandes des propriétaires" qui souhaitent lui confier la gestion de leur bien, attirés par une rentabilité "de l’ordre de 10%". Le gestionnaire entend se concentrer sur son développement propre mais n’exclut pas à terme d’entrer dans la gestion pour autrui. Il s’intéresse par ailleurs à d’autres biens à Bruxelles, ainsi qu’à Anvers, à Amsterdam ou encore au Portugal.

©RV-DOC
©RV-DOC
©RV-DOC
©RV-DOC
©RV-DOC

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés