Un Belge sur trois n'épargne pas

©Photo News

33% des Belges n’ont pas mis un centime de côté au cours des douze derniers mois. C’est ce qui ressort d’une enquête menée par Wikifin.be en collaboration avec L’Echo dans le cadre de La Semaine de L’Argent.

Interrogées sur les raisons pour lesquelles elles n’ont pas épargné l’année dernière, deux personnes sur trois invoquent une cause purement matérielle: elles n’en ont pas les possibilités financières.

Cependant, la faiblesse des taux d’intérêt joue aussi un rôle. Une personne sur cinq affirme ainsi qu’elle n’a pas envie d’épargner parce que le compte d’épargne ne rapporte rien.

Un mois de réserve

Il est généralement admis que les ménages devraient, pour être à l’aise financièrement, disposer d’au moins six mois de salaire net devant eux pour faire face aux imprévus. Les Belges sont très loin du compte. De fait, selon les résultats de l’enquête, 29% des Belges n’ont même pas l’équivalent d’un mois net de revenu du ménage de côté. C’est surtout le groupe des 35-44 ans qui est fragile sur le plan financier: dans cette tranche d’âge, près de quatre sondés sur dix ne disposent pas de ce mois de revenus.

Cliquez ici pour consulter le graphique sur mobile.

186 euros par mois

Combien le Belge pense-t-il épargner? Sur l’ensemble des Belges – donc aussi ceux qui n’épargnent pas – la moyenne se situe à 186 euros par mois. Toutefois, si l’on pose la question uniquement aux épargnants, la moyenne passe à 327 euros par mois. Quatre Belges sur dix épargnent tous les mois.

Le comportement d’épargne évolue au fil des âges. Les jeunes entre 25 et 34 ans sont les plus économes étant donné que 8 sondés sur 10 épargnent dans cette tranche d’âge. Il est en revanche plus difficile d’épargner pour les 35-44 ans (seuls 40% épargnent) et pour les plus de 65 ans (seuls 50% épargnent).

Cliquez ici pour consulter le graphique sur mobile.

Le niveau d’études et le fait d’être propriétaire de son logement déterminent aussi le comportement d’épargne. Plus le niveau d’éducation est élevé, plus l’on épargne. Ainsi, trois quarts des personnes au niveau d’éducation le plus élevé épargnent, tandis que cette proportion tombe à 50% parmi les personnes au niveau d’éducation le plus faible.

La même proportion s’observe si l’on suit le critère de la propriété immobilière: 72% des Belges qui sont propriétaires de leur logement mettent de l’argent de côté, contre 55% chez les non-propriétaires.

Dépenses inattendues

Les épargnants mettent de l’argent de côté pour plusieurs raisons. Leur motivation principale est de se protéger contre des dépenses inattendues (49%). Mais en épargnant,  ils cherchent également à se constituer une réserve (40%) ou un capital pour la pension (35%), à financer de grands projets (un mariage, l’achat d’une voiture, etc.) ou à payer de petits achats (voyage, smartphone, hobby, etc.). 14% n’ont pas de but spécifique, mais épargnent tout simplement ce qui leur reste à la fin du mois.

L’épargne ne rend hélas pas toujours heureux. À peine 8% des personnes qui épargnent avouent franchement être heureuses et peuvent épargner plus que ce qu’elles avaient imaginé. 38% des épargnants se sentent frustrés et voudraient épargner plus, mais n’en ont pas les moyens.

Factures plus chères

Comment le montant total d’épargne a-t-il évolué l’an dernier? Pour 33% des Belges, l’épargne a diminué tandis que 28% ont vu leur épargne augmenter. Ce sont surtout les plus de 55 ans qui ont vu fondre leurs économies. Le montant des réserves n’a ni augmenté, ni baissé pour 28% des sondés.

Cliquez ici pour consulter le graphique sur mobile.

La hausse des factures est le motif le plus souvent invoqué pour expliquer la baisse des économies (33%). On fait aussi appel à sa tirelire pour des frais inattendus (27%) ou des grosses dépenses planifiées (24%). Un peu plus de 20% des sondés ont utilisé leur épargne pour faire face à une perte de revenu.

Le compte d’épargne résiste

Que font les épargnants avec leurs économies? Parfois, il s’agit d’un mix de destinations, mais le compte d’épargne classique remporte la palme. Trois quarts des Belges y parquent leurs économies. 27% pensent aussi à l’avenir et cotisent à l’épargne-pension. La faiblesse des taux d’intérêt sur les comptes d’épargne est probablement la raison pour laquelle 18% des personnes laissent leur argent tout simplement sur un compte à vue. Les placements sont moins populaires: 16% investissent dans des fonds communs de placement et 9% achètent des actions.

Une seule banque

La moitié Belges sont clients d’une seule banque et ne possèdent qu’un seul compte d’épargne.  Un quart place son argent dans deux banques. Seul un Belge sur dix est client auprès de trois banques. Ce sont surtout les plus de 65 ans qui saupoudrent leurs avoirs dans plusieurs institutions: un quart d’entre eux ont des comptes d’épargne dans trois banques ou plus.

Cliquez ici pour consulter le graphique sur mobile.

La majorité des Belges ne voit aucun intérêt à rechercher un compte d’épargne à haut rendement. 14% affirment qu’ils ne changeront d’ailleurs jamais de banque. Pour 44% des sondés, il faudrait une différence de taux de minimum 3% pour les convaincre de changer de banque.

Cliquez ici pour consulter le graphique sur mobile.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect