Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Des taux à partir de 1,79% pour la rénovation

Comme de coutume, la plupart des banques revoient à la baisse le taux d’intérêt des crédits destinés à la rénovation durant les journées Batibouw. Où trouver les offres les plus attractives et à quelles conditions? Voici un bref aperçu du marché.
©Dolph Cantrijn/Hollandse Hoogte

Même si les taux d’intérêt sont historiquement bas, les chiffres du secteur de la construction nouvelle ne sont pas particulièrement réjouissants. Les Belges se tourneraient davantage vers la rénovation.

Selon une enquête organisée par Batibouw, le budget de la moitié des projets de rénovation (46%) est supérieur à 50.000 euros. Cette enveloppe correspond à un mix de fonds propres, de primes (voir l’article sur les nouvelles primes wallonnes ci-dessous) et d’emprunts.

Les banques et les autres organismes prêteurs profitent justement de la tenue du Salon de la Construction et de la Rénovation (du 26 février au 8 mars) pour diminuer temporairement leurs taux, tant sur le crédit rénovation classique que sur le prêt vert destiné aux investissements économiseurs d’énergie.

D’ailleurs, BNP Paribas Fortis vient de réduire cette semaine le taux annuel effectif global (TAEG) de son prêt à tempérament (PAT) spécialement destiné à la rénovation: jusqu’au 30 avril, celui-ci est désormais de 4,20% (au lieu de 4,90%). Ce taux est applicable pour un montant disponible de 1.250 euros à 50.000 euros. "Le candidat emprunteur a également l’opportunité d’emprunter jusqu’à 130% du montant total de sa facture", signale la banque. Pour son "Crédit Énergie", le taux est plus faible (3,75%).

De son côté, ING offre jusqu’au 5 avril un TAEG à 3,95%, tant sur le "Prêt rénovation" que le "Crédit vert". "Ce taux promotionnel est valable pour les clients et prospects qui introduiront leur demande en ligne et cela, peu importe la durée de l’emprunt", selon Chantal Gelders, sa porte-parole.

Cependant, le montant de l’emprunt doit être au minimum de 2.000 euros. Au-delà de 50.000 euros, les candidats à l’emprunt devront souscrire un crédit immobilier classique auprès de cette banque.

Belfius, fait encore mieux! Pour tout emprunt "Logement Eco et Protect" d’au moins 2.500 euros et pour une durée de maximum 24 mois, le TAEG n’est que de 3,35%. Au-delà, il oscille entre 3,40 et 3,90% (en fonction des montants empruntés et de la durée du PAT).

"Ce prêt permet de financer les investissements immobiliers visant les économies d’énergie, ainsi que ceux destinés la protection du vol et de l’incendie", explique Ulrike Pommée, porte-parole de Belfius.

"Pour plus de souplesse, la facture doit reprendre un minimum de 75% d’éléments Eco & Protect, ce qui laisse jusqu’à 25% pour les finitions ou des travaux annexes", ajoute-t-elle.

En tout cas, cette formule semble plaire: en un an à peine, elle a connu une augmentation de plus de 20% (entre janvier 2014 et janvier 2015).

Économies d’énergie

Fait exceptionnel pour une grande banque, KBC n’a pas planifié d’actions spécifiques dans le cadre de Batibouw. Cependant, le bancassureur propose un "Prêt énergie verte" à un tarif intéressant (3,50%) pour les travaux de rénovation dont au moins 50% sont consacrés à des investissements économiseurs d’énergie.

"Profiter de la marge du prêt hypothécaire peut aussi être une option intéressante."

"Ceci étant dit, en termes de rénovation, il est parfois plus intéressant de pouvoir profiter de la marge de son prêt hypothécaire, étant donné qu’un client peut toujours profiter de la déductibilité fiscale", rappelle Ilse De Muyer, porte-parole de KBC.

Avec Energy@home, Axa propose un taux encore plus compétitif (2,95%) pour les prêts dont au moins 50% du montant est consacré au financement des investissements économiseurs d’énergie. Ce taux s’applique aux emprunts dont la durée ne dépasse pas 10 ans et pour un montant situé entre 2.500 et 75.000 euros. Pour les emprunts plus longs, il remonte à 3,55%.

Notez que si la condition des 50% n’est pas respectée, le particulier peut souscrire un emprunt rénovation "classique": 3,50% pour la même durée et les mêmes montants.

"Depuis la réduction des primes (en 2012), nous constatons une baisse proportionnelle des crédits pour les investissements économiseurs d’énergie", souligne Ann Goris, porte-parole d’Axa: en 2012, 44% des PAT "rénovation" étaient des offres Energy@home. En 2014, c’était le cas pour seulement 29% de ces PAT.

Enfin la banque CPH propose le taux "Prêt vert" le plus attractif du marché: 1,79% pour tout emprunt de minimum 1.250 euros pour une durée maximum de 4 ans.

Pour 12 mois de plus, ce taux reste compétitif: 1,99%. Et il peut s’étendre jusqu’à 10 ans (3,09%), ce qui est légèrement plus qu’Axa (2,95%).

©MEDIAFIN

Tout sur la rénovation dans "Mon argent", ce samedi.

Après une année explosive pour le marché hypothécaire, surtout porté par le dernier trimestre, la tendance se poursuit en ce début 2015. Ainsi, au cours du mois de janvier, les crédits octroyés ont encore nettement augmenté, tant en nombre (28,8%) qu’en montant (22,8%) par rapport à la même période l’année dernière. C’est ce qui ressort des chiffres de l’Union professionnelle du crédit (UPC). Même constat sur le front des demandes de crédit. Elles ont à nouveau sensiblement progressé (+ 41,5%) par rapport à janvier 2014. Le montant de ces demandes de crédit a également été plus élevé (+ 37,3%).

Bonus-logement

Depuis le 1er janvier, le bonus-logement a été régionalisé. Sauf à Bruxelles, il est devenu (fiscalement) moins intéressant d’acheter qu’avant. C’est pourquoi les candidats acquéreurs s’étaient précipités afin de boucler leur acquisition avant fin 2014. Ce qui a expliqué le boom des crédits hypothécaires. On aurait pu s’attendre à un reflux début 2015. Mais force est de constater que les ménages continuent à vouloir acheter, motivés par la faiblesse des taux avant tout.

Mais surtout, explique Rodolphe de Pierpont, porte-parole de Febelfin, "il y a aussi dans ces chiffres une part de refinancements de crédits. On ne connaît pas encore la proportion. Ni celle des dossiers de la fin de l’année 2014 qui auraient été conclus avec du retard". Ces chiffres de janvier – qui ne surprennent pas vraiment la fédération – doivent donc être relativisés.

[Suivez Caroline Sury sur Twitter en cliquant ici]

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés