Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

"Il faut donner l'opportunité aux jeunes d'apprendre à gérer leur budget"

Michel Vermaerke est administrateur délégué de Febelfin, la fédération chapeautant le secteur bancaire. Il est donc familiarisé comme aucun autre aux affaires bancaires. Est-ce aussi vrai pour son portefeuille personnel?
©belga

Michel Vermaerke (50 ans) est administrateur délégué de Febelfin depuis fin 2004. Lorsqu'il aborde le sujet du secteur bancaire, le terme de 'transparence' n'est jamais loin. Il y accorde aussi beaucoup d'importance dans sa vie privée: il maintient des contacts fréquents avec son gestionnaire de patrimoine et prend des mesures concrètes. "J'ai opté pour la gestion de patrimoine discrétionnaire afin d'éviter des conflits d'intérêts. En ce moment, le portefeuille subit un impact négatif. Ce n'est pas agréble, mais cela fait partie de la vie. Avec mon gestionnaire de patrimoine, nous nous réunissons deux fois par an. Nous avons aussi des contacts ponctuels, lorsque le portefeuille prend subitement une orientation baissière."

1. Recherchez-vous toujours le taux le plus élevé pour votre épargne?

"Pas vraiment. Je ne recherche pas activement les comptes d’épargne qui rapportent le plus. Je comprends ceux qui le font mais personnellement, je n’en ai ni l’envie ni le temps."

2. Comment apprenez-vous à vos enfants à gérer leur argent?

"Ils reçoivent chaque mois une somme d’argent servant à financer leur vie d’étudiant. S’ils ont des dépenses extraordinaires, nous en discutons au préalable. Il faut donner l’opportunité aux jeunes d’apprendre à gérer leur budget. Ce n’est pas toujours chose facile; mes enfants peuvent faire de mauvais choix."

3. Laissez-vous un pourboire au restaurant?

"J’exprime ma satisfaction en revenant. Cela dépend du pays, aussi: aux États-Unis, quand on ne laisse pas de pourboire, on ne peut pas sortir du restaurant..."

4. Quelle a été votre dernière grosse dépense?

"Une toile de Jan De Vliegher, dont je ne me souviens plus du prix. L’achat d’une œuvre d’art est une décision impulsive et intuitive. C’est le résultat d’un coup de foudre. Je ne m’impose cependant pas de somme maximale à dépenser pour une œuvre d’art. Évidemment, je ne solliciterais pas mon portefeuille d’investissements pour cela. Les œuvres d’art constituent une catégorie de dépenses imprévues pour lesquelles j’ai prévu un compte d’épargne. (Il rit)."

5. Le prix joue-t-il un rôle important en voyage?

"Le rapport qualité-prix est important pour moi. Un vol pour Venise, par exemple, coûtera moins cher avec une compagnie à bas prix. Mais il faut alors prendre le bus pour atteindre la destination et perdre trois heures sur la route. Une compagnie qui vous amène directement à Venise proposera certes un billet plus coûteux, mais la qualité du voyage sera bien différente. Je raisonne donc en termes de prix mais pas non plus de manière trop rigide."

6. Avez-vous déjà pensé à établir un testament?

"J’ai rédigé mes volontés pour le cas où mon épouse et moi décéderions subitement, afin que les mesures nécessaires minimum puissent être prises. En temps utile, nous y ajouterons plusieurs éléments."

7. Remplissez-vous personnellement votre déclaration d’impôts?

"Non, c’est trop compliqué désormais. J’ai encore plusieurs mandats rémunérés modestement. Dans ce cadre, il convient de demander un tas de documents et cela exige beaucoup de temps. Ma première préoccupation est que tout soit rempli à temps et correctement. Je ne prends aucun risque et je confie donc cette tâche à une personne compétente. "

8. Investissez-vous?

"Je privilégie la gestion patrimoniale discrétionnaire (un gestionnaire dispose d’un mandat pour gérer un portefeuille d’investissement, ndlr). Et ce, pour éviter tout conflit d’intérêts. Actuellement, mon portefeuille souffre. Ce n’est jamais agréable, mais ça fait partie de la vie."

9. Avez-vous des contacts fréquents avec votre gestionnaire de patrimoine?

"Deux fois par an. Nous avons aussi des contacts ponctuels, lorsque le portefeuille prend subitement une orientation baissière. Mais heureusement, mon portefeuille est bien diversifié. Cela ne signifie pas que je sois totalement à l’abri en période de crise, bien sûr. De même que je n’ai aucune raison de verser dans l’euphorie quand la situation s’améliore."

10. Que feriez-vous si vous deveniez millionnaire du jour au lendemain?

"Si je pouvais vivre de mes rentes, je m’accorderais une année sabbatique. Je m’offrirais un long voyage ou j’étudierais l’histoire de l’art ou la philosophie."

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés