Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

Adrien Devyver: "Je suis plutôt du genre à me poser dans un endroit calme pendant l'été"

Diplômé de l’École de Journalisme de Louvain-la-Neuve, il a d’abord fait quatre années d’études paramédicales (infirmier et kiné)/34 ans/Il coanime l’émission "Un gars, un chef" en compagnie de Gerald Watelet et "69 minutes Sans Chichis"/ Chroniqueur dans "La Tribune".
©Debby Termonia

Achetez-vous des guides et des cartes pour préparer vos voyages?

Non car je ne suis pas un grand explorateur. Je suis plutôt du genre à aller me poser dans un endroit calme pendant les vacances d’été. Un lieu où je n’ai plus qu’à me charger du barbecue. J’ai tellement dépensé d’énergie pendant l’année que j’ai besoin de me ressourcer dans la nature.

Cela vous arrive-t-il quand même de passer par une agence ou un tour-opérateur pour organiser des vacances?

Jamais! J’organise tout moi-même, comme ça, je fais ce que je veux et comme j’en ai envie. J’ai d’ailleurs organisé mon voyage de noce de A à Z.

Quelle est la chose indispensable que vous avez toujours dans votre valise?

De la crème solaire car je fais très attention à ma peau. Mais aussi des livres car c’est le seul moment de l’année où je suis un peu tranquille pour lire et j’adore ça.

Faites-vous vos courses alimentaires différemment depuis que vous animez "Un Gars, un Chef"?

Je suis très vigilant par rapport aux prix. Mais pour les fruits, j’ai tendance à privilégier la qualité en priorité. Pareil pour le pain que j’achète toujours dans une boulangerie artisanale.

Estimez-vous qu’il est important d’être aidé par ses parents pour se lancer dans la vie?

C’est très important, mais je me rends bien compte que ce n’est pas applicable à tout le monde. Ce qui est sûr, c’est que même si on est en couple, acheter son premier bien immobilier de nos jours est devenu très compliqué sans l’apport extérieur que peuvent amener les parents.

Avez-vous eu un jour des difficultés financières?

Je n’ai jamais été réellement dans le besoin. Quand j’ai commencé le journalisme (après avoir fait d’autres études pendant quatre ans), j’ai dû payer mes études en plus de mes loisirs. J’ai donc fait de nombreux jobs étudiants pour me les offrir.

Vos besoins financiers ont-ils beaucoup évolué?

"Mon portefeuille est en ordre deux jours sur sept car quand je commence la semaine, je vide les papiers stockés dedans. En dehors de ça, il contient 3 cartes de banque, une carte avec mon groupe sanguin, ma carte d’identité, ma carte d’affiliation au tennis, mon permis de conduire,..." ©Debby Termonia

Avec l’âge, j’ai une exigence de confort plus élevée. J’ai un travail qui nécessite des temps de pause et de repos plus conséquents pour pouvoir déconnecter plus souvent. Ça demande un peu plus d’argent que de rester à la maison. En effet, on aime bien passer un petit week-end à la mer ou dans les Ardennes régulièrement, histoire de souffler. J’ai eu aussi besoin d’une voiture confortable car je roule beaucoup et surtout la nuit. Plus jeune, je me contentais d’un abonnement au club de tennis et d’une raquette pour être bien.

Faites-vous des économies d’énergie et avez-vous modifié certaines habitudes au quotidien?

"En étant vigilant en matière de consommation d’énergie, il y a moyen de faire de fameuses économies. Par exemple, juste en éteignant les télés et les décodeurs au lieu d’activer la mise en veille."

Nous faisons hyper attention à notre consommation électrique. La plupart de nos prises sont équipées d’un interrupteur et on ne laisse jamais traîner un chargeur. De plus, je passe ma vie sur les comparateurs d’énergie pour voir quel fournisseur est le moins cher. Nous avons même sensibilisé notre propriétaire pour qu’il fasse changer le boiler qui était très énergivore. Grâce à tous ces efforts, nos factures d’électricité ne sont pas très élevées.

Profitez-vous des "app" pour effectuer des virements et des paiements?

L’application développée par ma banque m’est très utile. Je n’ai d’ailleurs pratiquement plus jamais d’argent liquide sur moi. Par exemple, quand je vais au restaurant avec des amis, je rembourse ma part directement via l’application.

Si vous héritiez d’une grosse somme, dans quoi l’investiriez-vous?

Prioritairement dans l’immobilier. Ce n’est pas très original mais c’est une valeur sûre. Après, j’investirais une partie dans divers produits écologiques et dans l’énergie verte. Enfin, le reste reviendrait probablement à des associations. J’ai un côté un peu caritatif qui sortirait alors de l’ombre. Je pourrais en tout cas me permettre de le faire.

Y a-t-il des comportements ou des sujets relatifs à l’argent qui vous insupportent?

L’inégalité salariale me dérange. Certains jobs sont vraiment sous-payés.
Adrien Devyver
Journaliste et animateur de télévision

L’inégalité salariale des jobs. Je suis passé par les urgences à l’hôpital et je trouve que c’est une catastrophe. Ces infirmiers passent des nuits entières à s’occuper des autres et ils ne sont pas bien payés. Ce genre de traitement me dérange. Je trouve que certaines catégories de métiers sont sous-payées alors que les personnes qui occupent ces postes y laissent leur qualité de vie et leur santé.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés