Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Michel Culot: "D'autres travaillent autant que moi et n'ont pas accès aux mêmes choses"

A créé l’agence VO communication en 1992 (événements, communication, marketing). VO group a décroché le contrat du nouveau site de l’hippodrome de Boitsfort . Le "bling bling" et le "show off", il tente de s’en préserver. Pieds sur terre, humble et généreux. Pour ses finances personnelles, il est conscient qu’il "peut sans doute mieux faire"…
Publicité
©Jonas Roosens

Votre rapport à l’argent a-t-il évolué avec l’âge et est-il influencé par les activités que vous exercez?

L’argent n’a jamais été une obsession. L’essentiel est de ne pas être en situation de dépendance et d’en avoir assez pour vivre bien. À 18 ans j’avais 100 BEF d’argent de poche par semaine. Je me dis donc que les choses ont bien évolué pour moi. Mon père m’a prêté 2.500 euros pour lancer V.O. En année 3, le chiffre d’affaires atteignait 1 million d’euros. Aujourd’hui il atteint 15 millions. Ce n’est pas une raison pour être arrogant. L’événementiel brasse pas mal d’argent et peut donner l’impression d’un certain luxe. Pour autant je ne vis pas dans le "bling bling" et le show off. J’essaie de me préserver. D’autres travaillent sans doute autant que moi et n’ont pas accès aux mêmes choses!

Soutenez-vous une œuvre et donnez-vous de l’argent aux mendiants?

Je soutiens systématiquement des associations qui jouent un rôle déterminant pour amortir les chocs (Amnesty, la Croix-Rouge, MSF) et les campagnes lors des grandes catastrophes. Cela peut paraître paternaliste ou condescendant mais je donne systématiquement aux nécessiteux. Partager, quand on a de l’argent me semble aussi facile que normal. Encourage-t-on la mendicité ou les escrocs? Si je me fie à leur apparence, ces gens qui font la manche en ont manifestement besoin…

"Lire L’Echo, acheter de l’immobilier, et de toute façon, se faire conseiller. Mais attention, il faut toujours garder à l’esprit que les conseilleurs ne sont pas les payeurs…"

Quelles sont les choses indispensables à votre qualité de vie?

Les dépenses liées au bien-être de ma famille et à la vie sociale avec mes amis. Bien manger. Les beaux hôtels, j’avoue que j’apprécie. Comme acheter des livres, les voyages, une moto sportive, un ancêtre automobile…

Quels sont les postes de votre budget que vous tentez de limiter?

Les appareils audio-TV-vidéo-home cinéma. Je ne réinvestis pas dans ce qui est obsolète après deux ou trois ans. Pour les voitures, une occasion peut faire l’affaire. La possibilité d’amortir ou de déduire les frais n’est pas une raison d’en acheter une neuve. Chez VO Group, nous devons évidemment tenir compte des fonctions et du niveau de responsabilité des collaborateurs, mais nous encourageons les véhicules propres.

Êtes-vous choqué par le salaire mirobolant de certains patrons ou sportifs? Quelles sont les professions qui mériteraient d’être mieux payées?

Tout est relatif évidemment. Il est normal qu’un sportif profite à fond de sa courte carrière pour la rentabiliser au maximum. Mais le fossé sans cesse grandissant entre les plus hauts et les plus bas salaires est choquant. Les packages de stock-option et les parachutes dorés ont aussi quelque chose de déplacé. Les métiers qui ont une incidence directe sur la société (et ses différents maux) comme les professeurs, les infirmières, les chercheurs, devraient être davantage valorisés.

"Partager, quand on a de l’argent, me semble aussi facile que normal!"

Gérez-vous vos finances personnelles activement? Vous faites-vous aider?

Je ne suis pas du tout proactif. Je constate que les comparateurs de prix, la recherche du meilleur tarif et de packages sur mesure sont une tendance lourde, mais je n’ai pas (encore) pris le train en marche. Je devrais sans doute m’y mettre car se faire ponctionner inutilement est absurde. Par contre je me fais conseiller. Pour ma déclaration fiscale, j’ai tout de suite démissionné tant c’était complexe. C’est un luxe de pouvoir faire appel à un comptable, mais je ne m’en cache pas.

12.000 BEF

"Le montant de mon premier salaire mensuel dans l’ASBL ‘La Rétine de Plateau’ célébre à l’époque pour la production de ses Petits Déjeuners du Cinéma au Cinéma Metropole".

1992

"La création, en décembre de VO Communication, avec pour seul bagage (l’équivalent de) 2.500€ que mon père m’avait prêtés".

20.06.96

"La date de naissance de ma fille Marie".

70

"Le nombre de collaborateurs dans VOgroup, toutes sociétés confondues. C’est impressionnant; quelle richesse humaine!"

01.04.14

"Le début de notre concession de l’hippodrome de Boitsfort et du développement du projet de DROH!Me-Melting Park.Un grand projet pour Bruxelles et pour nous".

Préparez-vous déjà votre pension?

Jusqu’il y a peu, je ne m’en préoccupais pas. J’ai conscience d’être en retard: j’aurai déjà dû m’y prendre il y a 10 ans. Vivre avec une pension d’indépendant de 1.000 euros par mois n’est pas envisageable. Dans les 5 ans, je vais prendre les choses en mains sérieusement. Je suis propriétaire en partie des locaux de V.O. et je vais encore investir dans l’immobilier pour avoir un revenu supplémentaire à la pension. Je ne me vois pas aussi actif jusque 75 ans, mais pas non plus exilé à la Costa Brava. J’espère profiter davantage de la vie. Un objectif qu’il faut pouvoir financer: je vais m’y employer.

Avez-vous connu un gros raté financier ou des difficultés passagères?

J’ai investi dans le secteur de la communication, et en 2008, j’ai perdu plus de la moitié de ma mise. Une énorme déconvenue. Avec la crise j’ai cru que je devrais tout recommencer à zéro. Les entreprises commencent toujours par sabrer dans les budgets soi-disant "non-prioritaires" dont font partie la communication et l’événementiel. Mais nos clients se sont heureusement vite rendu compte que ce n’était pas un bon calcul. Comme nous voulions à tout prix maintenir l’outil et éviter de licencier, quand la reprise s’est manifestée, nous avons directement pu répondre de façon professionnelle. J’avoue que je n’avais jamais envisagé ma vie d’entrepreneur sous cet angle-là. Cette responsabilité sociétale fut un poids terrible à porter.

"C’est un Paul Smith, mon créateur préféré. Et ce n’est pas ce qu’il y a dedans qui est important, mais ce qu’il permet de faire. Donc non, il ne contient pas de croix de Saint-Thomas ou autre gri-gri…" ©Jonas Roosens

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés