Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

Pascal Vrebos: "Je travaille une grande partie de l'été depuis ma petite maison en Grèce"

Diplômé en philologie romane et en sémiologie/63 ans/Enseigne l’Éducation aux Médias à l’ULB/A animé l’émission "Controverse" pendant vingt ans/Est aussi l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages et d’une trentaine de pièces de théâtre.
©Debby Termonia

Avez-vous réussi à trouver un bon équilibre entre votre vie privée et votre vie professionnelle?

Oui, tout est question d’organisation. Mais aussi de délégation, tant que l’on prend le temps de vérifier. De plus, je pense que je travaille vite quand il s’agit de synthèse. Pour l’écriture, c’est différent. Et puis de nos jours, la technologie facilite le travail, à condition bien sûr de l’exploiter au maximum.

Par ailleurs, j’ai toujours fait en sorte que ma vie privée soit une vie heureuse et équilibrée, même si je me levais à 5h du matin pour travailler en radio alors que j’allais rarement me coucher avant 1h.

Quel a été votre premier job rémunéré?

Quand j’avais cinq ans, je concevais des petits scénarios de théâtre de marionnettes de quinze minutes et avec mes petites voisines, on faisait des représentations dans le quartier. On recevait des pièces de 25 centimes trouées avec lesquelles on allait acheter des cuberdons. C’était mon premier job et surtout mes premiers droits d’auteur. Plus sérieusement, j’ai donné des cours particuliers de français et de latin à quinze ans. Et comme j’étais incapable de donner des cours de mathématiques, j’avais engagé quelqu’un pour le faire. Avec l’argent gagné, j’ai pu acheter une petite mobylette à seize ans, puis, par la suite, ma première voiture.

1994

"C’est l’année de la naissance de ma fille unique."

444

"‘444 Ocampo Drive’: c’était l’adresse de Henry Miller mais aussi le titre du livre que je lui ai consacré."

7

"C’est un chiffre plein, alchimique et de synthèse. Et c’est aussi le jour de naissance de ma fille."

1968

"J’étais en humanités et cette année m’a marqué. C’était la découverte d’un monde qui bouge et de l’imagination au pouvoir."

13

"Enfant, c’était le numéro de ma maison. C’est un chiffre positif que j’ai toujours bien aimé."

Prenez-vous la peine de renégocier certains contrats?

Non, ça ne m’intéresse pas. En tant qu’administrateur d’une société, je ne vais pas perdre des heures à comprendre et à négocier pour gagner quelques euros. À la maison, c’est différent! C’est ma femme qui gère ce type de contrat et elle est plus pointilleuse que moi.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui entame des études?

Il faut faire ce que l’on aime et si c’est un rêve d’enfant, c’est encore mieux. Il est clair que l’avenir de la génération actuelle sera plus complexe, mais pour réussir il faut sans cesser travailler et inventer. En outre, je pense aussi qu’il faut lier son boulot au sens que l’on veut donner à sa vie. Par exemple, on peut avoir un job qui fonctionne bien, qui rapporte beaucoup d’argent et être très malheureux. Comme on peut être heureux en ayant un travail qui ne permet pas de réaliser tout ce que l’on veut d’un point de vue matériel. Le "matériel" est important pour avoir une vie convenable, mais ce n’est pas ce qui prime pour être épanoui. Un accord entre le sens de sa vie et son job est donc indispensable.

À quel âge souhaiteriez-vous prendre votre retraite?

Je pense que je n’arrêterai jamais d’écrire. Je suis même d’avis qu’il ne faut jamais lever le pied. Le jour où on est officiellement pensionné, il faudrait se lancer dans de nouvelles aventures, faire — pourquoi pas — du bénévolat ou des choses à l’opposé de ce que l’on a toujours fait. Personnellement, je pense que quand j’aurai plus de temps, je m’inscrirais bien comme visiteur de prison. Je crois que ce serait utile.

Achetez-vous parfois en ligne?

De temps en temps. Mon dernier achat, c’était des portemanteaux en bois. Je réserve également des billets d’avion et je commande parfois des livres sur Amazon, mais uniquement ceux que je ne peux pas me procurer directement en librairie. D’abord parce que j’aime la démarche d’aller chez un libraire, mais aussi parce que je soutiens ce métier qui est passionnant et difficile.

"La dernière fois que j’ai marchandé, c’était de la vanille sur l’île Maurice."

Avez-vous des loisirs coûteux?

Non. Par contre, mon plaisir c’est de posséder une petite maison sur l’île de Patmos. Ce n’est pas coûteux en soi, bien que ce petit paradis occasionne des frais d’entretien chaque année.

Êtes-vous plutôt plage, montagne ou city-trips? Préférez-vous partir plusieurs fois sur l’année, ou prendre un maximum de congés d’un coup?

J’apprécie les city-trips car j’aime découvrir en peu de temps les villes que je ne connais pas. J’aime aussi les lieux mixtes comme Patmos: j’ai la mer pour me baigner et des collines à escalader. Je travaille d’ailleurs durant une grande partie de l’été depuis ma petite maison en Grèce.

"Ce n’est pas très original mais je pense qu’il faut toujours se constituer une poire pour la soif et surtout ne pas dépenser de manière hystérique ou consommer à outrance."
Le conseil

En voyage, aimez-vous marchander?

Oui si c’est ancré dans la culture du pays. Mais même si on prend la peine de marchander, je pense qu’au final on se fait toujours avoir. La dernière fois que j’ai marchandé, c’était de la vanille sur l’île Maurice et là-bas, il faut généralement diviser les prix demandés par cinq.

Si vous aviez un budget illimité, quels seraient les pays ou régions que vous souhaiteriez visiter et comment?

Je retournerais bien aux îles Galapagos, puis je ferais un vrai tour du Monde en deux ans que ce soit en bateau, en calèche, en train, en avion, en vélo, en voiture et à pieds.

"Mon portefeuille est assez classique mais il est bourré de papiers: des tickets, des prescriptions de médecin, etc. En fait, ça fait deux ans que je me répète que je devrais faire du rangement. Par contre, à part la carte du Delhaize et celle de Brussels Airlines, je n’ai aucune carte de fidélité." ©Debby Termonia

[Suivez Caroline Sury sur Twitter en cliquant ici]

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés