Aller vers L'Echo ×
×

Bouli Lanners: "Je sais ce que c'est d'être pauvre et ça m'a marqué à jamais"

0
Réagir
 © Dieter Telemans
3 Temps de lecture

2 photos

Philippe Gillet: "J'ai rencontré beaucoup de personnes qui ont perdu des amis à cause de l'argent"

  • 25 décembre 2016 08:00

Questions d'argent à Philippe Gillet/54 ans/Restaurateur/Fondateur des restaurants "Mamy Louise" (Bruxelles Goulet Louise, La Hulpe, Wavre, Waterloo et Boitsfort, ce dernier en location)/Travaille en famille avec son épouse et ses deux enfants/Amateur de voitures sportives qu’il conduit en circuits.

Publicité

Publicité

Publicité

Vous souvenez-vous de votre premier job?

J’avais 17 ans et je sortais de la cinquième année d’études de l’école hôtelière de Libramont. Un stage m’était proposé. Dans un restaurant déjà mythique, "La Villa Lorraine". Le premier jour, pour mon premier service en salle, on m’a dit "Manneke, tu enlèves la 15". Il s’agissait d’aller porter à cette table l’assiette des fameuses écrevisses "Villa Lorraine". L’assiette était lourde, tout en hauteur, et de la vapeur s’en dégageait. Ce fut donc mon premier contact avec les portes battantes qui menaient à la salle. C’était impossible pour moi de les ouvrir. Heureusement, la dame qui gérait la sortie des bouteilles de vin, me les a ouvertes.

Et votre premier salaire?

C’était après mes études, au restaurant "La Pomme Cannelle" de Michel Beyls. Je travaillais en salle. Et puis, ce fut six mois chez Pierre Romeyer.

Êtes-vous un acheteur impulsif, un consommateur qui peut dépenser sans compter?

Je ne suis pas tellement impulsif mais il m’arrive d’avoir des coups de cœur, par exemple pour du vin dans de beaux millésimes. Je suis aussi attiré par les voitures et les belles montres.

Le conseil

"Les jeunes doivent apprendre ou réapprendre l’envie de travailler. Il faut les encourager à être courageux. Qu’ils sachent que ce que l’on sème, un jour, on pourra le récolter. Hélas, les banques ne sont plus vraiment présentes pour les soutenir. Elles ont perdu leur premier métier, celui d’aider leurs clients. C’est très dommage pour les jeunes qui débutent."

Une chose pour laquelle vous ne dépenseriez-pas un euro?

Des produits "nobles" comme la truffe lorsqu’elle est trop chère. Il faut être raisonnable. Et ce que l’on achète, il faut le vendre.

Quel fut le pire achat que vous ayez jamais effectué?

On revient aux voitures. C’était un ancêtre, une réplique de la fameuse AC Cobra de 1965, achetée en Belgique et immatriculée comme ancêtre. J’ai essayé de la réimmatriculer. Sans succès. J’ai tout essayé. Cela a duré quatre ans et je puis je l’ai finalement revendue à un tiers du prix auquel je l’avais achetée…

Comparez-vous les prix avant d’acheter?

Oui, notamment avec mes fournisseurs. Pour certains produits, comme les poissons, les prix peuvent très fortement fluctuer. De temps en temps, je montre aux fournisseurs que je compare leurs prix à d’autres. Sur les quantités achetées, cela peut changer la donne et ma facture.

Vous devenez millionnaire. Que devient votre vie?

Il faut d’abord que je joue… Mais je crois que rien ne changerait. De plus belles voitures, une maison plus agréable, des vacances plus merveilleuses? J’ai rencontré beaucoup de personnes qui ont perdu des amis à cause de l’argent, qui fait aussi perdre beaucoup de valeurs.

Y a-t-il des comportements liés à l’argent qui vous insupportent?

Le non-respect de certaines valeurs et aussi un ego souvent surdimensionné.

Quel objet ne pourriez-vous jamais vendre?

J’aime les changements, les nouveautés. À part quelques objets très personnels, je pourrais revendre beaucoup de choses auxquelles j’ai tenu.

Êtes-vous collectionneur?

Je possède quelques montres et deux Porsche, dont une ancêtre.

"Quand on a de l’argent, il peut partir très vite."

Quelle est votre principale leçon de vie concernant l’argent?

Il ne doit jamais être une motivation première. Avec mon épouse, nous avons toujours beaucoup travaillé. Après autant d’années, on vit bien mais il faut être attentif. Quand on a de l’argent, il peut partir très vite.

Que paye-t-on trop cher en Belgique?

Les lois sociales, l’ONSS. Sur notre chiffre d’affaires, les frais de personnel s’élèvent entre 30 et 40%. Nos charges sociales sont déraisonnables.

Malgré la pression au quotidien de votre profession, prenez-vous régulièrement des vacances? Via des agences de voyage?

Nous essayons de partir une semaine en hiver et une autre en été. Pendant des années, nous n’avons pas pris de vacances. J’aime bien la neige mais j’ai la hantise de mal tomber en pratiquant le ski. Le soleil, c’est plus tranquille. Nous passons souvent par des agences et apprécions les formules "Club", s’y détendre avec des couples d’amis.

Une bouteille d’eau à 28 euros dans un grand hôtel de Courchevel: vous achetez?

Je demanderais le prix au verre…

Vos vacances sont-elles financièrement budgétées?

Non, mais nous essayons de rester pondéres, raisonnables dans nos dépenses. Nous ne sommes guère pour le "no limit".

 © Dieter Telemans © Dieter Telemans

Que contient votre portefeuille?

Les classiques cartes de crédit: American Express, Visa, Master Card. Et aussi des tickets restaurant pour payer mes courses chez Delhaize…

Et encore, ma carte d’affilié à la fédération de golf et celle de ma licence pour rouler sur circuit.

En 5 dates
  • 1974: "J’avais 13 ans quand j’ai débuté mes études à l’école hôtelière de Libramont. J’y ai passé cinq ans."
  • 1980: "Deux mois en stage à ‘La Villa Lorraine’. En tenue de service de l’époque: queue-de-pie, plastron, nœud papillon et toujours ces portes battantes pour entrer en salle sous l’œil critique et professionnel de ‘Monsieur Henri’, le maître d’hôtel.".
  • 1990: "Ouverture de mon premier restaurant, ‘Le Vieux Boitsfort’."
  • 2003: "‘Le Vieux Boitsfort’obtient une étoile au Michelin. Et dans la foulée, mon deuxième restaurant voisin du premier, ‘Le Grill du Vieux Boitsfort’décroche un BIB gourmand. Et ‘La Table de Mamy’, à Woluwé, aussi!"
  • 2012: "J’ai 50 ans. Lorsque j’en avais 25, les quinquagénaires me disaient: ‘profites-en!’. Maintenant, j’estime que j’ai encore beaucoup de choses à entreprendre. Les projets entretiennent la pensée positive."
Source: MonArgent

Publicité

Publicité
× Fermer