Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

André Flahaut: "Je consulte encore le solde de mon compte à vue dans mon agence bancaire"

André Flahaut/61 ans/Ministre d’Etat, ministre du Budget, de la Fonction publique et de la simplification administrative auprès de la Fédération Wallonie-Bruxelles et conseiller communal à Nivelles (PS)/Il a été ministre fédéral de la Fonction publique, puis de la Défense et ensuite Président de la Chambre des représentants/Licencié en sciences politiques et administratives publiques (ULB)/Fan de BD, ses plus grandes passions restent son métier et sa région.
©Wim Kempenaers (WKB)

Quel a été votre premier job rémunéré à la fin de vos études?

J’ai été engagé à l’Institut Émile Vandervelde (le centre d’étude du PS) comme collaborateur extérieur. On m’avait mis un petit bureau sur le palier car il n’y avait plus de place. J’étais juste à côté du monte-plats. Ça ne s’invente pas…

"Je refuse de porter un smoking. C’est ma façon à moi de ne pas me maquiller et de rester naturel."

J’étais surtout proche d’une salle de réunion et les participants téléphonaient souvent dans un bureau en face de moi. J’étais donc toujours informé de tout. Comme quoi, il ne faut pas nécessairement être au sommet de la hiérarchie pour avoir certaines informations. Il suffit juste d’être à côté de la photocopieuse…

Avez-vous une collection?

En 5 Chiffres

2

"J’ai deux enfants. Un fils né en 1983 qui est avocat à Chaumont-Gistoux et une fille née en 1988 qui est responsable de la coupole qui s’occupe des centres de soins à domicile."

3.085

"Le nombre de jours où j’ai été ministre de la Défense. C’est un record."

48

"J’ai présidé la 48e session de la Chambre des représentants."

1457

"Le code postal de ma commune natale: Walhain. Je suis né plus précisément à Perbais sur la table de la cuisine de la maison familiale, le 18 août 1955. Ma mère avait été à la fête locale la veille et il y avait encore un paquet de frites sur la table."

10.000 BEF

"Mon premier salaire. Il m’a permis d’acheter une petite voiture à un bon prix. C’était une Renault 8. Le coffre était à l’avant et il fallait y mettre des sacs pour éviter de déraper en hiver."

Oui, je conserve les cailloux du monde entier. Par exemple, un morceau du Mur de Berlin, une pierre de la Muraille de Chine ou du Désert de Gobi, etc. J’ai plus de 1.500 pierres que j’ai pris la peine de photographier et de référencer. Je ne les ai pas toutes ramassées moi-même. Des connaissances m’en ramènent de leurs voyages.

Avez-vous déjà fait une planification successorale?

Non. J’y pense et puis j’oublie. En fait, je vais davantage à des enterrements qu’à des naissances. Donc, disons que je pense plus à mettre de l’ordre dans mes papiers pour ceux qui restent après. Ne rien faire ou ne pas y penser, ce serait un peu égoïste. C’est important d’avoir le souci de bien sortir et ne pas laisser des problèmes à ceux qui suivent.

La digitalisation bancaire fait l’actu. Utilisez-vous une app?

Je ne fais aucun virement moi-même. Je fais confiance à ma secrétaire qui fait cela depuis des années et qui n’oublie aucune échéance. Par ailleurs, j’ai encore le réflexe de passer à ma banque pour aller chercher du liquide et du coup je consulte mon solde. Avec le métier que je fais, je dois toujours avoir un peu de cash sur moi pour offrir des verres ou donner l’une ou l’autre dringuelle.

Dans quoi êtes-vous prêt à mettre le prix pour votre qualité de vie personnelle?

La santé! Le bon sens populaire dit d’ailleurs que tant qu’on a la santé, on a le reste. Je pense qu’il est important de souscrire une assurance hospitalisation pour soi-même et pour ses proches même si pour cela il faut faire des sacrifices. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai arrêté de fumer quand j’étais jeune en pleine période de bloc. À l’époque, je fumais deux paquets de Gauloises par jour. Et un jour, alors que je venais acheter pour la deuxième fois de la journée des cigarettes, le patron du bistrot m’a dit "tu vas crever!". Je me suis dit qu’il n’avait pas tort et j’ai arrêté le lendemain sans rien dire à personne. C’est la clé du succès.

Et si vous deviez réduire votre train de vie, quelles dépenses sacrifieriez-vous?

Certaines dépenses en journaux et en revues. J’achète tous les journaux de la presse francophone belge, Het Laatste Nieuws et Le Monde. Je continuerais bien sûr à m’informer, mais autrement. Je ne vois pas vraiment ce que je pourrais sacrifier d’autre. Je vais rarement au restaurant et jamais en vacances.

Donnez-vous aux mendiants?

Oui car je peux difficilement passer à côté d’eux sans faire un geste. J’achète toujours quelque chose à un SDF près d’un supermarché. Même une bière car je ne peux pas être insensible.

Possédez-vous un objet, même sans valeur, que vous ne vendriez pour rien au monde?

Le conseil

"Il faut avoir une gestion prudente de son argent, sans nécessairement tomber dans un comportement d’avarice. Autrement dit, il faut l’utiliser pour profiter des choses qu’on souhaite tout en ayant un souci de prévoyance. Enfin, il ne faut pas seulement penser à soi mais aussi aux autres en étant solidaire."

L’alliance de ma mère. Elle est décédée en 2013 et le médecin qui lui a donné les derniers soins me l’a remise. Depuis, elle est dans mon portefeuille.

Y a-t-il des comportements ou sujets liés à l’argent qui vous insupportent?

Le bling-bling. Ça ne me dérange pas que les gens aient de l’argent. En revanche, je ne supporte pas la façon ostentatoire qu’ont certains d’étaler leurs richesses, assorties de propos pincés sur des thèmes convenus. D’ailleurs, par principe, j’ai toujours refusé de porter un smoking. C’est ma façon à moi de montrer que je n’ai pas envie de me maquiller. Je veux rester naturel.

Dans son portefeuille

 "Il est très épais car il correspond à mon agenda. Je le gère moi-même, ce qui pose de graves problèmes à mon secrétariat. Mais c’est aussi mon portefeuille vu qu’il contient mes cartes de banque, celles de quelques supermarchés ainsi que ma carte d’identité et quelques cartes d’accès."

©doc

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés