Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

"Ça m'ennuie de comparer les prix pour tenter de gagner 5 euros par-ci, par-là"

Caroline Veyt / 41 ans / Bruxelloise / Diplômée de philologie romane (ULB) /Titulaire d’un certificat en gestion commerciale (CERGECO-ICHEC) / A passé quelques mois au Conservatoire de Bruxelles en Déclamation / Chroniqueuse dans "On n’est pas des pigeons" sur la Une, elle a d’abord abordé la télévision (et le cinéma) comme comédienne / Régulièrement sur les planches avec la pièce "Les Émotifs Anonymes" et le spectacle d’improvisation "Motamo".
©rtbf

Quel type de vacances ne choisirez-vous jamais?

Les formules "all-in" avec toboggan, animations et boissons à volonté. Ça, c’est le pire du pire. C’est carrément l’angoisse. Mes vacances doivent être synonymes d’eau et de calme. D’ailleurs, cet été, je suis partie dans une ancienne abbaye transformée en hôtel avec piscine.

"Les vacances all-in avec toboggan, animations et boissons à volonté, c'est l'angoisse."

Demandez-vous parfois des conseils en agence?

Cela m’est arrivé mais en principe j’organise presque toujours mes vacances moi-même car je n’aime pas sentir que je perds mon indépendance. Genre quand on vous crie: "Montez dans le bus n°2…"

Testez-vous des formules de vacances originales?

Je ne suis pas une grande globe-trotteuse alors qu’il y a beaucoup de destinations que j’ai pourtant envie d’explorer. Quand j’avais 18 ans, je suis partie 2 mois et demi avec un sac à dos en Équateur. J’ai adoré. Il n’y avait pas encore de smartphone et être coupée du monde m’a fait le plus grand bien. J’espère refaire ce genre de trip avec mes filles quand elles seront ados et qu’on pourra partir tout l’été pour faire un long voyage.

Consacrez-vous un budget important à leur éducation?

J’essaie de les emmener au cinéma ou au théâtre. Même si elles n’ont que 7 et 10 ans, je les ai par exemple emmenées voir une pièce de Molière. J’étais persuadée qu’on partirait à l’entracte mais elles ont refusé tellement cela leur a plu. On fréquente aussi régulièrement une librairie ou la bibliothèque et on prend le temps de choisir plein de livres (même scientifiques).

©doc

"Je fais du tri chaque jour sinon cela devient vite la folie. Il y a peu, j’ai jeté trois quarts de mes cartes de fidélité. À part ça, il contient des photos de mes enfants, des vignettes de ma mutuelle, des bons de réduction pour le supermarché — c’est toujours pratique — et parfois l’un ou l’autre ticket de loterie."
Dans le portefeuille de Caroline Veyt

Leur parlez-vous d’argent?

Oui car je veux qu’elles soient conscientes de sa valeur. Je leur donne chaque semaine de l’argent de poche (50 cents et 2 euros) pour les familiariser avec la notion d’argent. Et si elles veulent vraiment quelque chose, elles doivent se le payer avec leurs économies. C’est une manière de leur inculquer que tout n’est pas dû…

En tant que "pigeon", êtes-vous la reine des bons plans?

J’ai tendance à davantage miser sur le qualitatif que le bon plan. Si un avion est moitié moins cher au départ d’Amsterdam, je vais quand même partir de Bruxelles. D’ailleurs, cela me fatigue d’essayer de gagner 5 euros par-ci, par-là. Si on me dit qu’un objet que je convoite est 15 euros moins cher dans le magasin voisin, c’est là que j’irai l’acheter mais je ne vais jamais faire de comparatif moi-même. Chacun sa motivation dans la vie. Mais personnellement, je n’y arrive pas.

Avez-vous déjà accepté un job parce qu’il payait bien?

J’ai fait du mannequinat et j’avoue que je ne me suis jamais sentie à l’aise dans ce milieu. Sans doute parce que tout est basé sur l’apparence. Mais le jour où j’ai quitté mes parents, cela m’a permis de me payer des études supplémentaires au Conservatoire, de continuer à me former au théâtre et de suivre une formation à l’Ichec tout en assurant mes besoins. En gros, d’avoir une vie confortable en bossant 3 ou 4 jours par mois.

"Il ne faut jamais présager de l’avenir. Au contraire, il faut gérer ses finances à sa mesure et avec ce que l’on a aujourd’hui pour éviter de s’étrangler avec un ou plusieurs emprunts."
Le conseil

Cela ne donne-t-il pas une drôle de notion de l’argent?

C’est sûr qu’après avoir gagné 800 euros la journée, au début j’avais l’impression qu’on me charriait quand on me proposait un salaire normal (rires).

De quel type de dépense diriez-vous que c’est de l’argent jeté par les fenêtres?

On est vite dans le jugement dans ce genre de réponse. Or, on a tous une conception différente de l’argent. Est-ce forcément négatif de jeter de l’argent par les fenêtres alors qu’en fin de compte ça fait tourner l’économie?

Avez-vous changé vos habitudes en matière de mobilité?

Jadis, je roulais en scooter mais je ne me sentais pas en sécurité. Paradoxalement, je me sens mieux sur mon vélo et je rêve qu’on ait de vraies pistes cyclables à Bruxelles. La Ville doit faire un effort. Si c’était plus sécurisé, je roulerais plus volontiers avec mes filles quand on doit faire des courses. C’est bien de nous encourager à faire des efforts de mobilité, mais si on ne nous protège pas…

Caroline Veyt en 5 chiffres

30 min

"Le temps que j’essaie de prendre pour moi chaque jour avant d’aller dormir, que ce soit pour lire ou ne penser à rien."

3

"Le nombre de moments heureux qu’on essaie de se raconter chaque soir à table avec mes filles. On a commencé cet exercice il y a quelques mois et cela génère énormément d’énergie positive. Je suis heureuse de réussir à les pousser à se concentrer sur ce qui va bien."

24h

"C’est le résultat que j’obtiens quand j’additionne les 2 heures de naissance de mes filles. Je trouve ça incroyable. J’y ai vu comme un signe de leur complémentarité. Je suis un peu obsédée par les nombres complémentaires, ça me fascine."

2011

"Le début de l’aventure ‘On n’est pas des pigeons’. J’ai eu beaucoup de chance parce que depuis lors, tous les projets se sont formidablement enchaînés: il y a eu la Première, puis la Trois, le concours Reine Elisabeth et Musiq3 qui est une équipe avec laquelle j’adore collaborer."

9

"Mon nombre d’heures de sommeil idéal. Je n’y arrive quasiment jamais. Mais quand c’est le cas, cela change tout. Si je peux m’offrir le luxe de me lever à 8h ou 8h30, la journée est déjà belle."

 

 

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés