Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Françoise Belfroid: "En famille, je parle business, pas argent"

Administrateur délégué des Ets. E. Ronveaux (construction, rénovation, électricité)/ 52 ans/ A succédé à sa mère à la tête de l’entreprise familiale (600 personnes)/ A commencé au département "qualité totale"/ Titulaire d’un MBA/ Mariée à un Flamand/ Mère de 4 fils/ Manager namuroise de l’année 2015.
©Anthony Dehez

Vous rappelez-vous de votre premier "contact" avec l’argent?

Je me rappelle que je recevais mon dimanche: 20 francs belges. Souvent, maman oubliait de nous le donner, alors parfois, on faisait les comptes. Un jour, tous les 4 enfants, nous avons menacé de faire un barrage dans la cage d’escalier pour enfin recevoir nos dimanches oubliés….

Quelles sont les choses pour lesquelles vous dépensez volontiers?

Le vin et la gastronomie en général, les voyages et les bijoux (pierres précieuses en particulier).

Que payons-nous vraiment trop cher en Belgique?

Les restos… et pourtant nos restaurateurs ne gagnent pas suffisamment leur vie. Il manque d’emplois à petits salaires en Belgique. Plutôt que de dire ce que nous payons trop cher, je pointerais plutôt le manque de services (personne pour ensacher aux caisses des magasins, par exemple).

"Mon portefeuille est très light. Il contient juste le strict nécessaire. Essentiellement des cartes et très peu d’argent. Quelques pièces pour Mme Pipi…" ©DOC

Quel type de consommatrice êtes-vous?

Je ne prends absolument pas le temps de comparer. Je recherche systématiquement la qualité et des spécificités techniques particulières. Je sais exactement ce que je veux, et le prix m’importe peu. Comme mes critères sont très précis, j’ai plus vite fait de chercher et commander sur internet, puis de me faire livrer la marchandise.

Au quotidien, où faites-vous vos courses?

J’adore les gens de métiers. J’achète donc ma viande chez un boucher, mon poisson chez un poissonnier, mes légumes chez un marchand de légumes. Mon bon plan c’est d’acheter de la qualité, et de respecter les artisans et commerçants locaux qui se donnent du mal!

Soutenez-vous une œuvre?

Pas de façon structurelle ou générale. Je soutiens des œuvres si leur message me touche. La lutte contre la sclérose en plaques me tient à cœur, par exemple, car j’ai une amie qui en souffre.

Vous a-t-on déjà demandé de l’argent à prêter?

C’est déjà arrivé, mais en général, je ne le fais pas. Comme disait mon grand-père, "prêter c’est bien mais donner c’est mieux, et le résultat est le même!"

Pensez-vous déjà à votre pension?

Absolument pas. Je n’y pense pas, je ne l’imagine pas. Je suis trop jeune. Mais mon fils s’en préoccupe. Il me demande pourquoi je n’investirais pas dans l’immobilier, pour avoir des rentrées. Ce qui est certain, c’est que je resterai active!

Faites-vous des investissements?

Non pas à titre privé, je n’ai pas le temps. Mais je sais que je devrais pour mes vieux jours. Mon portefeuille ne contient rien de bien original. Uniquement la société familiale. C’est une tradition: tout le patrimoine de l’entreprise s’y trouve, et tout y reste pour contribuer à son développement… L’avantage, c’est que vous ne dépendez pas de la Bourse et que vous gagnez du temps en ne suivant pas quotidiennement les mouvements boursiers… plutôt agités pour le moment.

Parlez-vous d’argent en famille, entre amis? Vous demande-t-on conseil?

En famille, je parle business, pas argent. J’ai un fils qui se passionne pour la Bourse, mais moi, ça me dépasse. Je ne parle pas d’argent non plus avec mes amis. Mais il m’arrive par contre de donner des conseils pour mieux gérer un budget personnel, par exemple.

"Faites le métier que vous aimez, c’est ce qui vous rapportera le plus… Si ce n’est pas en argent, ça le sera en tout cas en qualité de vie."
Le conseil

L’économie de partage vous séduit-elle?

Je crois qu’elle à toujours existé mais elle est plus facilement exploitable aujourd’hui grâce à internet. De tout temps, des personnes ont hébergé des étudiants; aujourd’hui ça s’appelle Airbnb ou Weroom. On ne fait plus du stop comme avant, on utilise BlaBlaCar! Pourquoi pas…

Y a-t-il des comportements liés à l’argent qui vous insupportent?

Je ne suis pas une fille d’argent. Je déteste que l’on étale ce que l’on possède.

Utilisez-vous les nouvelles technologies pour vos finances personnelles?

Juste mon smartphone pour le "home banking" et mes cartes de fidélité qui sont toutes enregistrées sur l’app "FidMe". Rien d’autre.

Avez-vous déjà connu une grosse déconvenue financière?

Oui, je me suis plantée royalement. J’avais projeté d’emmener toute la famille en vacances en Bulgarie, et une fois arrivés à l’aéroport, le matin à l’aube, je me suis aperçue que je n’avais pas prévu de passeports pour les enfants. 1.000 euros et quatre jours plus tard, nous avons enfin commencé nos vacances. Par contre, au rayon des bonnes affaires, je suis très attachée à mon Audi A8 qui a 10 ans et affiche… 525.000 km.

13

"Mon chiffre porte-bonheur, mais cela n’a rien d’original."

1990

"L’année charnière: celle de mon mariage et de mon entrée chez Ronveaux."

4

"Le nombre d’enfants que j’ai. Mais aussi les années où Ronveaux a fait des acquisitions (1984, 1994 et 2004)."

1998

"L’année où je suis entrée en possession des actions Ronveaux (avec beaucoup de dettes) et d’une fabuleuse fête d’anniversaire (3 jours!) pour les 75 ans de l’entreprise."

600

"Le nombre de familles qui dépendent de nous, que nous respectons et pour lesquelles nous nous battons tous les jours afin de maintenir l’emploi."

 

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés