interview

Frédéric Cauderlier: "Pour respecter strictement le budget des vacances, j'utilise une carte prépayée"

©Kristof Vadino

Questions de vacances à Frédéric Cauderlier/ 40 ans/ Porte-parole du Premier ministre/ Avant d’occuper ce poste, il était déjà le porte-parole de Charles Michel qui était alors président du MR/ Il dirigeait aussi la communication du MR/ Journaliste en radio et à la télévision chez RTL Belgium jusqu’en mars 2011/ Diplômé en Sciences des communications appliquées (IHECS)/ Passionné de politique et d’histoires politiques, il lit de nombreuses biographies/ Pour se détendre, il pratique le ski, le jogging et la voile.

Où êtes-vous déjà parti en vacances cette année?

On s’est offert un très beau voyage d’une dizaine de jours avec les enfants en Floride à Pâques (car c’est la meilleure saison et que les billets d’avion sont à moitié prix). On a préparé ce périple pendant deux ans en expliquant à nos filles ce qu’est la culture américaine et ce qu’on allait voir là-bas. On leur avait d’ailleurs préparé un road book.

Pas de voyage cet été alors?

Si, car j’ai la chance d’avoir un petit bateau en Zélande. On y a passé quelques jours. On y va une dizaine de week-ends par an car c’est à seulement 1h15 de Bruxelles. Ce qui est chouette, c’est qu’il y a plein d’endroits où aller: des petites îles, des villes, des ports plus reculés…

Vous arrive-t-il de partir skier?

Il me faut ma semaine de sports d’hiver chaque année. Je ne peux vraiment pas m’en passer. Si je devais choisir, je préfère ne pas partir en été et avoir ma semaine de ski.

Cela fait environ cinq ans qu’on va dans la station de Valmenier (France) car elle est familiale. Mais aussi et surtout parce qu’elle se situe dans la Vallée de la Maurienne. Ce qui est un énorme avantage sur la route car les grosses stations sont toutes dans la Vallée de la Tarentaise.

Arrivez-vous à complètement déconnecter du boulot?

C’est impossible dans ma fonction. La seule fois où j’y suis presque arrivé, c’était en Floride. Vu le décalage horaire (6 heures), j’ai coupé mon GSM la nuit en aiguillant mes appels vers d’autres collègues.

Sinon, j’avoue que je ne l’éteins jamais car c’est un boulot où il faut être en veille permanente. L’an dernier, à peine arrivé en Corse, il n’a pas arrêté de retentir suite à l’agression des deux policières à Charleroi. J’ai alors passé ma journée à organiser des choses depuis l’île de Beauté.

Le voyage de vos rêves?

J’espère un jour aller au Costa Rica mais surtout rejoindre l’Amérique Latine à bord de mon bateau. Il me faudra du temps vu que c’est le vent qui décidera de ma vitesse de progression. Et si j’avais plus de moyens, je partirais sans hésiter à la découverte du monde.

"Avant de valider une commande sur le web, je cherche toujours un code promo. Ça fonctionne dans 9 cas sur 10 et ça me permet d’économiser une ou plusieurs dizaines d’euros."
Le conseil

Vous fixez-vous un budget annuel pour vos vacances?

Comme nous sommes 4, je ne peux pas me permettre trop de folies. Pour respecter notre budget, notre technique consiste à utiliser une carte prépayée plutôt qu’une carte de crédit. De cette manière, on sait précisément où on en est.

Avez-vous déjà testé des formules de logement originales?

En Thaïlande, j’ai eu l’occasion de passer une nuit dans une cabane de bambou grâce à des amis sur place qui nous ont permis de sortir des sentiers battus. Ce qui était impressionnant, c’était d’être réveillé la nuit par des cris de singe.

Qu’est-ce que vous ne supportez pas en vacances?

Je déteste le tourisme de masse, les endroits bondés où on est accosté par ceux qui veulent à tout prix vendre quelque chose. De manière générale, comme beaucoup de monde je pense, j’ai d’ailleurs horreur des obligations en vacances.

Et quel est votre pire souvenir?

On est parti à plusieurs via un tour-opérateur à Hurghada en Egypte car il y avait une promo. Je ne me suis jamais autant ennuyé. J’ai même été me renseigner pour voir s’il n’était pas possible de rentrer plus tôt mais il n’y avait pas d’avion disponible. On ne retournera donc jamais dans un hôtel en all-inclusive. Le concept de vacances où il faut être les premiers au buffet pour avoir du choix et où il faut se lever tôt pour réserver un transat avec une serviette, non merci!

Ramenez-vous des souvenirs?

Non parce que c’est souvent très beau sur place et très moche chez vous!

L’objet indispensable dans votre valise?

Mon bermuda et une paire de baskets pour aller courir, peu importe la place qu’elle prend dans ma valise. En vacances, je cours au moins 10 à 15 km tous les jours. Au bout du troisième, ça fait un peu mal aux jambes mais au cinquième, le rythme est pris et ça me fait vraiment du bien.

Des bons plans à partager?

Si vous avez de la patience et que vous êtes souple, il y a toujours moyen de trouver des tarifs avantageux sur Internet. Pour des voyages intercontinentaux, il ne faut jamais hésiter à faire des escales. C’est souvent intéressant pour les billets d’avion et puis on voit du pays.

"Mon portefeuille est plutôt un porte-cartes. En dehors des cartes classiques comme ma carte d’identité ou mon permis de conduire, il ne contient que deux cartes de fidélité." ©Kristof Vadino

Que contient votre portefeuille?

Mon portefeuille est plutôt un porte-cartes. En dehors des cartes classiques comme ma carte d’identité ou mon permis de conduire, il ne contient que deux cartes de fidélité car je n’aime pas les accumuler. Surtout qu’on n’a jamais celle qui nous faut au bon moment. De plus, à part un billet de 5 ou 10 euros, je n’ai quasi jamais de cash sur moi. Et quand on m’en prête un peu pour payer un déjeuner par exemple, je rembourse directement le montant via une application bancaire. Il y a aussi une photo de mon père décédé l’an dernier.

En 5 chiffres

 

  • 4: "C’est un chiffre qui symbolise bien ma vie et ma famille. Avec mon épouse, nous avons deux filles âgées de 6 et 10 ans."
  • 1990: "L’année où je suis allé pour la première fois en Roumanie. C’était en bus dans le cadre d’un échange scolaire. En effet, notre école avait accueilli une famille qui avait fui le pays. C’est un pays que j’apprécie énormément."
  • 1993: "D’ailleurs, j’ai motivé des copains à retourner avec moi en Roumannie alors qu’on avait à peine 16 ans. Nous sommes partis en train, ce qui est une superbe manière de découvrir un pays. Après avoir quitté l’Allemagne, on n’était déjà plus dans le même monde, visuellement parlant."
  • 2004: "L’année du tsunami en Asie. J’y étais en tant qu’envoyé spécial pour le JT. Même si ça été une ‘belle’ expérience sur le plan professionnel, la couverture de cette catastrophe m’a aussi fortement marqué. J’ai été confronté à la mort, aux odeurs et aux histoires."
  • 1.000: "Peu importe la météo, c’est la distance en km que je cours en moyenne chaque année. Je fais du jogging au moins deux fois par semaine: un parcours d’environ 10 km en semaine et un autre d’au moins 15 km le week-end."

 

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content