interview

Olivier Leborgne | "Face à des bonbons, je dépense sans compter!"

©Kristof Vadino

51 ans/Comédien et humoriste belge/Diplômé d’art dramatique (IAD)/ Complice d’André Lamy dans "Votez pour moi" tous les jours sur Bel RTL, émission qui fêtera ses 10 ans ce 13 octobre/Ancien jouteur emblématique de la Ligue d’improvisation belge, il a été champion du monde au Québec en 1999/Avec son ami Patric Ridremont, il a créé l’Improshow/Il prête souvent sa voix à des spots publicitaires/Les animaux sont sa passion, surtout son chat, Sherkan!

Votre célébrité vous facilite-t-elle la vie? Vous ouvre-t-elle des portes?

Disons qu’il m’arrive plutôt des petits trucs sympas comme des sourires qui sousentendent "je sais qui tu es mais je ne dirai rien". Et depuis que j’ai joué dans une pub pour Carrefour Market, il m’est arrivé des trucs marrants. Un jour, dans un Carrefour, un client m’a interpellé en me demandant où étaient les melons. Je n’ai jamais su si c’était de l’humour! Et puis un autre dans un Delhaize m’a dit "je ne dirai à personne que je vous ai vu ici."

Avez-vous un jour accepté un travail uniquement parce qu’il payait bien?

Évidemment! D’ailleurs, je ne me suis jamais retrouvé sans travail. Un jour, on m’a proposé de jouer "Arlequin"! Je pensais que c’était pour le théâtre! Mais pas du tout, il fallait juste être déguisé et distribuer des bonbons et des ballons pour un mariage sur le thème de Venise. Du coup, j’ai mis mon ego en poche, mais dans l’autre poche, j’ai touché le magot. À l’époque, c’était l’équivalent d’une semaine de répétitions et finalement, je me suis bien amusé.

Avez-vous souvenir du pire achat que vous ayez jamais effectué?

"Il n’y a pas grand-chose à part un peu de cash, une carte de réduction pour une enseigne qui vend des parfums, une carte ‘Club’et ma carte ‘golden access’au Carrefour Market (rires)!" ©Kristof Vadino

Une voiture! Le jour où j’ai été la chercher et que je me suis assis dedans, je me suis dit "bad choice"! J’avais pourtant flashé sur elle, mais finalement ça n’a jamais été entre nous! Elle a assez vite pris l’eau (après 3 mois) et en plus, j’avais oublié de prendre l’option sièges chauffants (rires).

Trouvez-vous le cinéma cher?

Le prix d’un horodateur à Bruxelles m’énerve bien plus que celui de la place de cinéma. C’est un spectacle et j’ai le choix d’y aller ou pas. Le parking non. Et je dois en plus payer des taxes communales.

Qu’avez-vous déjà entrepris pour préparer votre pension? Ça vous stresse?

Non. D’une part, parce que j’ai suivi les conseils de mon père — qui est mon coach fiscal en plus d’être mon coach parental — et que j’ai donc prévu le coup. D’autre part, parce que j’ai la chance de faire un métier que je pourrai faire tout au long de ma vie ou en tout cas, tant que je serai en possession de toutes mes facultés mentales.

Avez-vous un talon d’Achille en matière de dépenses?

Je ne me prive pas. Je ne suis pas non plus dépensier, sauf pour un bon restaurant ou des voyages! Mais il ne faut pas me mettre des "Haribo" ou des "Wine Gums" devant les yeux, sinon je deviens fou!

"À défaut d’être doué dans les chiffres (comme moi), faites-vous assister par un bon comptable."
Le conseil

Qu’est-ce qui vous choque le plus: le salaire de certains joueurs de foot ou celui des grands patrons?

Le barnum autour des joueurs de foot! Les transactions de cet été ont dépassé mon entendement. Des gens qui se saignent pour aller voir des millionnaires taper dans un ballon, c’est le truc le plus paradoxal que je connaisse. Pour les grands patrons, je suis d’avis qu’ils ne doivent pas être payés de la même manière qu’un travailleur, mais cela ne doit pas non plus prendre des proportions débiles!

Trouvez-vous certains tarifs excessifs?

Les taxis et l’immobilier à Bruxelles! De manière générale, on est dans un pays où la plupart des choses coûtent cher!

Que feriez-vous si vous deveniez riche du jour au lendemain?

Bingo, j’ai ma pension! Plus sérieusement, je pense que je continuerais à faire ce que je fais maintenant, tout en partageant l’argent avec ma famille et mes amis! Mais pas tout, hein (rires). J’en donnerais aussi une partie à L’Arche. C’est un refuge pour animaux qui fait un boulot formidable!

Quel est l’objet dont il vous serait impossible de vous passer?

Je ne suis pas fétichiste, mais je tiens à quelques objets de famille qui ont une histoire: le fauteuil et la malle de mon grand-père et la montre de mon parrain.

En 5 chiffres

6

"Mon numéro fétiche quand j’étais jouteur à la ligue d’impro, en référence au ‘Prisonnier’, série mythique dont je suis fan."

66

"Année de ma naissance et nom d’une route mythique que j’aimerais faire un jour avec mon amoureuse, en Mustang 66 bien évidemment."

666

"Chiffre du diable pour continuer avec les 6."

15

"L’âge de mon chat qui est, pour rappel, mon idole (rires!)"

30

"Années d’amitié ininterrompue avec Patrick Ridremont mon ami de toujours et à jamais. Seule la mort nous séparera. Et encore…"

 

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content