interview

Patrick Cauwert: "J'en suis déjà à ma deuxième voiture électrique. C'est l'avenir!"

©Aude Vanlathem

59 ans / CEO de Feprabel, la fédération des courtiers en assurances et des intermédiaires financiers de Belgique / Juge social au Tribunal du travail de Bruxelles / Administrateur à l’UCM Bruxelles / Expert chargé d’enseignement aux FUCaM (UCL Mons) / Vice-Président de l’asbl OMBUDSMAN des assurances / Chevalier de l’ordre de Léopold pour services rendus au secteur de l’assurance en Belgique / Il se passionne pour la lecture, la philosophie, la cuisine, le jardinage et la photographie.

Comment gérez-vous votre portefeuille d’assurances?

Je le gère de manière atypique et surtout proactive. Je challenge assez souvent mon courtier qui me renvoie la balle et me demande de lui donner la solution. J’ai tous mes contrats chez un seul courtier mais ceux-ci ont été souscrits auprès de différentes compagnies d’assurances. Et j’en change assez souvent.

À quoi faites-vous attention lorsque vous comparez des assurances?

Je veux le top en matière de technologie. C’est-à-dire pouvoir avoir accès à la moindre information et pouvoir interagir avec mon courtier (ou la compagnie d’assurance) de manière digitale.

Quels conseils donnez-vous à vos proches en matière d’assurances?

Le conseil

"Il faut vraiment relativiser les choses, dont l'argent! Ce qui compte, c'est la valeur de l'argent et pas l'argent en lui-même."

Disons que mes proches ont plutôt tendance à me déléguer le boulot. C’est plus facile! Ceci dit, les assurances sont des matières compliquées et il faut donc parfois faire confiance. Ce qui manque sur le marché, c’est un configurateur d’assurances, c’est-à-dire, une sorte d’outil qui permettrait de voir tout ce qui existe en assurance. Et c’est sur cette base qu’on irait finaliser un contrat chez un courtier.

Votre rapport à l’argent a-t-il évolué avec l’âge?

L’argent n’a jamais été une fin en soi. Je le vois comme un moyen de m’assurer un peu de confort et de préparer l’avenir de mes proches. Je n’ai d’ailleurs jamais calculé ou regardé combien je gagnais sur une journée.

À quoi ressemble votre mobilité?

J’étais un des premiers Belges à rouler en Segway. Je l’ai acheté il y a sept ans, lorsque j’habitais encore à Bruxelles. Maintenant que je vis à Overijse, je le laisse au bureau pour mes déplacements en ville! Sinon j’en suis déjà à ma deuxième voiture électrique. C’est l’avenir!

Avez-vous eu un jour des difficultés financières?

21.717

"Le nombre de jours que j’ai vécus jusqu’à aujourd’hui. C’est aussi le nombre de jours qu’il me reste à vivre."

3

"Le nombre de mes enfants."

05/12/1994

"La date de création de la plateforme BROCOM qui unit les compagnies d‘assurances et les courtiers pour améliorer la qualité et l’image de l’assurance distribuée par les courtiers en Belgique."

7

 "Comme dans l’expression ‘de 7 à 77 ans’ en hommage à Tintin."

"L’infini. C’est la mesure de toute chose."

Évidemment! Comme tout indépendant qui entreprend! Il faut retenir de cette expérience qu’il faut toujours faire face, comme proposer des solutions à ses créanciers plutôt que de faire l’autruche.

Êtes-vous étonné par le prix de certains biens ou services en Belgique?

L’eau. Elle est très chère. Ça me choque car c’est un besoin fondamental. Je trouve que ça devrait être un service public gratuit.

Comment avez-vous préparé votre pension jusqu’ici?

Je suis propriétaire de mon logement et j’ai beaucoup investi dans l’immobilier. Sinon, au lieu de placer mes économies dans des fonds, j’investis dans la branche 23. Je ne suis pas très aventurier car je reste dans des produits à taux garanti ou à très faible risque. D’autres investissements me demanderaient du temps et je ne suis pas assez riche pour jouer.

Avez-vous une passion coûteuse?

La bonne bouffe! D’ailleurs, j’adore cuisiner! Et il ne faut pas me lâcher dans une épicerie fine ou dans un marché car je risque de me faire très plaisir. Quand je fais les courses, la note est bien plus salée que quand elles sont faites par ma femme. Un jour, il m’est arrivé de dépenser 500 euros pour un anniversaire dans un bon resto. Nous n’étions que deux…

Le compte d’épargne ne rapporte quasi plus rien. Épargnez-vous quand même?

Je n’ai jamais été un grand fan des comptes d’épargne. Du coup, j’ai encore moins de scrupules à ne pas beaucoup épargner.

L’objet dont vous ne pourriez pas vous passer?

Kiara, mon berger allemand! Ma réponse peut paraître choquante mais en matière d’assurance, un animal est encore considéré comme un objet!

Dans son portefeuille

"Il ne contient que des cartes. Les plus importantes sont ma carte de parking et les deux cartes de charge pour ma voiture électrique. C’est peut-être plus rare mais je détiens aussi une carte de donneur d’organes et d’euthanasie."

©Aude Vanlathem


Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content