interview

Pierre Rion: "Un bon citoyen doit être une pompe à argent qui fait tourner l'économie"

©Kristof Vadino

Pierre Rion/57 ans, marié, 3 enfants/Ingénieur civil (ULg)/Serial entrepreneur/Business angel/Président du Cercle de Wallonie, de l’Association des Vignerons Wallons et de nombreux organismes et sociétés/Leader économique de l’année (Lobby Awards 2016).

"J’achète à 90% sur internet et avant, je lis tout: Test-Achats, les avis, les blogs, puis je dresse des tableaux."

Enfant, receviez-vous de l’argent de poche?

Non. Je recevais juste une dringuelle de mes grands-parents à l’occasion des fêtes, pour combler les trous. À 14 ans je travaillais déjà. J’ai fait tous les métiers: la plonge, monteur de pneus, clarkiste, j’ai vendu des assurances, fabriqué du savon… Pour m’acheter une moto puis une voiture. Je cotise à la sécu depuis 43 ans!

Êtes-vous un adepte de l’économie collaborative? Quels sont les autres concepts (commerciaux) promis à un bel avenir?

En 5 chiffres

50

"50 ans, c’est l’âge que j’ai toujours voulu avoir. Quand j’étais gamin, j’étais passionné par les astronautes. Or, 50 ans, c’est l’âge auquel on atteint le parfait équilibre sur les plans affectif, intellectuel et physique. L’âge qu’ont en général ceux que l’on envoie en mission spatiale."

5

"5 heures du matin, c’est l’heure à laquelle je me lève."

2

"Je bois quotidiennement deux litres de thé vert (japonais)."

11.000

"Le nombre de pieds de vigne que nous avons plantés en Brabant wallon."

9

"Je suis 9 fois président: Belrobotics SA, Cluepoints SA, Cercle de Wallonie, Fonds W.IN.G, Association des Vignerons Wallon, Conseil numérique Wallon, Comité des Risques banque CPH, Jury du Prix de l’Entreprise prometteuse de l’année, Jury du Prix du Manager de l’année."

Étant actif dans le numérique, je suis évidemment un grand convaincu! J’utilise Uber, Listminut, et Airbnb qui est devenu la plus grande chaîne hôtelière sans avoir investi un euro en immobilier! Un modèle qui allie économie durable et optimisation des ressources. À l’avenir, la customisation et la personnalisation des produits sont des concepts qui vont s’imposer.

Vous demande-t-on souvent conseil ou de l’argent à prêter?

On a tendance à considérer que j’ai toujours une bonne étoile et donc que si je donne un conseil, c’est forcément le bon. Si les choses ne se passent pas bien pour mes amis, je le vis d’autant plus mal. J’ai déjà prêté de l’argent aussi: on m’appelle Mère Teresa! Mais souvent, ça a mal tourné.

Quelles sont les choses liées à l’argent qui vous insupportent?

Le gaspillage: je ne peux rien jeter. J’ai au grenier un vieil ampli cramé (!) que j’ai construit adolescent et que je ne me suis pas résolu à abandonner au parc à containers. Je récupère tout jusqu’à la moindre vis. Je ne supporte pas non plus les attitudes "nouveau riche" et la thésaurisation. Un bon citoyen doit être une pompe à argent qui fait tourner l’économie. Je ne critique donc pas ceux qui dépensent pour des choses futiles ou hors de prix. Acheter une Rolls Royce, c’est aussi donner du boulot à plusieurs artisans.

Préparez-vous votre pension?

Sur le plan humain, non. Je suis un hypercurieux, un touche à tout, je ne m’ennuie jamais. Je continuerai donc toujours à faire des choses qui m’amusent. Prendre ma retraite… de quoi? Sur le plan financier je ne me fais pas de souci car j’ai planifié et diversifié. Je peux donc me permettre de ne pas y penser.

Si vous deviez réduire sensiblement votre train de vie, que sacrifieriez-vous en priorité?

Je pourrais vraiment renoncer à tout sauf à la (bonne) nourriture et au vin! J’ai un grand potager qui nous ravitaille en excellents produits.

Quel type d’acheteur êtes-vous et où faites-vous vos achats?

Un vrai maniaque: j’achète à 90% sur internet et avant je lis absolument tout: Test-Achats, les avis, les blogs, puis je dresse des tableaux. Sur talorstore.com, j’ai établi mon profil et en un clic, je commande mes chemises. Toutes les mêmes. Avant de déballer un appareil ou même une voiture, j’ai lu l’intégralité de son mode d’emploi. Je veux tout savoir et m’assurer du meilleur rapport qualité prix.

De quoi diriez-vous que c’est de l’argent jeté par les fenêtres?

Le conseil

"Ne vous fiez jamais au business plan que vous avez préparé car il ne se réalisera pas… Dans la plupart des cas, vos moyens financiers se révéleront insuffisants. Prévoyez d’office du bois de rallonge."

Payer des cotisations syndicales (rire): le dialogue social moderne a lieu au sein de chaque entreprise au cas par cas! Une cotisation à la salle de sport: il y a tout à faire en extérieur et gratuitement. Les produits cosmétiques: j’utilise de simples savons voire du liquide vaisselle (je déteste la sensation de gras, sauf en bouche)!

Le vrai luxe, c’est quoi?

C’est avoir la liberté de son temps et de ne rien se refuser. Si j’étais deux fois plus riche, je ne sais pas ce que je ferais. J’ai déjà l’impression très agréable de tout pouvoir m’offrir. Cela me suffit d’ailleurs, même sans l’acheter!

Avez-vous modifié vos habitudes à cause des embouteillages?

Pas vraiment. À Bruxelles, il y en a toujours eu. Quand j’y travaillais il y a 30 ans, j’étais déjà au bureau à 5 heures 30. Aujourd’hui, j’y vais le moins possible et 9 fois sur 10 en train. J’ai une carte SNCB pour le trajet Gembloux (où j’ai mon QG) -Bruxelles. De façon générale, je ne supporte pas de perdre du temps et de faire la file.

Dans son portefeuille

"Il est un peu abîmé, mais j’y tiens car c’est une pièce unique. Il m’a été offert par la créatrice de la marque Versa Versa que j’ai coachée lors d’un stage en maroquinerie qu’elle a effectué en Argentine. Mon portefeuille contient surtout des permis: chasse, camion semi-remorque, pilote (d’avion), tir. Mais aussi des tickets de métro, une carte train (trajet Gembloux-Bruxelles) et les inévitables cartes bancaires."

 

©Kristof Vadino

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect