Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Questions d'argent à Patrick Binot

Directeur général de la Ligue des familles/59 ans/Ce licencié en sciences économiques (UCL) a aussi fait une spécialisation en marketing (Cambridge) et une maîtrise en informatique de gestion/Il a été professeur dans des écoles de commerce/Il a assumé des fonctions de direction dans des entreprises de presse (dont L’Echo)/ Puis il été consultant en gestion des PME en France/Passionné par le jardinage, il consacre aussi beaucoup de temps à la lecture et à l’écriture.
©Dieter Telemans

Vous souvenez-vous de votre premier contact avec l’argent?

Vers quatre ou cinq ans, je suis devenu le propriétaire d’une tirelire et de son contenu. Ce qui m’importait c’était son poids, le nombre de pièces et leur grandeur mais certainement pas leur valeur (rires).

Aviez-vous de l’argent de poche?

Pas beaucoup mais j’ai très vite compensé avec des travaux de jardinage. Mes voisins étaient bienveillants car je pense que je n’ai pas toujours taillé les rosiers comme il fallait. Ça a eu au moins le mérite de me donner la main verte.

Et vos enfants?

©Dieter Telemans

Ils en ont eu aussi mais rien ne conditionnait cet argent. Il était acquis même en cas de mauvais bulletin. Et s’ils réalisaient quelque chose d’exceptionnel, il y avait aussi des récompenses positives. Par ailleurs, nous avons toujours soutenu nos fils dans leurs projets que ce soit par exemple un voyage ou l’achat d’un vélo. Mais ils devaient effectuer des jobs étudiant pour obtenir l’argent nécessaire à la finalisation d’un projet. En fait, j’ai toujours fait en sorte qu’ils apprennent la valeur des choses, ce qui passait aussi par le fait de patienter avant d’obtenir quelque chose. Je suis convaincu que cela cultive le rêve.

À leur naissance, leur avez-vous ouvert un compte d’épargne?

C’est une démarche que nous avons plutôt suggérée aux parrains et aux marraines. Par la suite, nous y avons contribué. Mais les garçons ont dû patienter jusqu’à leurs 18 ans pour y avoir accès. Pour l’un, les sommes accumulées ont servi de base pour acheter un vélomoteur. Pour l’autre, une voiture sans permis.

Parlez-vous d’argent avec vos amis?

Ce n’est pas un tabou mais ce n’est pas non plus un sujet central. Par contre, je fuis les gens qui parlent systématiquement d’argent, je ne supporte pas ça. Quand vous rentrez chez eux, il y a limite une étiquette sur tous les meubles (rires). Ceci dit, j’aime bien parler d’argent avec mes amis quand il s’agit d’économies, de bons plans et de recyclage. J’apprécie vraiment les gens qui sont dans cette optique-là.

Quel est votre avis sur les "Tanguy"?

À tort, on les nomme "Tanguy" pour la majorité d’entre eux. Or, leur réalité est bien éloignée de celle du héros de ce film: depuis 2015, les jeunes qui terminent leurs études au-delà de 25 ans n’ont plus droit à des allocations d’insertion. Donc s’ils ne trouvent pas un job, comment voulez-vous qu’ils vivent? C’est absurde. En outre, le prix du logement – et surtout à Bruxelles – pose un énorme problème. C’est difficile d’avoir un projet de vie et de se mettre en ménage dans de telles conditions. Et si on ajoute à ça la non individualisation des droits, c’est encore pire!

Avez-vous eu un jour des difficultés à nouer les deux bouts?

Vers 40 ans, il y a eu un bouleversement dans ma vie personnelle. Après avoir vécu comme un prince, je me suis retrouvé sans job, sans logement et sans argent. Pendant un an et demi, j’ai alors entrepris d’écrire des nouvelles! Je me suis dit que c’était l’occasion, vu que j’avais ce désir-là depuis des années. Bien heureusement, j’avais des amis autour de moi qui se sont organisés mais je suis donc reparti de zéro. C’est l’une des expériences de vie les plus intéressantes que j’ai eues car cela m’a recentré sur l’essentiel.

Avez-vous déjà pris des dispositions particulières pour votre succession?

Pour peu que je puisse anticiper les choses, je souhaite tout donner à mes enfants avant. J’ai vu trop de familles qui s’entendaient bien se déchirer pour des questions de succession. De toute façon, ils n’auront pas grand-chose vu ce qui m’est arrivé il y a 20 ans.

En 5 chiffres

10

"La mère de mes enfants est née le 10/10 et nos deux premiers fils, Loïc et Florian (26 et 24 ans), étaient annoncés pour la même date (mais pas de la même année!). Le troisième (Sacha, 19 ans) a mis fin à cette série insolite de strikes."

40%

"Le pourcentage de contributions alimentaires impayées ou payées de façon irrégulière, voire très irrégulière. Ce chiffre provient de la dernière enquête de La Ligue des familles portant sur les familles monoparentales."

40.000

"Le nombre de familles qui sont membres de la Ligue des familles et auxquelles mon équipe et moi-même essayons d’apporter tous nos soins et notre soutien."

1.800.000

"D’après la Fondation Roi Baudouin, c’est l’évaluation du nombre de volontaires en Belgique en 2014, soit 19,4% de la population de 15 ans et plus."

"Les hommes et les femmes ne manquent vraiment pas d’imagination question diversité dans le modèle familial."

 

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés