Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Yann Arthus-Bertrand: "Tout est trop cher, le capitalisme est en train de détruire le monde"

Yann Arthus-Bertrand/Photographe, reporter et réalisateur français/Président de la fondation GoodPlanet qui a pour objectif de mettre l’écologie au cœur des consciences et de susciter l’envie d’agir concrètement/Parrain de Good Cook, un partenariat entre GoodPlanet Belgium et Delhaize, qui vise à initier les enfants à une alimentation saine/A la recherche de mécènes pour rendre son prochain film libre de droits: "Woman" (sortie prévue en 2019).
©Photo12

À quoi ressemble l’habitation d’un écologiste?

Je ne suis pas parfait mais j’essaie de faire le maximum. Je dispose chez moi d’un chauffage au bois et d’un autre géothermique. J’ai aussi des panneaux solaires pour chauffer l’eau. Comme je prends beaucoup l’avion et l’hélicoptère, tous mes trajets, je les compense avec du carbone solidaire. Certes ce n’est pas grand-chose par rapport à mon empreinte écologique, mais c’est très important de savoir que n’importe qui peut le faire.

Participez-vous à l’e-commerce même si son transport augmente votre empreinte écologique?

Oui et ça ne me dérange pas du tout. Cela fait partie de l’histoire du monde. En revanche, j’essaie par exemple de travailler davantage avec la Fnac qu’avec Amazon afin de favoriser une entreprise locale. Le monde est en train de changer et je ne pense pas qu’il faut se battre contre.

En 5 chiffres
  • 70 ans: "J’ai beau avoir atteint ce grand âge, dans ma tête, j’ai toujours 20 ans. Quand j’étais môme, ça me paraissait être l’âge d’un vieillard mais je ne me sens pas comme ça."
  • 150: "En milliards, c’est le nombre d’animaux que consomme chaque année l’humanité. C’est colossal."
  • 1.650: "En milliards, ce sont les dépenses militaires dans le monde. On ne sait même pas ce que ça veut dire tellement c’est important alors qu’on pourrait faire tellement d’autres choses avec cet argent comme lutter contre la pauvreté ou soutenir l’éducation."
  • 15 ans: "C’est dommage que les chiens ne vivent que 10 à 15 ans. Je souhaiterais vraiment que mon chien vive plus longtemps et que nos animaux domestiques vivent toute notre vie."
  • 4: "C’est le nombre de mes petits-enfants."

Achetez-vous principalement bio, de saison et local?

J’ai toujours acheté bio. Je suis un peu un obsédé de ça. Ma femme a Parkinson, elle est malade donc on sait très bien l’importance de manger bio. Sinon, je ne mange plus de viande depuis longtemps. Cela émet bien plus de gaz que le transport.

Et fairtrade?

Pas souvent car il y a très peu de choses intéressantes. Il y a davantage de produits intéressants auprès des paysans qui nous entourent et qui font du très bon boulot.

Y a-t-il des habitudes de consommation que vous avez eu du mal à changer?

Je suis un gosse des années 45-50. On a découvert la surconsommation alors qu’avant, on n’avait pas grand-chose. Je fais gaffe mais je ne suis pour autant pas un bon exemple.

Dans son portefeuille: "C’est un portefeuille que j’adore. Il n’est pas très rempli. À part ma carte de ‘Frequent Flyer’ et quelques cartes de banque et du cash, on n’y trouve rien de particulier. Je n’ai même pas de photo de mes petits-enfants." ©Willem Ravoet

Avez-vous investi dans l’éolien?

Oui et je viens justement de revendre toutes mes actions pour ma retraite.

Et dans des projets d’économie durable?

Non. En revanche, j’ai une fondation et je m’occupe d’un orphelinat. Plutôt que d’investir en actions, je m’investis comme citoyen.

Que payons-nous encore trop cher?

Tout est trop cher. Le capitalisme est en train de détruire le monde. On n’a pas inventé un autre système que la croissance. Bien sûr, c’est cette croissance qui paie les hôpitaux, les salaires, l’éducation, etc. Donc c’est impossible de lutter contre cette croissance qui est la consommation à outrance en permanence. On nous incite tout le temps à acheter et c’est très difficile de résister à cela car ça fait partie de notre système et c’est ça qui nous offre le confort que nous avons aujourd’hui… Il faudrait une décroissance acceptée mais je n’ai pas la solution car cette décroissance signifierait des pertes d’emplois.

"Chercher le sens de sa vie. La vie n’a aucun sens mais chacun peut décider de sa vie et lui donner un sens. Dans le monde d’aujourd’hui qui est en train de changer et qui est plein d’inégalités, on a besoin de gens qui s’engagent. Nous avons tous un rôle à jouer pour rendre ce monde meilleur."

Si vous deviez réduire votre train de vie, quelles dépenses seraient-elles sacrifiées?

Je ne mène pas une vie de luxe. Par exemple, je ne vais pas de moi-même au restaurant car je trouve cela beaucoup trop cher. Ceci dit, j’apprécie les grands restaurants quand je suis invité. Mais si je devais vraiment réduire l’une ou l’autre dépense ce serait celles liées à ma consommation de livres et de DVD. Quand je vois un livre qui me plaît, je l’achète d’office, et je regarde énormément de films et de documentaires.

Quel est l’objet dont vous ne pourriez pas vous passer?

Des dessins faits par mes enfants et les premières lettres d’amour envoyées par ma femme. Des choses très intimes donc.

"Je ne supporte pas qu’à notre époque des patrons gagnent le salaire de plusieurs générations d’ouvriers."

Y a-t-il des comportements ou des sujets relatifs à l’argent qui vous insupportent?

Je ne supporte pas les hauts salaires de grands patrons. Je ne supporte pas qu’à notre époque des patrons gagnent le salaire de plusieurs générations d’ouvriers. Ce n’est pas normal, c’est même profondément scandaleux. Il devrait y avoir une limite de salaire.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés