interview

Bram Lerouge: "Je ne comprends pas que l'on puisse dépenser pour des objets liés à un effet de mode"

©Dieter Telemans

CEO de Doccle, une plateforme qui permet de gérer son administration de façon numérique/L’entreprise compte aujourd’hui 1,3 million d’utilisateurs/Ingénieur commercial, formé à la KULeuven/Père de trois enfants/Sa priorité, c’est investir (et dépenser) pour sa famille.

Consacrez-vous un budget important aux nouvelles technologies?

Je suis curieux. Je m’intéresse notamment au développement et aux innovations, mais je n’achète pas les appareils dernier cri. Mes filles s’y intéressent par contre de plus en plus. Les investissements que je fais pour les nouvelles technologies sont donc souvent pour la famille.

Avez-vous récemment changé vos habitudes de déplacements?

Non, je continue à rouler avec ma voiture, mais je l’utilise de moins en moins le week-end. En semaine, c’est plus difficile de m’en passer: j’en ai besoin pour travailler et déposer mes enfants. On a acheté une hybride récemment, mais j’attends vraiment d’avoir un véhicule électrique à prix accessible et avec une autonomie suffisante.

"Être heureux avec ce que l’on possède. Il est aussi important d’assurer soi-même la gestion de son argent plutôt que d’attendre que quelqu’un d’autre s’en charge."
Le conseil

Quand c’est possible, avez-vous tendance à payer avec votre smartphone?

Oui, je paye régulièrement avec mon GSM. Surtout sur Doccle forcément, qui permet de payer ses factures directement ou de scanner celles que l’on reçoit en version papier.

Avez-vous déjà fait une planification successorale ou rédigé un testament?

Non, je n’y pense pas vraiment. Mes enfants sont encore jeunes. Avec ma femme, pour le moment, nous préférons plutôt investir pour notre famille. J’essaye néanmoins d’avoir un bon suivi de mes dossiers et je conserve les documents importants.

Quel est le plus mauvais conseil qu’on vous ait donné en matière d’argent?

Depuis que je suis tout petit, on m’a toujours dit d’épargner pour plus tard. Mais à mes 18 ans, j’ai été déçu par la somme que j’avais finalement amassée après toutes ces années, alors que j’avais fait très attention. Il faut donc gérer très consciencieusement son argent et utiliser au maximum les outils disponibles pour faire fructifier ce qu’on possède. Mais également savoir en profiter.

©Dieter Telemans

Un objet dont il vous serait impossible de vous séparer?

Mon casque de moto. Mon rêve, quand j’étais plus jeune, était de connaître cette sensation de liberté. J’ai acheté mon casque à 18 ans. J’ai ensuite passé mon permis et acheté une moto, mais elle m’a lâché après 50 km. Et je n’en ai plus jamais fait depuis. Aujourd’hui, je trouve ça trop dangereux et je ne recommencerai sans doute plus jamais.

Le souvenir du pire achat que vous ayez fait?

Probablement ce casque de moto qui est donc encore comme neuf! (il rit). Sinon, j’ai récemment reçu de ma femme une liseuse qui est fantastique. Ma pire erreur est sans doute de ne pas en avoir acheté une plus tôt.

Les chiffres
1.000.000

"J’apprécie la formule ‘think one million, act one’. L’idée qu’on peut toujours aller plus loin en avançant progressivement."

0

"Je trouve que l’engagement sans contrepartie est indispensable. J’ai fait du scoutisme et je suis très actif dans mon club de volley. Le bénévolat est essentiel."

83,2

"En moyenne, les Belges perdent 83 heures par an à faire de l’administration. Avec Doccle, notre objectif est clairement de réduire ce temps. Cela représente deux semaines de vacances."

24

"C’est un chiffre spécial dans ma famille. Une de mes filles est née le 24 juin, qui est aussi le jour de l’anniversaire de ma femme. Ma famille est mon principal focus."

100

"100 euros, c’est le montant qu’on peut toucher de la mutuelle lorsqu’on s’inscrit (en famille) à des activités, à un club de sport ou un mouvement de jeunesse. Personne ne fait la démarche de se faire rembourser, car c’est bien trop long. Un autre exemple qui montre l’importance d’une simplification administrative."

 

Donnez-vous de l’argent aux mendiants?

Je ne donne pas aux personnes qui me demandent, car je ne sais pas si l’argent leur profite vraiment ou si c’est un système qui les maintient dans cette situation. Je donne en revanche systématiquement à ceux qui font des petits spectacles et des performances.

À quoi ne dépenseriez-vous pas le moindre euro?

Une carte d’adhérent à un parti politique. J’ai beaucoup de respect pour ceux qui exercent cette profession, mais je trouve qu’ils ont trop souvent une vision à court terme. À une époque, je me suis abonné à beaucoup de comptes Twitter pour avoir des points de vue variés. Je m’en déconnecte de plus en plus, car j’ai du mal avec leurs engagements.

Parlez-vous d’argent avec votre femme et vos enfants?

Comme tout le monde je suppose. Vouloir à tout prix gagner très bien sa vie n’est pas un objectif pour notre famille. La priorité, c’est notre joie de vivre. Avec ma femme, nous essayons d’alterner investissements pour notre plaisir actuel et investissements pour l’avenir des enfants. J’essaye aussi de leur laisser la possibilité d’être créatifs et entreprenants. Cela permet de leur inculquer la valeur de l’argent.

Quel comportement lié à l’argent ne supportez-vous pas?

Je n’achète que très rarement les choses qui viennent de sortir, je préfère toujours attendre. Je ne comprends pas qu’on puisse dépenser de l’argent pour un objet, simplement parce que tout le monde l’a. J’ai horreur des effets de mode.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect