Mehdi Khelfat: "Je suis du genre à me balader dans les rayons avec mon appli Amazon pour comparer"

©Kristof Vadino

Présentateur de Matin Première, il travaille à la RTBF depuis près de quinze ans / Français d’origine, il a étudié le droit à l’Université de Lille puis le journalisme à Tours / Il a intégré la RTBF suite au concours de journalisme Belgodyssée, dont il fut l’un des lauréats / Après un premier stage concluant, il a ensuite directement commencé à la présentation du journal.

Avec de tels horaires de travail, parvenez-vous à trouver un bon équilibre entre vie privée et vie professionnelle?
Ce n’est pas évident. Mes horaires me demandent une organisation assez stricte, voire monacale. J’arrive à la RTBF entre 3h30 et 4h. Je dois donc me coucher tôt et quand je fais un petit extra, je paye vite la facture. J’ai des vrais comptes d’apothicaire avec mes heures de sommeil. Il m’en faut huit, que je répartis un peu comme je veux. Je dors donc souvent en rentrant, vers 11h et jusque 14h, puis je travaille à distance pour préparer l’émission suivante avec mon assistant. Je vais ensuite me recoucher. Mais cela reste un métier grisant et sympa. Puis à l’heure où j’arrive au travail, la ville vous appartient.

Comparez-vous avant d’acheter?
Oui, toujours. Je suis complètement dingue. Je ne sais pas me décider. Quand je vais dans un magasin, je suis du genre à me balader dans les rayons avec mon appli Amazon ouverte ou les autres sites concurrents pour comparer. Il y a aussi des achats que je ne fais qu’en France pour faire des économies. J’adore trouver le moins cher et les bonnes promos. J’achète du coup sans doute plus mais je suis content car j’ai l’impression de faire des affaires.

Parlez-vous d’argent en famille?
Non, on n’en parle pas, sauf lorsqu’il s’agit des bonnes affaires. Je trouve que l’argent est une source de conflit plus qu’autre chose.

Avez-vous des loisirs onéreux?
Oui, mes vacances. J’aime partir sur des coups de tête. Il m’est déjà arrivé, après un séminaire pour le boulot, de vouloir changer d’air. J’ai alors réservé un vol pour Séoul à 1h du matin. Je suis également parti à Vancouver récemment après avoir trouvé des billets pour 350 euros.

Préparez-vous votre retraite?
Mon plus grand investissement est l’achat de mon logement que j’aurai amorti dans quinze ans. J’ai aussi une épargne-pension classique même si, pour être honnête, je mets davantage dans mes voyages que dans mon épargne.

"Ne jamais mettre tous ses œufs dans le même panier, même si c’est un conseil que vous devez avoir chaque semaine. Il faut aussi savoir se faire plaisir tout en assurant ses arrières."

Êtes-vous un adepte de l’économie collaborative et des nouvelles plateformes?
J’utilise beaucoup Uber mais uniquement à l’étranger car je trouve cela plus pratique. En Belgique, je fais parfois appel à Uber Eats pour la livraison de repas. J’ai essayé le partage de voiture mais, dans mon cas, je trouve ça trop cher. Je suis un véritable stressé du stationnement donc ce n’est pas l’idéal. Je suis également un adepte de toutes les plateformes en ligne comme Netflix ou Deezer. Je suis abonné à tout. J’ai aussi essayé toutes les nouvelles banques en ligne du genre Orange Bank, Revolut, N26…

Votre nom a-t-il été un frein pour votre carrière?
Non, pas en Belgique. Comme en radio c’est uniquement la voix, cela a directement matché, même si les gens ne comprenaient pas mon nom. Une personne m’a déjà expliqué qu’en entendant "Matin Première avec Mehdi Khelfat" elle pensait qu’il s’agissait d’un partenariat avec une firme sponsor "Medical fat" (rires).

L’information doit-elle être gratuite?
Vous me mettez en porte-à-faux dans un grand débat de la presse. L’info à la RTBF n’est en réalité pas gratuite puisqu’en tant que service public elle est déjà payée. Pour les médias traditionnels, il me semble normal de payer le contenu. De nouveaux modèles doivent sans doute se mettre en place. Je suis, par exemple, abonné à l’appli Kiosk qui permet un accès illimité à un tas de journaux et magazines et qui permet de piocher et découvrir. Les éditeurs ont à gagner avec ce type de modèle.

Qu’avez-vous fait de votre premier salaire?
J’ai acheté un Mont Blanc à ma mère. Elle regardait tous les jours "Questions pour un champion" où le gagnant en recevait un. Je ne lui ai pas offert le plus cher mais elle était contente.

Avez-vous déjà pensé à faire autre chose que du journalisme?
Il faudra bien un jour que j’apprenne un vrai métier (rires). Non j’aime bien ce que je fais même si j’ai quelques idées. J’aimerais me projeter dans un projet média à 360 degrés ou participer à la révolution numérique.

Êtes-vous un adepte des nouvelles technologies?
Oui, j’ai deux iPad, un grand et un petit, mon smartphone plus celui du travail. Je viens aussi d’acheter une télé géante, j’ai une enceinte connectée. J’aime acheter plein de babioles mais toujours en trouvant des bonnes affaires. Je me souviens aussi avoir acheté l’un des tout premiers MP3 de la marque Archos, bien avant qu’Apple sorte son Ipod. J’étais d’ailleurs anti-Apple avant.

EN CHIFFRES

3: "C’est l’heure où je sors de mon lit chaque matin pour aller travailler à la RTBF."

01/09/2004: "La date de mon arrivée en Belgique."

100 millions: "Le nombre d’applications installées sur mon smartphone… J’adore tester les nouvelles app mais j’ai des difficultés pour les effacer…"

13,99€: "Le gain possible à partir duquel je commence à jouer à la loterie."

284: "Le prix de mon abonnement à Netflix. Une plateforme qui capte l’essentiel de mon temps de cerveau disponible."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect