interview

Michèle Didden: "Je ne supporte pas les gens qui claquent de l'argent"

©Dieter Telemans

Elle a rejoint l’entreprise familiale Didden au milieu des années 80 (4e génération) et en assurait la co-direction depuis 1996. Depuis 2006, Michèle Didden est la seule dirigeante et actionnaire de l’entreprise qui fabrique et exporte une large gamme de sauces et confits. Opticienne optométriste de formation, elle est mère de 2 grands enfants. Pour cette femme passionnée de déco et de cuisine, rien n’est plus précieux que les moments passés en famille (élargie).

Une chose que vous rêvez de faire ou d’acheter mais qui est (momentanément) inaccessible?

Je rêve d’aller en Antarctique ou en Australie. Des endroits totalement différents de ceux que j’ai déjà vus. Jusqu’ici, l’occasion ne s’est pas présentée, notamment parce que l’on part avec nos enfants et qu’on est tenus aux congés scolaires.

Le souvenir du prix d’une chose que vous achetiez étant jeune?

300 francs belges pour un bon menu trois services dans un restaurant étoilé où on allait il y a trente ans. Aujourd’hui, que peut-on avoir pour 7,5 euros?

Avez-vous un hobby, une passion, une collection?

J’aime la cuisine et la déco et je recherche toujours le meilleur rapport qualité prix. Mais ce que j’apprécie par-dessus tout c’est de me retrouver en famille (au sens large). Je n’ai plus mes parents, donc avec les enfants, mon oncle, etc.

En 5 chiffres
  • 1925: "L’année de la fondation de Didden."
  • 1994: "L’année de notre mariage."
  • 7: "Le jour de notre mariage… et mon chiffre fétiche!"
  • 1996: "L’année du décès de mon papa et, un peu plus tard, de la naissance de mon fils."
  • 2: "Pour nos deux enfants."

Un poste du budget familial sur lequel vous tentez de faire des économies?

Des choses très classiques, comme l’électricité qui part en fumée très facilement quand on oublie d’éteindre des lampes. C’est idiot car cela représente beaucoup d’argent pour si peu. Nous avons renégocié notre contrat d’électricité. J’évite aussi de laisser couler l’eau inutilement.

Avez-vous fait des jobs étudiants?

J’ai travaillé dans l’entreprise familiale pour remplir des bocaux (à l’époque, c’étaient des tasses avec couvercle) d’oignons et de cornichons. Mon père estimait que je devais tout connaître: j’ai même nettoyé des seaux.

Quelle éducation financière avez-vous reçue?

J’ai appris qu’il fallait travailler, que rien n’est jamais acquis. À l’époque, mon père attirait déjà mon attention sur l’importance des économies d’eau, d’électricité, et de chauffage. Ca a laissé des traces…

Où faites-vous vos courses?

Je n’ai pas de magasin attitré. Pour l’eau, la poudre à lessiver, les articles lourds et encombrants, on commande en ligne sur Solucious (grossiste de produits food et non food) et on se fait livrer. Pour des produits spécifiques, je fréquente les petits commerces: j’achète mes ribs chez un boucher. Mes enfants achètent quasi tout sur internet (vêtements notamment). Je les observe. Moi je préfère essayer en magasin.

"Profitez de la vie tout en restant raisonnable car rien n’est jamais acquis.Et ne claquez pas de l’argent."
Le conseil

Suivez-vous vos finances personnelles de près? Investissez-vous?

Je suis mes finances régulièrement mais cela n’a rien d’obsessionnel. Je me mets progressivement aux technologies. J’ai commencé à faire des placements online récemment. La déclaration fiscale, c’est mon mari qui s’en charge, mais un comptable nous donne des conseils.

Utilisez-vous l’économie collaborative?

Nous avons loué un appartement via Airbnb. J’aimerais utiliser Uber, une solution que je trouve très efficace, intéressante et sécurisante. Ma fille a déjà voulu l’utiliser mais cela n’a pas marché car il faut installer l’application au préalable. Je dois le faire!

Dans son portefeuille: "Vous allez être déçue quand vous le verrez. C’est un peu le bazar! Je ne suis pas très ordonnée donc j’ai beaucoup de cartes, de souches et c’est toujours le stress pour retrouver ce dont j’ai besoin au moment de passer à la caisse. Je paie essentiellement par carte." ©Dieter Telemans

Des comportements liés à l’argent qui vous agacent?

La radinerie. On gagne tellement à être généreux et en se souciant des autres. À condition de ne pas le faire dans un esprit comptable qui consiste à donner pour recevoir. Je n’aime pas les gens qui claquent de l’argent sans raison.

Avez-vous déjà songé à votre pension?

La pension d’indépendant n’est pas grasse. J’ai donc complété avec les produits classiques destinés aux indépendants. Nous avons notre maison. Par contre, sur le plan personnel, je suis bien incapable de me projeter, je n’y pense pas. Je n’ai aucune idée de ce que je ferai.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content