interview

Sacha Van Damme: "80% d'épargne et 20% de dépenses, c'est pour moi le juste équilibre"

©Kristof Vadino

24 ans/Fondateur et CEO de Bit4You, la première plateforme de transactions en bitcoin, lancée en août dernier/Autodidacte, il doit encore terminer la dernière année de son bachelier en informatique/Il a commencé à travailler dès ses 19 ans en se lançant comme développeur, parallèlement à ses études/En SPRL depuis 2016, sa société compte trois employés.

Êtes-vous du genre à négocier?

Dans la vie privée, cela dépend surtout de l’endroit où je suis. Je ne négocie pas spécialement en Belgique, mais si je suis au Maroc, je ne lâche rien du tout (il rit). Pour les affaires, je négocie sur tout et tout le temps.

Quels prix vous étonnent?

Ceux des voyages. Les déplacements en avion ne coûtent vraiment pas cher. J’ai récemment été à Dubaï, hors-saison, et la chambre que j’avais réservée, qui était vraiment magnifique, était au même prix qu’une chambre dans un hôtel Formule 1 en Belgique.

Quelles dépenses jugez-vous inutiles?

J’ai dû offrir un jour du maquillage en cadeau. J’ai été dans un magasin où la vendeuse m’a présenté un tas de trucs. Je ne comprends vraiment pas à quoi ça sert.

Payez-vous souvent en cryptomonnaie?

Non, pas encore, car très peu de commerçants les acceptent à ce stade. Actuellement, c’est avant tout utile pour l’investissement. Mais des opportunités apparaissent progressivement.

Utilisez-vous encore beaucoup d’argent liquide?

Non, je trouve ça compliqué. Il faut tout le temps penser à aller en chercher à la banque. Je préfère payer par carte, de préférence avec des cartes de crédit prépayées.

"Éviter de dépenser son argent à des bêtises quand on ne peut pas se le permettre. Beaucoup de personnes endettés veulent tout de même s’acheter le dernier smartphone à la mode. Mais à l’inverse, laisser dormir son argent sur un compte n’est pas utile non plus."
Le conseil

L’éducation financière des jeunes est-elle suffisante?

Non, pas du tout. Il faudrait davantage aborder les questions financières à l’école et de manière différente. C’est beaucoup trop théorique pour le moment. Mais j’ai entendu parler d’un projet où les étudiants devaient créer leur propre société et la faire passer par toutes les étapes de vie. Cette façon d’enseigner permet vraiment d’apprendre.

Avez-vous des loisirs coûteux?

Non, car je fais tout avec modération. J’aime beaucoup les voitures et parfois j’aimerais en acheter une nouvelle, alors que la mienne n’a que trois ans et fonctionne encore parfaitement. Mais dès que je regarde les prix, je change rapidement d’avis (il rit).

Êtes-vous un épargnant?

À mon âge, beaucoup préfèrent dépenser. 80% d’épargne et 20% de dépenses, c’est pour moi le juste équilibre. Je considère que je peux dépenser et me faire plaisir tant que mon épargne me permettra d’atteindre les objectifs que je me suis fixés à long terme.

Quel est le meilleur conseil qu’on vous a donné en matière d’argent?

Je n’en ai pas vraiment eu ou alors pas au moment où j’en avais besoin. Dans ma situation, ça a toujours plutôt été: "fonce, prends-toi le mur et apprends de tes erreurs". Mais je suis maintenant bien entouré.

En cinq chiffres
  • 0: "J’aime les chiffres ronds. J’aime aussi les chiffres premiers qu’on peut utiliser en cryptomonnaie. Mais ce sont alors de très longs chiffres."
  • 29: "Le jour de mon anniversaire."
  • 14: "Le jour de l’anniversairede ma femme."
  • 8: "Le jour du début de mon couple."
  • 6: "J’ai toujours aimé ce chiffre,sans véritable raison."

Conservez-vous des objets que vous n’utilisez plus?

Oui, ça m’arrive, notamment ma première voiture. Je l’ai payée 2.000 euros et elle ne vaut plus rien aujourd’hui. Elle n’est même plus assurée. J’ai travaillé dur pour l’avoir et je m’étais arrangé avec le garagiste pour venir faire moi-même les réparations lorsque je n’avais pas assez d’argent pour les payer. Ce sont des souvenirs.

Vous rappelez-vous de votre premier job?

Quand j’avais 16 ans, j’ai travaillé avec mon père qui était installateur de télévisions et qui avait parfois besoin d’un coup de main. J’ai également travaillé avec mon parrain, qui posait des châssis, et pour le père d’un ami, qui nous demandait de vider son entrepôt. On vendait le fer qu’on récupérait pour aller acheter des motos d’occasion. On les retapait ensuite avec quelques amis pour les revendre.

Avez-vous déjà eu des difficultés financières?

Oui, à mes débuts. Je ne gagnais pas assez pour mettre de l’argent de côté via mon activité. Il m’arrivait alors de devoir puiser dans mon épargne pour payer des grosses factures. J’ai lancé mon activité quand j’étais aux études. J’utilisais alors l’argent de mon job d’étudiant pour payer mes cotisations sociales.

Comparez-vous les différentes offres des fournisseurs d’énergie ou d’internet?

Oui, mais pour moi, la qualité du service compte plus que le prix. Je suis donc prêt à payer davantage si je suis sûr que ma connexion internet ne tombera pas en panne tout le temps.

"Je n’ai pas de portefeuille car je trouve que cela prend trop de place. Tout ce qui est important est dans ma poche: ma carte d’identité, mon permis, ma carte de banque et le badge pour ouvrir le bureau. Cela fait quatre cartes et ça me suffit amplement." ©Kristof Vadino

Favorisez-vous les transports en commun?

Non, je me déplace toujours en voiture ou à moto. Je prends peut-être le métro deux ou trois fois par an mais c’est tout. Je ne prends jamais le bus car je déteste leur façon de conduire. J’ai déjà eu plusieurs mauvaises expériences.

Suivez-vous vos comptes de près?

Oui, je sais à tout moment combien j’ai dessus. Je ne consulte mon compte peut-être qu’une fois par mois mais je calcule systématiquement toutes mes dépenses. Cela me permet d’éviter les mauvaises surprises.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content