Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Riz en hausse, riz en baisse

Les prix de l’alimentation sont en hausse depuis des mois. Mais quelles sont les causes de la fluctuation du prix du riz ?
Le riz est l'aliment de base de nombreuses populations, notamment en Afrique et en Asie.

Vidéo : Les émeutes ont alimenté les craintes de pénurie

(m24/lemonde.fr) – Le riz n’est pas tout à fait une denrée comme les autres. Si son prix a augmenté ces derniers temps, suivant les hausses générales de l’alimentation, depuis trois semaines il revient à la baisse, curieusement.

 

D’où venait la pénurie ?

Le riz était entouré de barrières protectionnistes. En Inde, au Vietnam et en Chine, les exportations ont été réduites voir même stoppées pour contrôler le prix, et éviter la colère de leurs concitoyens, comme cela a été le cas dans d’autres pays face aux hausses démesurées des prix de l’alimentation de base.


En effet, depuis une dizaine d’années la demande de riz croît de 2 % par an, alors que l’offre n’augmente que d’1 %. La crainte a de voir les prix s’envoler et les stocks se réduire a poussé des gouvernements à protéger la denrée, jusqu’au sommet début mai 2008.

 

Des obstacles qui tombent

Depuis trois semaines, les prix baissent (moins 10 %). Les causes ? Le Japon a débloqué 20.000 tonnes pour cinq pays africains. L’Inde a réduit ses taxes à l’exportation. La moisson de 2008 s’annonce exceptionnelle et les pays rouvrent leurs stocks en prévision de la récolte. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (la FAO) l’estime à 666 millions de tonnes de paddy (riz non décortiqué), soit 15 millions de tonnes de mieux qu’en 2007.

Cette abondance de l’offre devrait faire baisser les prix. Il y a 10 ans, une tonne de riz blanchi se vendait 400 dollars (234 euros) et aujourd’hui plus de 1.000 dollars (635 euros) . En Côte d’Ivoire et en Mauritanie, où le riz est 50 % plus cher, les prix ne devraient toutefois pas baisser.

"Mais les prix demeureront élevés, autour de 700-800 dollars (444-508 euros) la tonne, prévient Patricio Mendez del Villar de l'administration américaine de l'agriculture, car la productivité ne progresse pas. Le temps du riz pas cher est révolu, à moins qu'une nouvelle "révolution verte" permette de répondre à la demande croissante."

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés