×
Les plus récents en premier
  • Les plus anciens en premier

LEON C.13 (LCBOUSSU)

11:09 - 02 janvier 2018

les pensionnés sont les dindons de la farce. ils ne sont pas défendus par les partis traditionnels. dire que les pensionnés coutent très chers en soins de santé c'est de l'imbécilité , les pensionnés qui ne savent plus se soigner sont de plus en plus nombreux dans ce pays. A quand un parti des pensionnés ?

Pierre Remy 3

08:22 - 15 décembre 2017

Didier , merçi pour votre réaction mais faites le calcul pour les pensions et vous verrez que ce n'est jamais 2% net .

pierre duc

20:56 - 14 décembre 2017

En 1960 30% du PIB était nécessaire pour faire fonctionner la Belgique. Aujourd'hui, c'est 54% pour financer des bazars et des bazars inutiles (?) Et l'on s'étonne de la fraude fiscal !

Pierre Remy 3

18:02 - 14 décembre 2017

Viviane et en plus, ce que personne ne réalise est ceci Lorsque l'indexation de 2% est appliquée sur votre pension ou un salaire , elle est calculée sur le prix net que l'on paie réellement (nonobstant le fait que l'indexe à déjà été trafiqué à maintes reprises) et ces 2% sont ajoutés à votre brut qui est à nouveau taxé ce qui signifie qu'en NET , vous n'avez pas 2% !!! Ceci signifie qu'à chaque indexation , on appauvrit tous les pensionnés.

Didier S.39 (ds90)

19:01 - 14 décembre 2017

@Pierre R.117 -  Ce que vous dites ne me parait pas tout à fait correct : les barèmes de taxation sont indexés et donc 2% brut va correspondre à 2% net, peut-être pas tout de suite car les barèmes sont indexés annuellement et votre augmentation tombera au milieu d'une année et donc la correction ne sera pas immédiate, mais en janvier de l'année qui suit les nouveaux baremes seront appliqués. Vous allez ainsi voir votre salaire augmenter en janvier alors qu'il n'est pas indexé.(toutes autres choses étant égales)

viviane oudaert (belge)

15:08 - 14 décembre 2017

N'empêche que les retraités ont aussi subi les crises du pétrole et ont payé toute leur vie. Il me semble qu'à la retraite cela devrait au moins cesser et ne pas continuer jusque dans la tombe. De plus, elles sont trop basses en Belgique, à part des privilégiés.

Jean-François M.48

15:00 - 14 décembre 2017

Mr. Vincent R.112. Et le pire dans tout ça, l’état n’en n’a toujours pas assez. C’est déprimant…

Vincent R.141

12:57 - 14 décembre 2017

Ces ajustements à la marge de la marge ne corrigent rien et n'enlèvent rien à l'indécence du système : payer un quart de ses revenus à l'état quand on gagne moins de 1000€ net par mois ? être considéré comme un riche à ponctionner et payer 50% quand on en gagne deux fois autant ? ceux qui étaient contre "la rage taxatoire" s'en accomodent bien facilement...pour info, en Allemagne, pays mal géré s'il en est, la première tranche est zéro , 42% entre +/-50 et...250000, et 45% au dela de 250000. Vous avez dit "réforme IPP" ?

Didier S.39 (ds90)

14:09 - 14 décembre 2017

@Vincent R.141 -  Exact, mais dans ces pays comme la France et l'Allemagne où l'impôt marginal ne dépasse pas 45% et n'affecte que des tranches de revenu très élevées, il y a globalisation de tous les revenus et en France application d'une CSG (de l'ordre de 15%) sur tous les revenus. C'est plus juste, et c'est la réforme fiscale à faire, mais cela génèrera des hurlements chez les votants MR .Notez que cette globalisation était d'application jusqu'en 1982, mais était systématiquement contournée car les titres n'étaient pas dématérialisés et les baux ne devaient pas être enregistrés. Ce sont les libéraux qui ont voulu supprimer cette globalisation sous prétexte de son inefficacité.

philippe d.813

11:59 - 14 décembre 2017

Et pour les pensionnés??Pouvoir d'achat continuellement en recul!

Didier S.39 (ds90)

13:11 - 14 décembre 2017

@philippe d.813 -  Pas grand chose, sauf la suppression de la tranche à 30%. Mais c'est la même chose en France avec Macron et la CSG pour les pensionnés. Privilégier les travailleurs me parait quand même socialement très acceptable (je suis moi-même pensionné), les pensionnés ayant bénéficié des golden sixties et coûtant maintenant fort cher à la communauté en matière de frais de santé.

PHILIPPE G.744758

10:02 - 14 décembre 2017

Un petit jeu video ou un petit restaurant (sans vin) par mois de plus. Sympa. Ceci dit, il faut y aller plus fermement dans les dépenses de l"état. Ne garder que le strict nécessaire et redonner au mot liberté, son vrai sens.

michel michel CLAUDE

07:10 - 14 décembre 2017

Et les retraités ???????

Votre revenu sera moins imposé en 2018

  • 14 décembre 2017 06:20

 © Pieter Van Eenooge

Bonne nouvelle pour votre budget en 2018: votre pouvoir d’achat va augmenter! Grâce à l’entrée en vigueur de la nouvelle phase du tax shift.

Publicité

Publicité

Publicité

Plus de pouvoir d’achat pour celui qui travaille, grâce à un glissement de l’impôt sur le revenu du travail vers d’autres formes d’imposition. Tel était l’objectif du tax shift. Les mesures du gouvernement Michel datent certes de 2015, mais c’est en 2018 que vous en récolterez vraiment les fruits: les travailleurs verront une plus grande part de leur rémunération brute versée sur leur compte bancaire. Selon les calculs du secrétariat social SD Worx, la rémunération nette augmentera ainsi de 1,5 à 3% à partir du 1er janvier 2018.

Trois mesures du tax shift tempéreront en fait l’impôt sur vos revenus de 2018.

1. Forfait de frais professionnels plus élevé

Le forfait de frais professionnels plus élevé est une bonne nouvelle pour le salarié ou le fonctionnaire. De quoi s’agit-il? Avant de taxer votre revenu professionnel (brut), l’administration fiscale en déduit les frais que vous avez exposés pour l’acquérir ou le conserver. Vous pouvez mentionner ces frais dans votre déclaration fiscale, mais ce n’est pas obligatoire. Si vous ne le faites pas, la loi vous accorde un forfait, qui représente le minimum auquel vous avez droit.

Le montant de ce forfait dépend de vos revenus, mais il est plafonné. Pour les revenus de 2018 (déclaration fiscale de 2019), la méthode de calcul est modifiée et le plafond relevé. Ainsi, il n’y aura plus de barème avec des taux différents selon la tranche de revenus: vous aurez droit à un forfait uniforme de 30%, avec un plafond de 4.530 euros (contre 4.320 euros actuellement).

L’autre nouveauté de 2018 est que tous les indépendants auront aussi droit à un forfait, ce qui n’était pas le cas jusqu’ici. 

2. Suppression du taux d’imposition de 30%

Lors du calcul de l’impôt, votre revenu imposable globalement est découpé en tranches. Chaque fois qu’on passe dans une tranche supérieure, le taux d’imposition augmente. Ces taux varient de 25 à 50%.

Votre argent en 2018

Toutes les nouveautés qui impacteront votre portefeuille en 2018

Le guide 'Votre argent en 2018' est paru le 16/12. Cliquez ici pour le lire au format PDF.

Pour vos revenus de 2018, la tranche qui était imposée à 30% disparaîtra: il n’y aura ainsi plus que quatre tranches d’imposition au lieu de cinq. Par conséquent, une partie plus importante de votre revenu sera imposée à 25% au lieu de 30%. "Cela procure un avantage de 70 euros par an, hors centimes additionnels communaux, explique Maxime Deforche, de PwC Tax Consultants. En outre, on rétrécit la tranche imposée à 45%, ce qui augmente celle qui est imposée à 40%. Ici, l’avantage se traduit par une économie d’impôt de 10,5 euros par an, hors centimes additionnels communaux."

3. Élargissement du groupe cible pour la quotité exemptée d’impôt majorée

Davantage de contribuables auront droit à une quotité exemptée d’impôt majorée. La quotité exemptée d’impôt est la partie du revenu qui échappe à l’impôt. Une personne à faible revenu a droit à une majoration de cette quotité. Le plafond de rémunérations pour y avoir droit sera fortement relevé à partir de l’année de revenus 2018 (exercice d’imposition 2019). Mais pas pour les pensionnés ni les bénéficiaires d’allocations.

Pour l’année de revenus 2017 (exercice d’imposition 2018), une quotité exemptée d’impôt simple de 7.270 euros est accordée à toute personne qui possède plus de 27.030 euros de revenus. En dessous de ce plafond, la quotité exemptée d’impôt est majorée à 7.570 euros. À partir de l’année de revenus 2018 (exercice d’imposition 2019), ce plafond de revenu est relevé à 43.930 euros, ce qui augmente sensiblement le nombre de contribuables qui bénéficieront de la quotité exemptée d’impôt majorée de 7.570 euros. "Pour ceux qui auront désormais droit à la quotité exemptée d’impôt majorée pour 2018, cela représente une économie d’impôt de 75 euros, hors centimes additionnels communaux", indique Maxime Deforche.

 

Combien de salaire net en plus grâce au tax shift?

Monique élève seule ses deux filles de 5 et 7 ans, qui sont donc à sa charge sur le plan fiscal. Elle habite dans une commune où les centimes additionnels sont de 7%. PwC Tax Consultants a calculé ce que le tax shift lui rapporte en partant de trois niveaux de revenus différents (sur la base de l’indexation pour l’exercice d’imposition 2018).

1. Rémunération brute de 2.000 euros par mois

Pour une rémunération brute mensuelle de 2.000 euros, soit 27.840 euros par an (pécule de vacances et 13e mois inclus), cela donne:

  • Revenu net 2017: 21.136,89 euros
  • Revenu net 2018: 21.868,65 euros

→ Gain: 731,76 euros par an, soit 60,98 euros par mois

2. Rémunération brute de 3.800 euros par mois

Pour une rémunération brute mensuelle de 3.800 euros, soit 52.896 euros par an (pécule de vacances et 13e mois inclus), cela donne:

  • Revenu net 2017: 32.021,94 euros
  • Revenu net 2018: 32.561,81 euros

→ Gain: 539,87 euros par an, soit 44,99 euros par mois

3. Rémunération brute de 6.000 euros par mois

Pour une rémunération brute mensuelle de 6.000 euros, soit 83.520 euros par an (pécule de vacances et 13e mois inclus), cela donne:

  • Revenu net 2017: 44.170,22 euros
  • Revenu net 2018: 44.707,36 euros

→ Gain: 537,14 euros par an, soit 44,76 euros par mois

Source: MonArgent

Publicité

Publicité