Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

L’épargne rapportera-t-elle plus en 2024?

2023 a marqué le décollage des taux sur l’épargne. La tendance haussière se poursuivra-t-elle en 2024?
En 2024, deux facteurs détermineront la poursuite, ou non, de la hausse de la rémunération de l’épargne par les banques. D’une part, l’évolution du taux directeur de la BCE, d’autre part, la concurrence que se livrent les banques pour attirer l’épargne des particuliers. ©Pexels

La Banque centrale européenne (BCE) a gonflé les taux d’intérêt en 2023. Son taux directeur a doublé, passant de 2% en début d’année, à 4% en décembre. La rémunération sur les produits d’épargne a suivi cette trajectoire ascendante, mais moins rapidement et moins drastiquement que prévu.

Le gouvernement a également lancé un bon d’État fiscalement avantageux qui a permis de collecter plus de 20 milliards d’euros. Il a aussi favorisé la mise en œuvre de mesures pour stimuler la concurrence entre les banques et les inciter à relever leurs taux sur l’épargne.

Publicité

Résultat? La mission est partiellement réussie. Les taux proposés sur les livrets atteignent déjà 3% dans certaines banques. Que va-t-il se passer ensuite?

3,25%
La plupart des économistes prévoient que le taux directeur de la BCE sera ramené à 3.25% d'ici à la fin de l'année 2024.

1. Quid des taux sur les livrets d’épargne?

En 2024, deux facteurs détermineront la poursuite, ou non, de la hausse de la rémunération de l’épargne par les banques. D’une part, l’évolution du taux directeur de la BCE, d’autre part, la concurrence que se livrent les banques pour attirer l’épargne des particuliers.

Pour les taux d’intérêt à court terme, il ne faudra pas compter sur la BCE. Depuis septembre, elle ne relève plus son taux directeur, estimant sa mission accomplie au vu de la forte baisse de l’inflation.

Aussi, les économistes s’accordent généralement à dire que les taux d’intérêt à court terme ont atteint leur maximum et qu’ils pourraient même baisser en 2024. Certains s’attendent à ce que les premières baisses de taux d’intérêt n’interviennent qu’au second semestre, tandis que d’autres prévoient une première baisse dès le deuxième trimestre.

"Je m’attends à ce que la BCE réduise son taux directeur pour la première fois en juin 2024, mais dans une mesure limitée à 25 points de base", avance Peter Vanden Houte, économiste en chef chez ING.

"La BCE change généralement le cap de sa politique monétaire au moment où ses services d’études revoient leurs prévisions de croissance économique. Ces prévisions arrivent toujours à la fin d’un trimestre. Je ne pense pas que la BCE procèdera déjà à une première baisse de ses taux directeurs à la fin du mois de mars, parce que nous pourrions observer une légère hausse de l’inflation au cours du premier trimestre 2024. Ce petit rebond inflationniste s’expliquera par les négociations salariales annuelles, mais aussi parce que la base de comparaison des prix élevés de l’énergie aura disparu. Sur l’ensemble de l’année 2024, nous nous attendons à ce que la BCE réduise son taux directeur de 75 points de base, voire de 100 points de base. Cela signifie que les taux d’intérêt à court terme se situeront entre 3 et 3,25% fin 2024", prévoit Peter Van den Houte, tout comme les autres économistes.

Cette tendance à la baisse n’est pas une bonne nouvelle pour les taux sur l’épargne. Mais la concurrence entre les banques pourrait inviter ces dernières à continuer de les relever. En effet, même avec le taux directeur de la BCE à 3,25%, les banques semblent encore disposer d’une petite marge de manœuvre pour augmenter leurs taux. Mais cet espoir est peut-être vain. Ces derniers mois, les banques ont laissé entendre que les marges d’intérêt se réduisaient. "Il ne faut donc pas en attendre grand-chose", estime également Peter Vanden Houte.

2. Quid des taux sur les comptes à terme?

Les comptes à terme à échéance courte suivent naturellement le taux directeur de la BCE. Certaines banques proposent même des taux d’intérêt bruts supérieurs à 3% pour un compte à terme de six mois ou d’un an. "Ces taux d’intérêt n’augmenteront plus, ils ont atteint leur maximum", estime Peter Vanden Houte.

2%
Pour concurrencer les autres produits d’épargne, de plus en plus de polices d’assurance de la branche 21 offrent un rendement garanti supérieur à 2%, mais pour une durée (légèrement) plus courte.

Mais qu’en est-il des comptes à terme à plus longues échéances (cinq ou huit ans)? Aujourd’hui, en Belgique, les taux d’intérêt à long terme (dix ans) s’élèvent à 3%. Les économistes s’attendent à ce que, dans le sillage des taux à court terme, ces taux à long terme continuent à baisser légèrement. Ainsi, BNP Paribas Fortis prévoit que les taux longs tomberont à 2,5% d’ici à 2024.

Peter Vanden Houte anticipe lui aussi une légère baisse des taux d’intérêt à long terme.

"Avec une première diminution des taux par la BCE, nous voyons souvent les taux à long terme reculer. Mais à plus long terme, je vois une normalisation de la courbe des taux, avec des taux à long terme dépassant les taux à court terme", dit-il.

Ce qui est clair en tout cas, c’est que le potentiel de hausse est limité, même pour les comptes à terme à longue échéance, du moins pour les comptes à terme à cinq ans ou plus qui rapportent déjà plus de 2% nets aujourd’hui.

3. Et pour les taux sur les assurances de la Branche 21?

Une assurance de la branche 21 offre un rendement garanti et une participation bénéficiaire. En règle générale, les produits d’assurance-épargne garantissent des intérêts pendant au moins huit ans et un jour. C’est la condition pour ne pas payer de précompte mobilier. C’est donc le taux d’intérêt à long terme qui guide le taux garanti par les assureurs.

Aujourd’hui, ces taux garantis fluctuent entre 1,5 et 2%. Ce taux de 2% est actuellement le maximum légal pour les contrats de la branche 21, qui garantissent des intérêts pendant au moins huit ans et un jour. En 2024, ce taux se chiffrera encore à 2%. Il ne faut donc pas s’attendre à des taux d’intérêt garantis plus élevés pour ces produits.

Une assurance de la branche 21 offre un rendement garanti et une participation bénéficiaire. En règle générale, les produits d’assurance-épargne garantissent des intérêts pendant au moins huit ans et un jour.

Néanmoins, pour concurrencer les autres produits d’épargne, de plus en plus de polices d’assurance de la branche 21 offrent un rendement garanti supérieur à 2%, mais pour une durée (légèrement) plus courte. Il s’agit parfois d’une période de huit ans, ce qui signifie que vous devez laisser le capital au moins un jour de plus pour contourner le paiement du précompte mobilier. Mais il est fréquent que ces contrats n’offrent pas de perspective de participation bénéficiaire.

Des assureurs proposent également un taux d’intérêt garanti plus élevé pendant trois ans, par exemple. Mais cela vous oblige à laisser ce capital pendant encore au moins cinq ans et un jour au taux d’intérêt en vigueur à ce moment-là. En 2024, les assureurs pourraient à nouveau proposer de tels taux "promotionnels". Mais attention: contrairement à un compte d’épargne ou à un compte à terme, l’assurance-épargne est assortie d’une taxe de 2% sur la prime et de frais d’entrée.

Lire également
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.