Bruxelles veut un certificat PEB pour tous les logements

©shutterstock

Le gouvernement bruxellois a adopté une feuille de route pour réduire drastiquement la consommation énergétique des bâtiments résidentiels.

En Région bruxelloise, la lutte contre le réchauffement climatique passera par des évolutions relatives au transport routier et au bâti, les deux principaux secteurs responsables des émissions de gaz à effet de serre. Pour la mobilité, le gouvernement régional a adopté le plan Good Move qui détermine la stratégie pour les dix années à venir. Son équivalent pour le bâti, la stratégie rénovation, a été présenté ce mardi à la presse par la ministre bruxelloise de l’Environnement Céline Fremault (cdH). Le secteur résidentiel et les bureaux représentent 74% de la consommation énergétique de la Région et 85% de l’ensemble des logements de la capitale ont été construits avant les années 60. En outre, 30% des bâtiments ne sont pas du tout isolés à Bruxelles, a rappelé l’humaniste pour souligner le potentiel énorme du bâti existant.

"Le défi sera de parvenir à répondre à la demande alors que le manque de main-d’œuvre est déjà criant aujourd’hui."
Hugues Kempeneers
Confédération construction Bruxelles-Capitale

Pour faire de Bruxelles une ville bas-carbone à l’horizon 2050, l’exécutif fixe un objectif de consommation de 100 kWh/m²/an en énergie primaire en moyenne pour les bâtiments résidentiels, contre une moyenne de 320 kWh/m²/an à l’heure actuelle. Et pour accélérer le rythme de rénovation du parc de logements, le gouvernement mise sur le certificat PEB qui sera rendu obligatoire d’ici 2025 pour tout logement, indépendamment de toute transaction immobilière comme c’est le cas actuellement.

"Le certificat PEB présentera les qualités énergétiques actuelles du bien immobilier et indiquera le potentiel à concrétiser d’ici 2050 en tenant compte de ses particularités. Le certificat nouvelle génération listera aussi les mesures prioritaires qui devront être prises afin d’améliorer la performance énergétique. Tous les cinq ans, le propriétaire devra mettre en œuvre l’une des mesures préconisées", résume Joël Sole, directeur de la division énergie, air, climat et bâtiments durables de Bruxelles Environnement.

"Les défis seront importants, notamment celui de la mise en œuvre et du suivi pour les entités publiques. Pour les entreprises, le défi sera de parvenir à répondre à la demande alors que le manque de main-d’œuvre est déjà criant aujourd’hui. Il faudra former des jeunes", a commenté Hugues Kempeneers de la Confédération Construction, consulté dans le cadre de l’élaboration du plan.

La stratégie rénovation comprend 34 fiches-actions détaillant les mesures à prendre dans cinq domaines: la performance énergétique, le financement, l’accompagnement, la simplification administrative et l’innovation. Il reviendra au prochain gouvernement de traduire ces objectifs dans des textes législatifs.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect