Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

La baisse des tarifs d'électricité quasi annulée à Bruxelles

La baisse des tarifs de distribution d’électricité aura été éphémère à Bruxelles: l’introduction de l’impôt des sociétés pour les intercommunales vient quasiment l’annuler.
©Photo News

On savait que la volonté du gouvernement fédéral de taxer les intercommunales allait peser lourdement sur les gestionnaires de réseau de distribution d’énergie. Rien que pour ce secteur, l’impact est estimé entre 200 et 220 millions d’euros en Belgique ("L’Echo" du 15 janvier). Un coût qui devrait être répercuté intégralement dans les tarifs de distribution d’énergie, expliquions-nous.

Cela varie un peu selon les catégories de clients. Pour certains, la diminution va être totalement annulée en électricité. Pour d’autres, les tarifs d’électricité diminueront tout de même d’1%.
Pascal Misselyn
administrateur-coordinateur de Brugel.


Cela n’a pas tardé. Brugel, le régulateur bruxellois, qui avait approuvé en décembre des tarifs de distribution en baisse de 6% pour l’électricité et de 8% pour le gaz pour la période 2015-2019, vient de les adapter pour tenir compte du fait que Sibelga va être soumis à l’impôt des sociétés, ainsi que pour intégrer l’augmentation des tarifs de transport pour couvrir le coût de la réserve stratégique — un coût qui est de 2,1 euros par an pour un ménage moyen.

Une communication détaillée est prévue ce jeudi. Mais à bonne source, nous apprenons que la diminution programmée est quasiment totalement annulée en électricité, et divisée par deux en gaz. "Cela varie un peu selon les catégories de clients, précise Pascal Misselyn, administrateur-coordinateur de Brugel. Pour certains, la diminution va être totalement annulée en électricité. Pour d’autres, les tarifs d’électricité diminueront tout de même d’1%." La diminution observée sur la facture de janvier va donc être fortement réduite dès ce mois de février. Au lieu de gagner, sur l’année, 14 euros en électricité et 21 euros en gaz, un ménage moyen n’économisera plus qu’une douzaine d’euros, selon nos calculs.

Nouvelle augmentation en Wallonie

En Wallonie aussi, une hausse est annoncée. En réponse à une question du député wallon cdH François Desquesnes, le ministre wallon de l’Énergie Paul Furlan a chiffré entre 3,6% et 6% l’augmentation probable des tarifs de distribution suite à l’introduction de l’ISoc.

12 €
Le ménage moyen bruxellois avait vu sa facture de gaz et d’électricité baisser de 35 euros par an en moyenne. Cette économie est ramenée à une douzaine d’euros.

Une évaluation qui émane en fait de la Cwape, le régulateur wallon, pour qui il est difficile à l’heure actuelle de chiffrer précisément le taux de taxation réel de chaque intercommunale. "Sauf pour Resa Électricité, l’ex-Tecteo, qui est une société anonyme soumise à l’impôt des sociétés depuis le 1er janvier et qui se trouve dans le bas de la fourchette, nous n’avons pas d’indication précise sur le taux de taxation auquel chaque intercommunale sera soumise. Des intérêts notionnels peuvent notamment intervenir. Nous estimons donc que le taux de taxation pourrait osciller entre 20% et 33,9%", explique Francis Ghigny, le président de la Cwape.

Avec les nouveaux tarifs de distribution, les ménages wallons avaient déjà vu leur facture totale d’électricité augmenter d’1,5% en électricité et de 3,6% en gaz — avec de grandes variations selon les intercommunales. Une augmentation supplémentaire qui pourrait aller jusqu’à une vingtaine d’euros s’annonce.

 

À noter encore que la Régie communale de Wavre — la ville de Charles Michel — va échapper à cet impôt des sociétés, puisqu’elle n’a pas le statut d’intercommunale.
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés