Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Primes énergie: quand la Wallonie pourra-t-elle les payer?

Plus de 30.000 demandes de primes énergie n’ont toujours pas été traitées par l’administration wallonne. Celle-ci doit repousser de plusieurs mois l’analyse des dossiers. Et sans moyens financiers supplémentaires, Ecolo estime que les demandes introduites après le 1er avril ne pourront pas être payées avant juin 2016.

Le coup de pouce financier de la Région wallonne pour les travaux d’isolation va prendre du retard. L’administration est saturée. Pris d’assaut par les ménages avant la mise en place de nouvelles primes énergétiques moins généreuse, les fonctionnaires doivent encore absorber plus de 30.000 dossiers. Les ménages qui comptaient introduire une demande dans les prochains jours doivent donc s’armer de patience. "Le délai de traitement va sans doute s’allonger un peu face à l’engouement de fin 2014", admet le cabinet du ministre de l’Énergie Paul Furlan.

9,5 millions
Ecolo estime qu’il manque 9,5 millions d'euros au budget du gouvernement pour financer les demandes introduites avant le 1er avril.

Effet d’aubaine

L’administration reçoit en temps normal environ 2.000 demandes par mois et 24.000 par an. Les modifications annoncées en octobre dernier par Paul Furlan (PS) ont cependant précipité le dépôt de nombreux dossiers. Par crainte de voir les montants des primes diminués dès le 1er avril 2015, des centaines de ménages se sont dépêchés à rentrer une demande pour profiter de quelques avantages supplémentaires. Entre le 15 novembre 2014 et le 1er février 2015, l’administration a reçu près de 14.600 dossiers.

À côté de cet appel d’air provoqué par la réforme, l’administration doit toujours gérer près de 16.000 dossiers en rade. Ils concernent des travaux terminés et facturés en 2014. D’après les chiffres fournis par le cabinet Furlan, les fonctionnaires se trouvent face à plus de 30.000 dossiers.

©BELGA

Tout est donc repoussé. L’administration espère débuter dès le mois de juin le traitement des demandes arrivées pendant le rush qui a précédé le nouveau régime de primes. Pour les dossiers envoyés après le 1er avril, "le traitement commencera dès que possible", dit le cabinet Furlan. "L’administration traitera les deux dispositifs de primes en parallèle de manière à conserver un délai de traitement le plus court possible et identique, tout en respectant la règle du First in – First out."

 

Budget insuffisant?

Si le gouvernement parle d’un retour à une situation normale d’ici la fin de l’année, Ecolo tente de démontrer le contraire. Les verts estiment que le gouvernement PS-cdH ne pourra pas payer avant juin 2016 les primes introduites aujourd’hui. La raison est budgétaire. Ecolo a calculé qu’il faudrait trouver environ 32,5 millions cette année uniquement pour financer l’ensemble des dossiers introduits dès l’annonce du moratoire et pendant le moratoire.

Il en manquerait 9,5. "Le gouvernement n’a provisionné que 23 millions." Les nouvelles demandes de primes ne seraient ainsi pas payées avant juin 2016, dit l’opposition. "Il faudra 17 mois pour absorber l’appel d’air du moratoire à moins de refuser plus de 16.000 dossiers. Aucune nouvelle prime énergie ne sera payée avant juin 2016. Pour les publics à bas revenus, ce délai est un véritable frein pour investir et représente dès aujourd’hui une difficulté financière immédiate."

Le cabinet de Paul Furlan réfute l’attaque. "Les retards sont liés à l’afflux de dossiers mais certainement pas à une question budgétaire. Ecolo veut faire une attaque politique mais tout le secteur soutient le nouveau système. Il y aura effectivement des retards dans le traitement des dossiers mais c’est une question de main-d’œuvre au sein de l’administration. Ce n’est pas une question d’argent. Il n’est d’ailleurs par exclu que des budgets supplémentaires soient dégagés par le gouvernement à l’occasion prochain ajustement budgétaire."

Certaines sources gouvernementales sont moins optimistes. Elles estiment que l’argent risque de manquer pour honorer toutes les demandes rentrées après le 1er avril 2015.

[Suivez François-Xavier Lefèvre sur Twitter en cliquant ici]

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés