Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

À quoi faire attention lorsque vous choisissez un fonds?

Toute personne souhaitant investir dans un fonds peut choisir, rien qu’en Belgique, parmi plus de 10.000 fonds. Dès lors, comment trouver celui qui est le plus approprié pour vous?

De nombreux investisseurs prennent conseil auprès de leur banquier pour acheter un fonds. Bien que l’offre de la plupart des banques soit très étendue, votre établissement ne vous donnera accès qu’à un pourcentage limité du marché belge des fonds. Tout simplement parce, généralement, les banquiers ne proposent que leurs fonds maison.
Si vous voulez partir du marché global pour faire votre choix, vous devrez donc mener quelques recherches de votre côté. Voici la démarche à suivre pour vous faciliter la tâche.

1. Déterminez votre profil de risque

Un fonds qui n’investit que dans une région ou un secteur est plus risqué qu’un fonds dont les investissements couvrent le monde entier et tous les secteurs.

Tout bon investissement commence par la même idée de base: "connais-toi toi-même". Vous devez connaître l’ampleur du risque que vous êtes prêt à supporter pour déterminer le type de fonds correspondant à votre profil d’investisseur. Si vous avez une très grande aversion au risque, vous choisirez par exemple un fonds qui investit dans des instruments du marché monétaire. Vous aspirez à obtenir un rendement plus élevé? Dans ce cas, vous devez accepter de prendre un risque également plus élevé. Un fonds d’actions sera la voie à suivre.

Chaque fonds forme déjà un ensemble d’actifs diversifiés, mais les fonds présentent également entre eux de grandes divergences en termes de diversification. Un fonds qui investit dans une seule région ou un seul secteur est plus risqué, par exemple, qu’un fonds dont les actifs couvrent le monde entier et l’ensemble des secteurs. Les personnes qui ont acheté des fonds technologiques à la fin des années 1990 ou des fonds bancaires avant 2008 l’ont appris à leurs dépens.

2. Comparez les fonds

L’investisseur doit examiner comment ce return a été obtenu. La performance n’est-elle due qu’à une seule action dont le cours a grimpé en flèche ou à une seule année particulièrement chanceuse?

La catégorie d’investissement que vous aurez déterminée comprendra encore de très nombreux fonds. Ainsi, dans notre pays, des dizaines de maisons de fonds proposent un fonds d’actions européennes ou un fonds mixte. L’étape suivante consistera donc à les comparer selon différents critères. Les principaux sont la performance, le risque et les frais.

Certains fonds réussissent, pendant une certaine période, à réaliser des rendements très élevés. L’investisseur doit examiner comment ce return a été obtenu. La performance n’est-elle due qu’à une seule action dont le cours a grimpé en flèche ou à une seule année particulièrement chanceuse? Dans ce cas, le fonds n’est sans doute pas le meilleur produit pour votre portefeuille.

Évaluez dès lors les fonds à l’aune de leur régularité. S’ils se retrouvent chaque année parmi les meilleurs au sein de leur catégorie, cela en dit beaucoup plus sur leurs processus d’investissement que s’ils se retrouvent, un peu par hasard, sur la première place du podium une année seulement. Les couronnes de L’Echo, qui évaluent les fonds sur la base de leur régularité, peuvent vous servir de guide à cet égard.

Certains gestionnaires obtiennent un rendement plus élevé en prenant plus de risques. En analysant la performance des fonds dans un marché baissier, vous pouvez mieux appréhender les risques que le gestionnaire se permet de prendre. Examinez par exemple comment le fonds a performé durant la crise du coronavirus en 2020, mais ne comparez cette performance qu’avec des fonds qui appartiennent à la même catégorie d’investissement.

N’oubliez pas par ailleurs d’intégrer les frais dans votre analyse comparative. Les frais de fonds performants sont-ils plus élevés que ceux des fonds qui le sont moins? La réponse à cette question est "non". Il n’existe aucun lien entre les frais d’un fonds et sa performance. Il importe dès lors de comparer les frais des fonds et d’éviter les fonds très onéreux. Parce que ces frais sont en réalité les seuls éléments certains dès le départ. Vous devez attendre pour connaître le rendement réel de votre investissement, mais si un fonds impute 2% de frais par an, vous avez déjà la certitude qu’il devra produire au moins 2% de rendement annuel pour que vous en obteniez un return positif.

3. Vous voulez une plus-value ou un revenu?

La réponse à cette question est également très personnelle. Selon votre âge ou votre situation professionnelle, la première sera plus importante que l’autre ou inversement. Depuis quelques années, les investisseurs sont de plus en plus nombreux à opter pour des fonds distribuant un revenu, parce qu’ils ne peuvent plus compter sur celui que leur procuraient auparavant les livrets d’épargne, les bons de caisse et les obligations. Les gestionnaires ont bien entendu répondu à cette demande en leur proposant des fonds dont l’objectif explicite est de distribuer régulièrement des revenus substantiels.

La plupart des maisons de fonds proposent dès lors le même fonds dans deux versions différentes: un fonds de distribution et un fonds de capitalisation. Le premier distribue chaque année un dividende. Le second réinvestit le revenu dans le fonds. En réinvestissant dans le fonds, le gestionnaire crée un effet de boule de neige, ce qui grossira la plus-value finale au moment de la revente du fonds.

4. Gestion active ou passive?

Mieux vaut éviter d’investir dans des fonds indiciels masqués et choisir plutôt les fonds indiciels cotés en bourse ou les trackers dont les frais sont nettement moins élevés.

Les fonds traditionnels non cotés sont généralement gérés activement pour tenter de réaliser une performance plus élevée que leur indice de référence. Mais tous les gestionnaires actifs n’appliquent pas cette stratégie. Au contraire, nombre d’entre eux partent de l’indice de référence et adaptent ici et là la pondération des différents actifs qui le constituent. En pratique, les fonds qu’ils gèrent sont donc très similaires à leur indice de référence. Mieux vaut éviter d’investir dans de tels fonds et choisir plutôt les fonds indiciels cotés en bourse ou les trackers dont les frais sont nettement moins élevés. Vous obtiendrez le même rendement, mais amputé de frais bien moindres.

Il est assez facile de détecter ces fonds indiciels masqués. Il suffit d’examiner les dix positions principales du fonds et de les comparer avec celles de l’indice de référence. Si elles diffèrent à peine, vous avez affaire à un fonds indiciel masqué. D’autres méthodes plus sophistiquées permettent d’identifier les gestionnaires vraiment actifs. Le concept "active share" en est une en vogue. Ce chiffre indique en pourcentage dans quelle mesure un fonds diverge de l’indice de référence. Si l’active share est égale à 0%, il s’agit d’un pur fonds indiciel. Si le pourcentage est de 100%, le fonds ne comprend aucune position de l’indice de référence: un "stock-picker " pur jus.

Résumé

  • si vous voulez choisir vous-même vos fonds, vous allez devoir effectuer quelques recherches.
  • Avant tout: déterminez votre profil de risque. Vous choisirez un fonds différent selon que vous êtes - ou non - averse au risque.
  • Comparez les fonds, en étudiant la régularité de leurs performances et leurs frais.
  • Plus-value ou revenu: que voulez-vous obtenir? Cela déterminera s'il vous faut un fonds de distribution ou de capitalisation.
  • Débusquez les fonds indiciels masqués: ceux-ci répliquent un indice mais vous facturent des frais plus élevés qu'un tracker ou qu'un fonds indiciel coté en bourse.

Messages sponsorisés