Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Quels sont les frais liés aux fonds d'investissement?

Les frais varient selon le type de fonds.

Un fonds d’investissement traditionnel, qui n’est pas coté en bourse, présente une autre structure de frais qu’un fonds indiciel coté en bourse ou un tracker.

1. Frais de transaction

Comme un fonds traditionnel n’est pas coté, on ne vous impute pas de frais de courtage pour l’acheter, comme ce serait le cas pour une transaction ordinaire en bourse.

S’agissant des trackers, les frais de transaction sont comparables aux frais prélevés pour une action. Généralement, ces frais sont nettement inférieurs à 1%. Ils vous sont imputés tant à l’achat qu’à la vente.

2. Frais d'entrée

Généralement, les frais d’entrée sont compris entre 0 et 6%, mais dans la majorité des cas ils se situent entre 1 et 3%.

Le vendeur du fonds — généralement la banque — vous compte des frais d’entrée qui sont exprimés en pourcentage de votre investissement. Généralement, ces frais d’entrée sont compris entre 0 et 6%, mais dans la majorité des cas ils se situent entre 1 et 3%. La plupart des fonds traditionnels ne facturent pas de frais de sortie — lorsque vous vendez votre fonds —, mais il y a des exceptions. Elles visent surtout les fonds offrant une protection du capital lorsque l’investisseur vend au cours des premières années.

3. Frais courants

Les frais courants des trackers sont très faibles, souvent compris entre 0 et 0,4% par an.

Les frais annuels récurrents sont appelés les frais courants. Ils englobent les coûts de la gestion, de l’administration, du marketing et de la distribution du fonds. Ces frais sont exprimés en un pourcentage par an. Ils ne sont donc pas uniques, mais imputés pendant toute la durée de détention du fonds. Les frais sont prélevés chaque jour proportionnellement à la valeur d’inventaire du fonds de telle sorte qu’ils passent inaperçus.

Les frais courants des trackers sont très faibles, souvent compris entre 0 et 0,4% par an. Cela s’explique par le fait que ces fonds copient un indice, ce qui ne requiert guère de travail pour le gestionnaire. Les trackers sont également cotés en bourse. Vous ne devez donc pas vous adresser à un distributeur en particulier.

Les fonds traditionnels imputent des frais courants plus élevés, souvent entre 1 et 2% par an. Pour ces fonds, le gestionnaire sélectionne lui-même les actions et/ou les obligations, ce qui requiert davantage de travail de recherche, et donc des frais de gestion plus importants. En outre, ces frais courants intègrent souvent des frais de distribution cachés — ce qu’on appelle les rétrocessions. Le gestionnaire reverse cette rémunération au distributeur du fonds, généralement la banque. Dans de nombreux cas, la rémunération de distribution peut représenter la moitié des frais de gestion. Dans certains pays, comme la Grande-Bretagne et les Pays-Bas, cette rémunération de distribution cachée est interdite. Elle ne peut donc pas être intégrée dans les frais courants, mais doit être imputée séparément.

4. Rémunération de la performance

Un dernier type de frais concerne la rémunération de la performance. Mais elle n’est imputée que par une minorité de fonds. La rémunération de la performance n’est imputée que si le fonds a réalisé une performance plus élevée qu’un objectif prédéterminé, par exemple obtenir un meilleur rendement qu’un indice de marché. Si c’est le cas, une commission est prélevée sur le surcroît de rendement. Cette rémunération est exprimée sous la forme d’un pourcentage.

Résumé

  • Les frais d'un fonds varient selon le type de fonds. Un fonds d’investissement traditionnel présente une autre structure de frais qu’un fonds indiciel coté en bourse ou un tracker.
  • Un fonds d'investissement traditionnel (donc non coté) a des frais d'entrée, des frais courants et des frais liés à la rémunération de la performance.
  • Un tracker a des frais courants peu élevés, mais il y a des coûts de transaction à l'achat et à la vente. Les frais courants sont peu élevés.

Messages sponsorisés