Et si la prochaine étape, c'était un coffre-fort à la maison?

©Tine

Le taux d’intérêt minimum de 0,11% sur les livrets d’épargne risque-t-il de "sauter" un jour? Certains épargnants le craignent, en témoigne la hausse de la demande de coffres-forts pour particuliers ces derniers mois… Naturellement, garder ses liquidités chez soi présente pourtant des risques bien réels.

On vous en parle tout le temps et vous le voyez bien vous-même sur votre décompte annuel, votre compte d’épargne ne vous rapporte (quasi) plus rien. Les taux négatifs qui se sont installés sur le marché obligataire de plusieurs pays européens, dont la Belgique pour les échéances inférieures à huit ans, empêchent les banques de rémunérer l’épargne qui est stockée sur les livrets de dépôts. Elles ne peuvent toutefois pas abaisser les taux d’intérêt des comptes d’épargne sous le minimum légal de 0,11% en Belgique, ce qui, selon elles, est déjà trop élevé au vu de ce que leur rapportent leurs propres placements. Mais jusqu’à quand ce verrou légal va-t-il tenir? Il semble que de plus en plus d’épargnants s’attendent à ce qu’il ne soit pas éternel…

Anticipation

Un signe? Le regain d’intérêt des particuliers pour les coffres-forts à installer chez soi. Certains vendeurs y voient simplement un effet "vacances" ces dernières semaines, alors que les gens se préparent à mettre en sécurité leurs valeurs avant de quitter la maison pour plusieurs jours. Mais ce n’est visiblement pas tout…

"Certaines personnes qui viennent nous voir craignent qu’un jour, il faudra payer pour laisser son argent à la banque."
Sébastien Bouchat
AM-Seva

"Certaines personnes qui viennent nous voir craignent qu’un jour, il faudra payer pour laisser son argent à la banque. De plus en plus de gens viennent acheter un coffre-fort pour pouvoir rapatrier leurs économies. On a clairement remarqué ce comportement", constate Sébastien Bouchat, responsable chez AM-Seva, une entreprise spécialisée dans la vente de coffres-forts à Villers-le-Bouillet.

Cette tendance s’était aussi observée pendant la crise grecque, mais plutôt en raison des craintes sur la solidité des banques. La demande a ensuite diminué en période d’accalmie, avant de repartir de plus belle à mesure que les taux d’intérêts se sont enfoncés.

Comme l’explique de son côté Monsieur Lambrechts, responsable de Manufar à Bruxelles, "le climat d’insécurité avec les taux bancaires en baisse a clairement un impact sur la demande. Beaucoup de gens anticipent. On reçoit un peu tous les publics, pas seulement les gens aisés. Ils préfèrent par ailleurs avoir un coffre chez eux plutôt que d’en louer un à la banque, car les accès sont devenus plus restreints" (lire encadré plus bas).

Il faut dire qu’en plus, dans le contexte de stress boursier "post Brexit" que l’on connaît, le cash apparaît aux yeux de certains comme le dernier des remparts, tout comme l’or qui connaît un énorme regain d’intérêt depuis la fin de l’année dernière. Cette semaine, un investisseur institutionnel affirmait sur Twitter que 20% de son portefeuille professionnel était placé sur un compte courant…

Comme une voiture

Si vous estimez que vos économies seront, dans ce contexte, plus à l’abri dans un coffre-fort caché dans votre maison que sur un compte en banque, la première étape est de savoir quel coffre vous allez choisir. "Acheter un coffre-fort, c’est comme acheter une voiture. Il y a une multitude de modèles de coffres, que ce soit au niveau de la taille que de la résistance mécanique", explique Sébastien Bouchat. Ainsi, si le but est réellement de stocker toutes (ou une partie de) vos économies, votre vendeur vous conseillera sûrement de ne pas lésiner sur la qualité… et de ne pas faire trop attention au prix!

Il existe des normes européennes qui définissent la résistance des coffres-forts. Elles se divisent en deux catégories. La norme EN 14450 convient pour des montants assurables jusqu’à 5.000 euros. Ces coffres servent davantage à vous protéger de la petite délinquance (voleurs non-expérimentés). Les coffres les plus résistants font partie de la norme EN 1143-1, au sein de laquelle ils s’échelonnent de 1 à 8, avec des valeurs théoriques assurables comprises entre 7.000 et 250.000 euros. Si votre coffre ne répond pas à ces normes, votre assureur refusera d’en assurer le contenu. Oubliez donc les petits coffres que vous trouvez dans le commerce à partir de 70 euros, qui ressemblent à ceux des chambres d’hôtel.

la cache du siècle

Le but du coffre-fort, c’est avant tout d’être discret. L’idéal serait qu’un éventuel cambrioleur ne le trouve pas lorsqu’il fouille votre maison. À cet égard, cacher la clé du coffre dans la maison présente un risque supplémentaire, car les voleurs la reconnaissent directement. C’est pourquoi vous pouvez choisir une serrure à code, ou à clé et à code. Quant à l’endroit où le placer, laissez courir votre imagination. On les comprend, les professionnels ne vont pas nous donner leurs astuces. "Un conseil toutefois, évitez la chambre. C’est la pièce la plus fouillée lors d’un cambriolage", explique Sébastien Bouchat, d’AM-Seva. Il existe par ailleurs des coffres à placer dans le sol. Ils sont blindés par le béton tout autour et plus discrets qu’un coffre mural.

Car ici, question prix, un coffre de classe 1 (qui représente une valeur théorique assurable de 20.000 euros en objets ou de 10.000 euros en liquide), tourne aux environs de 800 euros (pour une taille de 49cm de haut*43 cm de large*40 cm de profondeur). Le même en classe 3 (qui représente une valeur théorique assurable de 90.000 euros en objets ou de 45.000 euros en liquide) grimpe déjà à 2.500 euros. À noter que si vous désirez un coffre qui résiste plus de 30 minutes au feu, la facture continue de grimper. Un coffre ne pourra toutefois jamais résister plus de 120 minutes en pleines flammes.

Enfin, ces coffres-forts doivent être montés et fixés dans la maçonnerie de votre mur (ou dans votre sol) par un professionnel. Ceux que vous trouverez en grande surface de bricolage répondront parfois aux normes, mais ils ont un inconvénient: les cambrioleurs ont tout le loisir de les étudier en long et en large car ils sont exposés. Bien informés sur leur système de fermeture et de fixation, ils pourront plus facilement les ouvrir ou les emporter s’ils tombent dessus chez un particulier.

Assurances

Via une assurance habitation, les compagnies d’assurance couvrent vos biens (argent ou objets) contre le vol et l’incendie, qu’ils se trouvent ou non dans un coffre-fort. Elles prévoient cependant des limites d’intervention par type de contenu (argent, lingots d’or, bijoux, etc). "Toutefois, il est possible d’augmenter ces limites à la demande du client, cela se négocie généralement au cas par cas. L’installation d’un coffre-fort n’est pas une condition alors que la présence d’un système d’alarme sera généralement un plus", explique Chloé Tillieux, porte-parole d’Axa Belgium. Mais dans tous les cas, si vous aviez stocké des valeurs dans un coffre, l’assurance n’interviendra jamais pour un montant supérieur à la valeur théorique assurable qui correspond à sa catégorie.

"Nous expliquons toujours à nos clients que ce n’est pas une bonne idée de garder tout son argent chez soi."
Gerrit Feyaerts
AG Insurance

Pour le liquide, il est en outre toujours plus difficile de prouver le montant qui était effectivement stocké. Les compagnies sont donc souvent réfractaires à assurer spécifiquement du liquide, et si elles l’acceptent, il s’agit d’une couverture coûteuse. "Nous expliquons toujours à nos clients que ce n’est pas une bonne idée de garder tout son argent chez soi", explique de son côté Gerrit Feyaerts, porte-parole d’AG Insurance. "Et si l’inspecteur de l’assurance peut demander à ce que soit installé un coffre au domicile du client pour accepter d’assurer une valeur, le fait qu’il soit placé ne changera jamais rien au niveau du montant de la garantie", précise-t-il.

Si un coffre-fort a donc tout à fait sa place à la maison pour protéger des valeurs, des actes authentiques, des papiers d’identité, des bijoux, les doubles des clés de voiture, etc., y planquer toutes ses économies paraît donc assez risqué, en tout cas du point de vue de l’assureur.

Et un coffre à la banque?

Si cela vous inquiète de posséder un coffre-fort chez vous, il reste naturellement l’option du coffre que vous pouvez louer à la banque, nettement plus sécurisé. Selon la taille et selon la banque, le prix varie entre environ 40 euros et 350 euros par an. Un prix qui comprend l’assurance contre le vol et l’incendie (mais qui ne vous dispense pas de pouvoir prouver le contenu du coffre pour le dédommagement éventuel).

Problème: les banques ne disposent pas toutes de grands coffres, et de plus, toutes les agences ne disposent pas de salle de coffres… Par ailleurs, les horaires d’accessibilité sont restreints.

Sachez aussi qu’en cas de décès, la banque doit bloquer l’accès des héritiers au coffre du défunt, afin de protéger le droit des héritiers. Il sera donc ouvert en présence des héritiers et l’inventaire de son contenu sera réalisé par un délégué de la banque ou un notaire. Il entrera donc à 100% dans la masse successorale…

Depuis la fin des titres au porteur en janvier 2014, les coffres bancaires sont relativement délaissés par la clientèle. Belfius, KBC, BNP Paribas Fortis et ING constatent que la demande baisse chaque année. Ainsi, un peu plus de 200.000 coffres sont loués chez BNP Paribas Fortis, contre 254.000 en 2013. La banque a supprimé 130.000 coffres sur la même période.

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content