Le nouveau système d'épargne-pension ne convainc pas

©Photo News

Le nouveau système d’épargne-pension, qui laisse le choix entre deux plafonds, contient un piège fiscal. AXA constate que peu de clients optent pour 1.230 euros et rappelle les points d’attention.

Pour vous constituer une épargne-pension, vous avez désormais le choix entre des versements plafonnés:

  • à 960 euros par an, avec un avantage fiscal de 30%
  • à 1.230 euros par an, avec un avantage fiscal de 25%.

Deux mois après son introduction, AXA Banque constate que ses clients sont assez frileux à l’égard de ce nouveau système. "Seuls 12% ont opté pour un plafonnement fiscal à 1.230 euros. Les jeunes adultes semblent les moins convaincus: 10% des moins de 35 ans font le choix d’un tel système contre 19% pour les plus de 55 ans", précise un communiqué.

Un flop qui s’explique par la confusion qui règne dans l’esprit du public, les fiscalistes ayant dès la génèse de la mesure mis en garde contre un piège fiscal. "Le plafond de 1.230 euros n’est pas intéressant pour tout le monde", rappelle AXA. "Les épargnants risquent de voir leur situation se dégrader s’ils n’en tiennent pas compte", assure Dirk Coveliers, avocat fiscaliste chez Tiberghien.

Le problème du nouveau système est bien connu. "Si le client verse seulement un euro de plus que le premier plafond de 960 euros, la réduction d’impôt tombera de 30% à 25%, ce qui se soldera par une perte. Cette perte ne disparaîtra qu’à partir de 1.152 euros".

Il n’est pas intéressant d’épargner un montant compris entre 960 et 1.152 euros.

En clair, il n’est pas intéressant d’épargner un montant compris entre 960 et 1.152 euros! Or, nombreux sont ceux qui sont susceptibles de tomber dans le piège. En 2017, AXA a en effet constaté que 46% des clients avaient versé moins que le plafond annuel (940 euros). La banque demandera chaque année à ses clients de spécifier le plafond choisi, mais les autorisera à changer en cours d’année. Mais passer de 1.230 euros à 960 euros ne sera permis qu’à condition de ne pas encore avoir dépassé 960 euros.

Dirk Covelier précise encore que "si le client choisit le maximum de 1.230 euros, il bénéficiera d’une économie d’impôt supplémentaire de seulement 19,5 euros pour un investissement additionnel de 270 euros. Un rendement moins intéressant que celui de 30% sur les 960 premiers euros". Et il termine sur ce conseil: "C’est après votre 60e anniversaire qu’il sera le plus avantageux de verser 1.230 euros par an, car ces versements ne seront plus soumis à l’impôt."


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content