Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

À qui profite la baisse des taux?

Le taux belge passe sous les 3%. C’est une bonne nouvelle pour le trésor public. Mais en va-t-il de même pour les épargnants et les particuliers qui remboursent un emprunt?
©Marco Okhuizen/Hollandse Hoogte

Le trésor belge n’avait jamais payé aussi peu pour collecter des fonds sur les marchés financiers depuis août 2010. Bien, mais en quoi cela vous intéresse-t-il?

L’épargnant doit se préparer à un nouveau cycle de baisse des taux. Pourquoi diable y aurait-il un lien entre la baisse des taux belges à 10 ans en-dessous des 3 % et les comptes d’épargne? Long terme versus court terme, en clair…  Rien a priori, de fait: les banques se basent en effet sur une série de taux courts pour déterminer les rémunérations des comptes d’épargne. Mais ces taux courts, à l’instar de leurs homologues de longue durée, sont aussi en train de refluer. Ce qui devrait à un moment ou à un autre avoir une influence négative sur les taux à l’étal des livrets.

Les épargnants devraient même recevoir deux nouveaux uppercuts en la matière. D’abord, il y a cette nouvelle taxe qui vise les dépôts des banques. Celle-vise à taxer les dépôts des banques (de 0,03 à 0,12 % des dépôts): plus la part desdits dépôts percole dans l’économie réelle, via l’octroi de crédits aux ménages ou aux entreprises, plus la taxe sera faible. L’idée est louable mais elle aura pour effet de pénaliser les banques de taille plus modeste: ces francs-tireurs de l’épargne, pour la plupart, n’octroient pas de crédits et seront donc davantage imposées ; cela pourrait influencer les rémunérations des comptes d’épargne.

"Ensuite, il devient de plus en plus probable que la Banque Centrale Européenne (BCE) abaisse prochainement ses taux maintenant que les signes de contraction de l’économie en zone euro se multiplient et que le malaise grec persiste", explique Peter Vanden Houte, économiste en chef chez ING. Pour les banques, le taux de la BCE est le principal taux sur lequel elles s’arc-boutent pour fixer leurs tarifs d’épargne. "Une diminution des taux fera donc inévitablement reculer les taux des comptes d’épargne", conclut l’économiste.        

Les taux en baisse peuvent être une bonne nouvelle pour ceux qui ont emprunté à taux variable. Mais ce n’est pas parce que les taux baissent aujourd’hui que l’on paiera moins demain. Tout dépend du contrat, qui prévoit que le taux sera revu une fois l’an, tous les trois ans, voire tous les cinq ans.

Le candidat emprunteur ne doit pas attendre une nouvelle baisse des taux. "Les banques n’ont aucun intérêt à encore baisser leurs taux. Pour le moment, elles peuvent encore se refinancer à bon compte grâce aux comptes d’épargne et aux bons de caisse. Mais si le vent tourne, elles perdront de l’argent à cause des actuels prêts à long terme et à faible taux", affirme John Romain du courtier en crédit immobilier Immotheker. Il nous explique également pourquoi, à l’heure actuelle, l’écart entre taux fixes et variables reste relativement faible. La loi exige en effet que les banques ne peuvent au maximum doubler le taux variable initial que si ce dernier est inférieur à 3%. "Du coup, , commente P. Vanden Houte, la plupart des banques ne sont pas tentées d’encore faire baisser leurs taux variables".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés