Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Comment les gourous de la bourse abordent la crise

Vu le contexte économique mondial actuel, la plupart des investisseurs sont très inquiets. D'autres, comme Warren Buffet, Albert Frère ou encore Donald Trump, ne semblent pas être touchés et restent confiants pour l’avenir.
Publicité
Imiter les gourous
ne mène pas loin
En savoir plus

(mon argent/le jdn) – Ils sont connus dans le monde entier. Richissimes, leur réputation n’est plus à faire et ils sont imités par beaucoup. Quand ils parlent, ils sont écoutés. Quand ils achètent, les autres les imitent. Qui sont ces investisseurs et quelles actions prennent-ils face à la crise ?

1. Warren Buffett part à la chasse aux bonnes affaires

Mais qui est
Warren Buffett?
En savoir plus

L’homme le plus riche du monde ne semble pas être affecté par la crise. Au contraire, il en profite. Cette période lui permet d’appliquer l’une de ses propres sagesses boursières : "Soyez avide quand les autres sont craintifs, et méfiants quand les autres sont euphoriques". Autrement dit, il ne suit jamais la masse : il achète quand les autres vendent, il vend quand les autres achètent. Cette stratégie lui a permis en grande partie de bâtir sa fortune. Mais surtout, il achète les actions d’entreprises dont le cours est à l’évidence inférieur à la valeur réelle de l’entreprise tellement il est persuadé qu'à plus long terme celles-ci vont lui rapporter de belles plus-values. D'ailleurs, Warren Buffett a récemment acquis des actions de Goldman Sachs et de la General Electric, via sa holding Berkshire Hathaway, et continue actuellement de faire ses achats car selon lui, "les craintes actuelles sur certaines entreprises n’ont pas de sens à long terme".

2. Albert Frère renforce son portefeuille

Légende européenne de la finance et premier actionnaire privé du Cac 40, Albert Frère ne craint pas la crise. A l’image de Warren Buffet, il a massivement investi dans des entreprises aux cours bas. Mais à la différence de l'Américain, il investit dans des sociétés déjà présente dans son portefeuille afin de renforcer ses positions. Autrement dit, le Belge a gonflé son portefeuille en volume mais pas en valeurs. Ainsi, il aurait dépensé environ 700 millions d’euros au cours du troisième trimestre de 2008 dans des entreprises comme Lafarge, Pernod-Ricard et Suez Environnement. Pour lui, la crise actuelle est "un accident qui a mis en lumière les dérives d’un modèle financier ayant perdu ses repères et plus particulièrement le crédit facile". Albert Frère n’a d’ailleurs pas recours au crédit. Selon ses dires, les opérations de sa principale holding GBL sont "entièrement financées par fonds propres". Un exemple à suivre.

3. Pour Donald Trump, la sert d'argument de vente

De bonnes affaires
immobilières en vue
En savoir plus

La crise, il connaît. Mais dans un autre domaine, celui de l’immobilier. Ce multimilliardaire a déjà réussi à se relever après avoir vécu deux faillites. Actuellement, il a décidé de tirer profit de la crise et de la chute des prix de l’immobilier. En effet, il est entrain de vendre à moitié prix 550 appartements de luxe répartis dans trois buildings de la ville de Miami. Vu la morosité du marché immobilier, il attire les investisseurs en leur assurant qu’ils font un bon investissement car il estime que ce marché se redressera en avril 2009.

4. John Doerr encourage les entrepreneurs

10 jobs pour travailler
dans l'environnement
En savoir plus

Investisseur depuis les années 80, il a eu le flair de placer son argent dans les valeurs technologiques comme Compaq, Netscape, Symantec, Sun Microsystems, Amazon et Google. Aujourd’hui, il mise sur un nouveau type de valeur : le greentech. Autrement dit, dans les technologies vertes. Selon lui, elles constituent "la plus grande opportunité économique de 21ème siècle". Il place donc toute sa confiance dans une révolution environnementale. En outre, John Doerr a destiné certains de ses conseils aux jeunes entrepreneurs devant faire face à la crise comme "Assurez-vous d’avoir 18 mois d’avance de liquidités" ou "Réévaluez vos priorités de recherche et développement". Mais surtout, "Agissez maintenant". Une manière de rappeler que la crise ne doit pas freiner les entrepreneurs dans leur lancée. Bien au contraire.

Malgré la crise, lancez votre entreprise

Ce sujet a déjà été abordé dans un précédent article. En effet, une récession peut être le moment idéal pour lancer une nouvelle entreprise. Quelques groupes mondialement connus l’ont bien compris et ont démarré leurs activités au cours des dernières récessions. Découvrez leurs histoires.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés