Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

Comment réinvestir vos devises étrangères?

De nombreuses obligations viennent à échéance prochainement, y compris en devises étrangères. Est-il plus intéressant de réinvestir les montants perçus en euro ou dans la devise d'origine?
Obligations liées
à l'inflation
En savoir plus

(mon argent) - Ces dernières années, dans leur quête de rendement, de nombreux investisseurs belges ont investi une partie de leurs économies en obligations libellées en rand sud-africain, en livre turque, en dollar australien ou dans d'autres devises à haut rendement. Aujourd'hui, nombre de ces obligations arrivent à échéance. Dans quelle devise réinvestir son argent? Pas facile de répondre à cette question. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte.

Publicité

1. Gains ou pertes de change

Suite au grave malaise économique, plusieurs monnaies étrangères ont dévissé. Les investisseurs fatigués par ces turbulences ou peu désireux de prendre de nouveaux risques seront tentés de faire convertir en euro le produit de leurs obligations en devises étrangères. Ce qui pourrait être une erreur lourde de conséquences. Vu le terrain perdu par plusieurs monnaies étrangères ces derniers mois, une conversion en euro pourrait entraîner de lourdes pertes de change. Il serait dès lors préférable de calculer la valeur en euro du prix payé à l'époque pour l'obligation en devises étrangères et le cours actuel de l'obligation en euro. Ces renseignements peuvent être demandés au banquier. On examinera ensuite si les coupons reçus au fil des ans compensent (en partie) l'éventuelle perte de change essuyée sur l'investissement de départ.

Parmi les monnaies sur lesquelles vous risquez de subir une (lourde) perte de change en cas de conversion en euro, citons le dollar australien, le dollar néo-zélandais, le dollar canadien, le rand sud-africain et la livre turque. De nombreuses devises est-européennes, comme le forint hongrois et le zloty polonais, ont également perdu beaucoup de terrain par rapport à l'euro.

En outre, si vous constatez qu'une conversion en euro peut occasionner une forte perte de change, vous avez peut-être intérêt à réinvestir le montant de vos obligations dans la monnaie d'investissement de départ. À condition, toutefois, que les perspectives de la monnaie en question apparaissent à nouveau favorables. Sans quoi, la perte financière risque de s'accentuer.

2. Perspectives de change

Ceux qui réinvestissent les produits de leur obligation en rand sud-africain, en dollar australien en dollar canadien peuvent espérer rapatrier plus tard ces investissements en euro à des cours plus favorables. Les économistes estiment en effet que ces monnaies se raffermiront face à l'euro dans les années à venir. Ils s'attendent à ce qu'un redressement progressif de l'économie relance aussi les marchés des matières premières.

D'autres monnaies à haut rendement devraient également se renforcer à mesure que l'économie mondiale retrouvera un peu de stabilité. Ce sera notamment le cas de la livre turque ou des monnaies d'Europe de l'Est. Ce retour à la stabilité va en effet inciter les investisseurs étrangers à investir à nouveau dans ces pays, ce qui apportera un soutien aux cours des monnaies.

Couronne islandaise

Il est cependant une monnaie dont il est impossible de prédire l'avenir: la couronne islandaise. La faillite de l'Islande a en effet paralysé le marché de la couronne. Les investisseurs qui détiennent encore une obligation islandaise qui arrive bientôt à échéance n'ont qu'une seule option: déposer provisoirement l'investissement sur un compte en couronne islandaise, que leur banque ouvrira automatiquement pour eux. Il n'y a pas d'autre choix. Le marché des changes étant gelé dans cette monnaie, votre banque ne peut convertir votre obligation en euro ou dans une autre devise. Pas question non plus d'investir dans une autre obligation en couronne islandaise: ce marché est lui aussi à l'arrêt.

Les experts en devises s'attendent à ce que le marché des changes en couronne islandaise se reprenne dans les semaines à venir. Si c'est le cas, il semble plus intéressant de réinvestir les montants reçus dans une autre obligation en couronne que de les convertir en euro. La monnaie islandaise s'est en effet effondrée par rapport à l'euro au cours des mois qui ont précédé l'assèchement du marché.

3. Qualité de l'émetteur

Que vous vouliez réinvestir dans la monnaie d'origine ou en euro, vous ne devez pas avoir le réflexe de faire confiance au même émetteur. Il est en effet très possible que sa solvabilité se soit considérablement dégradée avec la crise, à plus forte raison s'il s'agit d'une entreprise ou d'une banque. Avec le malaise économique, les agences internationales comme Standard &Poor's, Moody's et Fitch ont en effet (considérablement) abaissé les notations de nombreuses entreprises et institutions financières.

Les épargnants qui ne souhaitent pas s'exposer à un éventuel risque de remboursement ont donc intérêt à investir dans des obligations en devise étrangère émises par des organismes internationaux bénéficiant de la notation maximale, comme la Banque Européenne d'Investissement (BEI) ou la Banque mondiale.

Les obligations à haut rendement émises par les banques publiques, comme la banque allemande KFW, constituent également une alternative attrayante si l'émetteur de l'obligation initiale s'avère aujourd'hui (beaucoup) moins solvable qu'à l'origine.

4. Date du coupon

Dans le cadre du réinvestissement d'une obligation échue, il est aussi important d'observer la date de versement du coupon dans le cas des obligations libellées en devises étrangères. Si un coupon a été payé récemment, l'investisseur perd dès le départ une partie importante de son rendement. Ce qui lui sera surtout préjudiciable si l'obligation est dotée d'une échéance courte.

Par exemple, celui qui investit aujourd'hui dans l'obligation émise par la BEI (AAA) en livre turque, dont l'échéance court jusqu'au 11 novembre 2011 et la date de coupon est fixée au 11 novembre, perdra quatre mois d'intérêt.

La date de coupon n'a aucune importance si vous pouvez investir dans une nouvelle émission. Mais la probabilité qu'une nouvelle émission coïncide avec l'échéance votre obligation existante est plutôt réduite. Si ce n'est pas le cas, vous devrez faire un choix parmi les obligations existantes.

Lire également
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.