Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Des idées pour une épargne plus rentable?

Forte des 18.000 signatures à sa pétition "Banques: actionnaires chouchoutés, clients pénalisés", Test-Achats revient avec un sondage sur la fiscalité de l'épargne. L'association attend votre avis.
©Photo News

Constat alarmant de Test-Achats: "La Belgique est un des pays d’Europe où le sort de l’épargnant est le moins enviable".  "Lorsqu’une personne met 10.000 euros de côté, elle n’en retire que 4 euros. La banque gagne, elle, 160 euros par an sur ce même montant grâce aux intérêts des crédits qu’elle octroie avec l’épargne de ses clients. Quant à l’État belge, il reçoit 40 euros par an, grâce aux différentes taxes directement perçues auprès de la banque sur les montants inscrits en comptes d’épargne. De plus, le consommateur qui place son argent sur un compte épargne perd du pouvoir d’achat. En effet, l’inflation en Belgique a atteint au premier trimestre de cette année 3 %, ce qui est beaucoup plus élevé que l’intérêt sur nos comptes d’épargne." Le ton est lancé!

L'association de défense des consommateurs appelle donc les épargnants à s'exprimer sur une refonte de la fiscalité. Elle demande d'énoncer des propositions visant à augmenter le rendement de l'épargne et à garantir le pouvoir d’achat à long terme.

Cette opération, qui s'effectue jusquà la fin du mois d'août via le site internet de Test-Achats, s'effectue en deux temps. L'épargnant est d'abord invité à répondre à une question: "Pour" ou "Contre" une évolution de la situation fiscale actuelle? La seconde étape consiste à laisser son opinion sur comment évoluer vers une épargne plus rentable et un meilleur pouvoir d'achat

"Bien sûr, le compte d’épargne reste incontournable pour votre épargne de précaution ou les dépenses importantes que vous planifiez. Mais au-delà, d’autres placements pourraient se révéler plus rentables et l’État pourrait les encourager fiscalement. Quitte à réduire quelque peu l’avantage fiscal accordé aujourd’hui aux comptes d’épargne. Quelle option préférez-vous?"

Les conclusions de ce sondage seront présentées à la rentrée parlementaire au ministre des Finances et aux différents partis politiques, affirme-t-on chez Test-Achats.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés