Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Euphorie boursière: juste... un feu de paille?

La Bourse de Bruxelles a repris du poil de la bête: le Bel20 a gagné 50% en moins de 6 mois. Les investisseurs devraient-ils déjà se sentir soulagés ou n'est-ce qu'un feu de paille? Les avis divergent.

(mon argent/tijd) – Hier lundi, le Bel20 a gagné 1,9%. Les gains s'accumulent depuis le début mars avec une régularité métronomique. L'indice phare de la Bourse de Bruxelles a progressé de 50,2% depuis son plancher enregistré le 6 mars 2009, à près de 2.300 points. Les sommets d'antan (près de 4.800 points) sont encore loin mais la récentte hausse est historique depuis le lancement de l'indice. Ce rebond est surtout dû à l'affaiblissement des craintes entourant un effondrement global de l'économie et de son système financier. Par ailleurs, de nombreux investisseurs croient en une reprise économique pour le deuxième semestre 2009.Mais cette reprise boursière durera-t-elle longtemps? Ou s'agit-il plutôt d'une reprise temporaire? Les avis divergent.

“La reprise est temporaire”

Philippe Gijsels, stratège chez BNP Paribas Fortis, pense que la reprise boursière sera de courte durée. “A terme, nous allons sans doute revivre les baisses enregistrées en mars." Pour le Bel20, cela signifierait une chute de 34% par rapport au niveau actuel. L'expert estime qu'il n'est pas encore question d'une reprise fondamentale. Cependant, les gestionnaires de fonds devraient profiter de la situation actuelle, même s'ils ne croient pas en une reprise de longue durée. “S'ils ne le font pas, ils risquent de devoir faire face à des clients mécontents. Je connais de nombreux gestionnaires de fonds pessimistes qui, actuellement, achètent malgré tout à-tout-va. Mais il n'est pas question de penser que le rally actuel se nourrit de bases solides”, estime le stratège.

“Un marché baissier dans toutes les règles de l'art!”. C'est ainsi que qualifie Gijsels la reprise actuelle. “Il s'agit d'une hausse temporaire classique dans un marché fondamentalement à la baisse. Tout le monde s'imagine qu'il n'y a plus de problèmes. Les investisseurs commencent à parier sur une reprise économique durant le deuxième semestre de l'année. Mais cette reprise n'aura pas lieu. Plus les cours montent, plus les investisseurs qui essaient d'en profiter risquent d'enregistrer de fortes pertes.”

“Pas de place pour une euphorie aveugle”

Dirk Thiels, responsable pour la stratégie en actions chez KBC Asset Management, ne suit pas le raisonnement de Philippe Gijsels. Il se montre moins pessimiste. “Grâce à la rapide remontée de certains indicateurs économiques importants, le rally boursier est fondamentalement bien soutenu.  Mais il est vrai que certaines actions, surtout les cycliques, ont pris une avance trop grande sur la reprise économique.” Toutefois, il estime que la baisse du mois de mars ne se reproduira pas.  

Cependant, le stratège en actions signale quelques facteurs qui devraient inciter à éviter une euphorie aveugle. Dans une majorité de pays, la production industrielle se situe encore 10% en dessous de celle affichée l'an dernier, et le consommateur américain est encore en retrait. “L'an dernier, il pouvait maintenir son pouvoir d'achat en équilibre grâce aux nombreux stimulants fiscaux et à la chute des prix du pétrole. Mais ceux deux facteurs n'auront bientôt plus d'influence. Et une stabilisation du marché du travail sera cruciale pour maintenir la consommation américaine à niveau. Mais le marché du travail devrait se détériorer encore quelques temps.” Bref: la reprise économique devrait être assez saccadée. Et cela vaut également pour la reprise de l'indice Bel20.

“Madame Soleil est la seule à pouvoir prédire les cours”

Il est difficile de prédire comment les marchés d'actions vont évoluer durant les prochains mois, même pour les analystes les plus expérimentés. Et l'extrême volatilité qui a marqué les bourses les mois précédents complique encore plus la tâche. Kurt Vansteenland du quotidien De Tijd: “De nos jours il est difficile de trouver les investisseurs à long terme parmi les petits et gros investisseurs. Il n'y a que le moment qui compte: lors d'une hausse, vous sautez sur le train et vous le quittez aussitôt que la tendance s'inverse. S'ensuit alors une volatilité extrême. Madame Soleil serait la seule à oser prédire l'évolution des cours sur un mois ou sur une année. Prenez KBC. Depuis son introduction en Bourse, le cours du groupe bancaire n'a grimpé de plus de 10% en un jour que 3 fois durant 57 années. Depuis 2008, cela arrive presque chaque jour: on a enregistré 50 chutes ou haisses du cours de ce genre.”

Les fonds d'actions profitent de l'embellie

Ces derniers mois, les fonds de placement qui investissent exclusivement en actions ont su tirer profit de la reprise boursière. Les actifs des fonds d'actions commercialisés en Belgique ont augmenté de 30% au deuxième trimestre..... surtout grâce à la hausse des cours des actions, pas à de nouveaux achats! Par ailleurs, les nouvelles souscriptions nettes en fonds d'actions s'élevaient à 1,4 milliards d'euros au deuxième trimestre, annonce la Belgian asset managers association (BEAMA).

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés