Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

"Je préfère ne pas m'aventurer en Bourse: c'est trop risqué"

Membre du nouveau groupe de travail "Fiscalement correct", Michel Maus, fiscaliste reconnu, milite en faveur d'un cadre fiscal plus clair et plus juste. Cette quête de simplicité dicte aussi la gestion de son portefeuille personnel.
©Emy Elleboog

Investissez-vous?

"Mon patrimoine est essentiellement constitué de mon entreprise de conseils en fiscalité et de biens immobiliers. Je préfère ne pas m'aventurer en Bourse: c’est trop risqué. Comme je n’ai pas assez de temps pour le faire sérieusement, cela m'obligerait à remettre mon sort entre les mains d'un conseiller en investissements. Et cette idée me fait frémir."

Sur quelles bases investissez-vous dans l’immobilier?

"Nous avons des appartements que nous mettons en location dans l’idée de les revendre plus tard. Nous acquérons des nouvelles constructions afin de limiter les frais d'entretien au minimum. Je n'ai pas suffisamment de temps pour entreprendre de gros travaux de rénovation et surveiller en permanence un entrepreneur."

Dépensez-vous facilement votre argent?

"Avec l’éducation que j’ai reçue, j'ai vraiment dû apprendre à dépenser. Maintenant, j'ai beaucoup moins de difficultés à le faire. En vacances, je préfère dépenser un peu plus pour un hôtel qui offre un certain confort. Un jour, j'ai eu envie de m'offrir un restaurant trois étoiles, mais j'ai trouvé que cela ne valait pas la peine."

Avez-vous déjà été confronté à des problèmes d’argent?

"Lorsque ma femme et moi avons acheté notre première maison, j'ai eu peur que le moindre problème nous précipite au fond du gouffre. Cela m'a valu quelques nuits blanches. Nous avons pourtant eu de la chance: nous avons pu emprunter auprès d'une société de logements sociaux. Quand j'ai acheté ma maison, je venais de décrocher mon diplôme: on a dû me prendre pour un cas social."

Qu’est-ce qui vous irrite?

"Les gens qui ont de l'argent, mais qui n'ont aucune classe. Je trouve abominable que certains mangent dans un restaurant étoilé, s'offrent la bouteille la plus chère, mais sont incapables de laisser un pourboire au serveur. J'ai plus de sympathie pour les gens qui ont beaucoup d'argent et qui en sont prodigues."

Payez-vous parfois au noir?

"Je suis victime de mon éducation et je suis convaincu que l'argent noir mine l'économie. Au restaurant, quand je vois que les tables autour de moi ne reçoivent pas de souche TVA, je paie volontairement avec une carte de crédit. Lorsque nous avons rénové notre première maison, nous avons tout payé avec factures. Nous en avions besoin pour notre prêt social."

Avez-vous réparti vos économies dans plusieurs banques?

"Après tout ce qui est arrivé, j'ai pris conscience de l'importance de bien répartir ses économies. Lorsque les actions Dexia ont perdu plus de 20% en à peine 24 heures, j'ai sauté dans ma voiture pour faire transférer mon argent dans une autre banque. Lorsque le calme est revenu, j'ai reversé une partie sur mon compte. Et depuis, le solde est resté réparti dans plusieurs banques."

Quelle leçon aimeriez-vous que vos enfants retiennent en matière d'argent?

"Qu'il ne tombe pas du ciel! Mes enfants trouvent que cela va de soi d'avoir une femme de ménage, et cela les incite parfois à ne pas ranger. Lorsque ma femme prépare un repas qu'ils n'aiment pas, ils demandent d’aller au restaurant sous prétexte que nous n'y sommes plus allés depuis une semaine. Je leur explique alors que tout cela ne va pas de soi."

Remplissez-vous votre déclaration fiscale vous-même?

"Non, mon comptable s'en charge. Je fais le travail préparatoire et lui finalise. La déclaration fiscale est devenue incroyablement complexe, à cause du lobbying fiscal des dix dernières années. J'estime que deux paires d'yeux ne sont pas superflues."

Avez-vous déjà préparé votre succession?

"Nos investissements immobiliers ne sont pas optimaux d'un point de vue successoral, car les droits de succession sont très élevés. Nous sommes donc en train de nous construire un patrimoine immobilier que nous pourrons transformer en patrimoine mobilier le moment venu, histoire que nos enfants ne soient pas obligés de payer des droits de succession astronomiques."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés