Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

L'inflation vous a déjà coûté 650 euros d'épargne

L'inflation coûte à chaque famille 650 euros d'épargne. Les taux anémiques sur les comptes d'épargne coûtent cher aux Belges...
© Doc ©mfn online editor import

Ces deux dernières années, l'inflation belge a englouti 3,1 milliards d'euros d'épargne. Le Belge moyen a perdu depuis juin 2009 près de 280 euros de pouvoir d'achat sur son carnet. Par famille, cela représente une somme de 650 euros, estime mardi le "Tijd" sur la base des chiffres de la Banque Nationale et du Bureau du Plan.

Plus de 200 milliards d’euros d’épargne

Fin juin 2009, on comptait 172,5 milliards d'euros sur les carnets d'épargne belges. Le taux d'inflation de juin 2010 (2,5%), qui reflète les augmentations de prix des douze mois précédents, était pour la première fois, depuis le début de la crise du crédit, plus élevé que la compensation moyenne que les épargnants avaient engrangée durant cette période (1,9%).

Au cours des deux années suivantes, les Belges ont encore placé 45,9 milliards d'euros sur leurs comptes d'épargne. La différence entre les intérêts sur le carnet d'épargne et les hausses de prix était de plus en plus grande, mois après mois. Actuellement, les meilleurs taux d’épargne sont inférieurs à 2,5% alors que le taux d’inflation a atteint 3,6% en août (et même un sommet annuel de 3,75% en juillet).

Les banques belges ont reversé environ 8,9 milliards d'intérêts à leurs clients épargnants. Les Belges souffrent d'un manque à gagner de 3,1 milliards d'euros pour pouvoir acheter la même chose qu'en juin 2009 avec leur épargne.

Inflation en baisse?

Est-ce que le mouvement d’érosion de l’épargne va se poursuivre? Pas sûr. Le ralentissement économique attendu en 2012 a déjà produit ses effets sur le taux d’inflation en Europe, en repli août par rapport à juillet.

En Belgique, la tendance s’est également inversée à ce moment-là. Le Bureau du Plan table du reste sur un taux d’inflation de 1,6% en 2012. Comme on imagine mal que les banques – surtout les grandes, où les taux d’épargne oscillent entre 1,25 et 1,5% sur leur comptes classiques – baissent encore leurs taux anémiques, les taux réels devraient retrouver un peu de couleurs. De là à ce qu’ils se retrouvent en terrain positif, par contre…

donc perdu depuis juin 2009 près de 280 euros de pouvoir d'achat sur son carnet d'épargne. Par famille, cela représente une somme de 650 euros, estime mardi le Tijd sur la base des chiffres de la Banque Nationale et du Bureau du Plan.

Plus de 200 milliards d’euros d’épargne

Fin juin 2009, on comptait 172,5 milliards d'euros sur les carnets d'épargne belges. Le taux d'inflation de juin 2010 (2,5%), qui reflète les augmentations de prix des douze mois précédents, était pour la première fois, depuis le début de la crise du crédit, plus élevé que la compensation moyenne que les épargnants avaient engrangée durant cette période (1,9%).

Au cours des deux années suivantes, les Belges ont encore placé 45,9 milliards d'euros sur leurs comptes d'épargne. La différence entre les intérêts sur le carnet d'épargne et les hausses de prix était de plus en plus grande, mois après mois. Actuellement, les meilleurs taux d’épargne sont inférieurs à 2,5% (voir tableau) alors que le taux d’inflation a atteint 3,6% en août (et même un sommet annuel de 3,75% en juillet).

Les banques belges ont reversé environ 8,9 milliards d'intérêts à leurs clients épargnants. Les Belges souffrent d'un manque à gagner de 3,1 milliards d'euros pour pouvoir acheter la même chose qu'en juin 2009 avec leur épargne.

Inflation en baisse ?

Est-ce que le mouvement d’érosion de l’épargne va se poursuivre? Pas sûr. Le ralentissement économique attendu en 2012 a déjà produit ses effets sur le taux d’inflation en Europe, en repli août par rapport à juillet. En Belgique, la tendance s’est également inversée à ce moment-là. Le Bureau du Plan table du reste sur un taux d’inflation de 1,6% en 2012. Comme on imagine mal que les banques – surtout les grandes, où les taux d’épargne oscillent entre 1,25 et 1,5% sur leur comptes classiques – baissent encore leurs taux anémiques, les taux réels devraient retrouver un peu de couleurs. De là à ce qu’ils se retrouvent en terrain positif, par contre….

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés