Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Les obligations d'Etat à nouveau intéressantes?

Ces derniers mois, la popularité des obligations d'entreprises a fait basculer les obligations d'Etat aux oubliettes. La situation va-t-elle s'inverser, maintenant que les obligations d'entreprise prestent moins bien?
Le président de la Fed, Ben Bernanke, fait tourner les planches à billet à pleins tours

(mon argent) – Le rendement des obligations d'Etat américaines à 10 ans fluctue actuellement autour des 3,5%. C'est beaucoup plus que le rendement d'environ 2% enregistré en début d'année. Raison principale de la hausse : la prise de conscience que les nombreuses interventions de l'Etat finiront tôt ou tard par relancer l'inflation. En Europe, les variations de rendement sur les obligations à 10 ans sont moins marquées. Le taux allemand, le plus important en Europe, a grimpé à environ 3,2%, par rapport à 2,8% au début de l'année. Le taux belge sur 10 ans s'élève actuellement à 3,9%.

Une question cruciale: les taux actuels doivent-ils pousser les investisseurs vers les obligations d'Etat? D'après Jamie Stuttard, de Schroders, cela ne devrait pas être le cas. Le gestionnaire de fonds britannique craint que le besoin de liquidités des gouvernements fasse augmenter le taux des obligations d'Etat. Selon les estimations de Schroders, chaque hausse de la dette des pays industrialisés de 1% du produit national brut fait grimper le taux à long terme de 0,035%. "Les dettes anglaise et américaine vont grimper de 36% d'ici 2014.  Cela fera augmenter le taux à long terme des deux pays de 1,3%, et cela se répercutera sur le cours des obligations d'Etat", explique Stuttard.

Hausse de l'inflation

Par ailleurs, le gestionnaire affirme que les obligations d'Etat ne présentent pas suffisamment de garanties contre la hausse attendue de l'inflation. "La hausse de l'inflation risque de dépasser les prévisions", estime Stuttard.

Mais tout le monde n'est pas du même avis. "Du côté de la demande, le risque d'inflation reste assez limité", affirme Carl Vermassen, de Petercam. "Le chômage est en hausse, et de nombreux secteurs sont en surcapacité de production. Je ne crois pas que les injections de liquidités conduiront à une hausse de l'inflation. La BCE a mis en place toutes sortes de mesures impressionnantes qui lui permettront d'agir à temps", affirme Vermassen. Seule l'inflation des coûts pourrait poser problèmes: "Les prix des matières premières constituent le facteur qui pourrait nous induire à sous-estimer l'inflation. Il est impossible de prévoir l'évolution des prix du pétrole", justifie Vermassen.

Le gestionnaire de fonds reste neutre envers les obligations d'Etat. "Au taux actuel de 3,2%, les obligations d'Etat allemandes sont plutôt chères. Je pense que le taux fluctuera entre 3 et 3,75% les prochains mois. En comparaison avec le cash, les obligations d'Etat présentent une bonne alternative. Mais le taux doit être bien plus élevé pour inciter les investisseurs à placer leur argent pour une période d'un an dans des obligations d'Etat", estime Vermassen.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés