Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

"Ma carrière de cycliste m'a rapporté autant que celle d'entrepreneur"

L'un des sportifs belges les plus célèbres, Eddy Merckx, fête aujourd'hui son 65ème anniversaire. Qu'il s'agisse de sa carrière de cycliste professionnel ou, plus tard, d'entrepreneur, le succès était au rendez-vous. Le moment idéal de faire le point sur sa gestion financière en 10 questions.

(mon argent) - Son véritable nom est Édouard Louis Joseph, mais tout le monde le connaît sous le nom d'Eddy Merckx. Vous pouvez aussi l'appeler baron, titre de noblesse qui lui a été attribué en 1996. Il y a quelques années, il a été proclamé "le plus grand" des coureurs cyclistes internationnaux. Si on s'attarde sur son palmarès, on comprend immédiatement pourquoi on le surnommait "le Cannibale". Il a tout remporté: 5 fois le Tour de France et le Giro, presque tous les classiques, la Vuelta, le championnat du monde, et il a même fait voler en éclats le record du monde de l'heure...

Au terme de sa carrière de coureur cycliste professionnel couronnée de succès, le "Cannibale" a fondé une entreprise de vélos. Il vient de revendre une participation majoritaire à Sobradis, le holding des fondateurs de Brantano. Bientôt, l'entreprise déménagera dans une nouvelle infrastructure, à Zellik. A ce moment là, le lien "physique" entre Eddy Merckx et son entreprise sera brisé. Pour l'instant, il vit encore tout près de "son" entreprise.

Enfant, receviez-vous de l’argent de poche?

"5 francs belges par semaine, que je dépensais directement en glaces."

Qui vous a donné votre plus grande leçon en termes d’argent?

"Mon père. Un jour, je lui ai demandé pourquoi nous allions toujours en vacances à la mer du Nord alors que mes amis allaient à la Côte d’Azur. Il m’a répondu: il ne faut pas regarder vers le haut mais vers le bas. Beaucoup d’enfants n’ont pas ta chance!"

Les coureurs cyclistes d’aujourd’hui gagnent-ils trop d’argent?

"Ils gagnent plus que moi à l’époque et c’est tout à fait normal. Pourquoi gagneraient-ils moins qu’un footballeur alors qu’ils doivent faire plus d’efforts? Mon salaire de coureur ne suffisait pas à boucler mes fins de mois. C’est pourquoi j’ai dû courir de nombreux critériums."

Quel est pour vous le comble du gaspillage d’argent?

"Les jeux de hasard. Un jour, je suis allé à un salon du cycle à Las Vegas. Tous les hôtels ont leur casino mais je n’ai pas joué un centime. Je connais la valeur de l’argent, j’ai dû travailler dur pour le gagner. Mais il m’est déjà arrivé de parier avec des amis 50 euros ou une bouteille de vin."

Vous a-t-on déjà demandé de l’argent à prêter?

"Oui. On me demandait de l’argent en me promettant de rembourser. Je répondais que je n’étais pas une banque. Par contre, il m’est arrivé d’aider modestement l’un ou l’autre de mes amis."

Qu’est-ce qui rapporte le plus: coureur cycliste ou entrepreneur ?

"Difficile à dire. J’ai été coureur professionnel pendant 13 ans… Je dirais plus ou moins pareil."

Quels thèmes de la campagne électorale jugez-vous importants?

"Les questions linguistiques occupent beaucoup trop de place selon moi. On ferait mieux de réfléchir à la meilleure façon de stimuler l’entrepreunariat. Les politiciens devraient par exemple encourager davantage les citoyens à prendre leur vélo. La TVA sur les vélos est beaucoup trop élevée. Le vélo est pourtant tout sauf un article de luxe."

Qu’avez-vous fait de vos prix?

"Comme je savais que la carrière de coureur cycliste est courte, j’ai commencé par acheter quelques appartements à Evere, que j’ai mis en location. Plus tard, j’ai construit ma maison et j’ai placé le reste sur un compte d’épargne."

Avez-vous rédigé votre testament?

"Je n’en vois pas l’utilité. J’ai revendu mon entreprise et j’ai deux enfants qui hériteront à ma mort. C’est simple comme bonjour."

Quelle a été votre dernière dépense importante?

"Ma montre. J’achète rarement des choses très coûteuses comme une Ferrari par exemple. Je n’en ai pas besoin, j’ai tout ce qu’il il me faut. J’offre parfois des bijoux à ma femme mais jamais pour des sommes folles. Et quand j’offre un vélo de ma marque, je le paie."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés