Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
chronique mon argent

"Pas de mise de fonds, pas de problème"

Journaliste Mon Argent

Série/ Étape 2: investir en bourse pas à pas.

Pas plus tard qu’hier, je vous ai avoué que mes connaissances boursières étaient proches de zéro. Avez-vous lu entre les lignes que je vous ai plus ou moins confié que mon épargne atteignait quasi le même niveau?

Je l’avoue, c’est un comble pour une journaliste estampillée "Mon Argent", qui soi-disant vous distille des conseils en matière de gestion de vos finances personnelles depuis huit ans. Crédibilité zéro?

Pour ma défense, je ne vais pas brandir un étendard où il est écrit "les cordonniers sont les plus mal chaussés"! Disons plutôt qu’il s’agit d’un accident "financier" de la vie, complètement imprévisible. Et foutu pour foutu, ça fait quelques mois que je suis plutôt cigale que fourmi et que je profite du moindre sou gagné quand je peux. La crise de la trentaine?

Peut-être! En attendant, je n’ai pas encore complètement perdu le sens des réalités et j’angoisse de me retrouver avec une pension légale misérable à l’aube de ma soixantaine. Je ne suis pas sûre non plus que mon épargne-pension sera suffisante pour combler tous mes désirs de jeune retraitée. Du coup, je vais quand même faire mon premier placement officiel en Bourse, même si je n’ai aucune mise de fonds et que je n’ai pas encore vraiment approfondi mes connaissances sur le sujet.

Si j’investis 125 euros par mois pendant 30 ans, je peux espérer un rendement de 5%, soit une plus-value de 57.337 euros.

La plupart des banques – dont la mienne – proposent d’investir dans des plans d’épargne en fonds à partir de 25 à 30 euros par mois. Mobiliser cette somme ne devrait en principe me poser aucun problème (c’est ce que je ne dépenserai plus en "Win For Life").

Je vais même investir 125 euros, histoire d’augmenter mes gains potentiels car, d’après ma banque, si j’investis cette somme chaque mois dans un fonds mixte (50% d’obligations et 50% d’actions) pendant 30 ans, je peux espérer un rendement de 5%. À l’échéance, mon capital "pourrait" donc s’élever à 102.337 euros alors que je n’ai investi que 45.000 euros, soit plus du double.

Le jeu en vaut vachement la chandelle et sans doute même nettement plus qu’un jeu à gratter. D’ailleurs, d’après mes lectures récentes, les investissements périodiques boursiers sur du long terme ont toujours réussi à nettement mieux performer que l’épargne, surtout si ces investissements sont bien diversifiés en termes de produits, de régions et de secteurs. Or, un fonds assure d’office une diversification automatique.

Attention Tout n’est pas ROSE dans le plan d’épargne en fonds

À l’inverse du compte d’épargne, ce type d’investissement est risqué car il n’y a aucune garantie de récupérer le capital investi. De plus, les rendements – même s’ils sont potentiellement plus élevés que ceux de l’épargne – ne sont jamais garantis. Ils peuvent même être négatifs certaines années.

Un plan d’épargne en fonds doit toujours être considéré comme un placement sur du très long terme. C’est la meilleure manière d’espérer récupérer son capital tout en réalisant une grosse plus-value.

Autre avantage de la formule: comme les investissements sont étalés dans le temps, je ne dois jamais me préoccuper du moment idéal pour acheter vu que l’on investit pour moi parfois à des cours élevés et à d’autres moments lorsque les cours sont bas. Au final, j’investis à un cours moyen, sans trop me fouler vu que je dois juste choisir avec mon banquier les fonds qui correspondent à mon profil d’investisseur et réaliser ensuite un ordre permanent. Investissement plus simple, tu meurs. Du coup, je ne dois pas trop me préoccuper des cours de Bourse et encore moins de ses rumeurs. Pour le moment…

[Suivez Caroline Sury sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Messages sponsorisés